ATTENTION

Un redécoupage du Québec méridional en 40 zones de gestion intégrée de l’eau a été réalisé.

Pour en savoir plus >>>

Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Bassin versant de la rivière Moisie

Pêche au saumonLa rivière Moisie - Une référence de qualité pour les rivières du Québec

Une étude menée par le Ministère, réalisée à partir de données recueillies de 1979 à 1996, a permis de dresser un portrait de l’état général de la qualité des eaux de la rivière Moisie. La fiche suivante présente l’essentiel des résultats obtenus.


Résumé : Une référence de qualité pour les rivières du Québec

Réputée pour la pratique de la pêche au saumon et s’écoulant sur un territoire peu habité, la rivière Moisie présente une eau de très bonne qualité. Son parcours n’a pas fait l’objet d’aménagements importants. En conséquence, les composantes de l’eau varient au cours de l’année selon un cycle qui évoque une « respiration naturelle ». On note toutefois des conditions acides chez un grand nombre de lacs de ce bassin. Cette acidité, surtout d’origine naturelle, est liée à la présence de matières organiques dans les eaux de surface très peu minéralisées. Le sol et le sous-sol de la Côte-Nord influencent fortement la composition de l’eau. On remarque ainsi la présence de fer, d’aluminium et de phosphore en quantité non négligeable. Ces éléments sont cependant présents sous des formes qui ne posent pas de problèmes pour l’environnement. La rivière mérite d’être citée comme une référence de qualité pour tous les autres cours d’eau du Québec situés sur le Bouclier canadien. Il apparaît important de veiller à ce que l’intégrité de ce bassin soit préservée.

Retour au menu du document

Présentation : Un bassin préservé à l’écart des pressions importantes

Situation géographique :

Le bassin de la rivière Moisie, sur la Côte-Nord, occupe un territoire de 19 197  km² entièrement situé sur le Bouclier canadien. La rivière prend sa source dans le lac Ménistouc à une élévation de 520 mètres au-dessus du niveau de la mer et se déverse à quelque 25 kilomètres à l’est de la municipalité de Sept-Îles.

Carte de localisation et des usages de l'eau

Caractéristiques hydrographiques :

La rivière Moisie s’écoule avec un débit moyen de 401 m³/s sur une distance de 363 km. Son lit présente une pente moyenne de 1,4 m/km. Son parcours est naturel; aucun barrage n’a été implanté. Neuf tributaires drainant des superficies de plus de 300 km2 viennent gonfler les eaux du cours d’eau principal. Les deux plus importants sont la rivière aux Pékans, au nord (3 419 km2), et la rivière Nipisso, au sud (4 196 km2).

Principales pressions exercées par les activités humaines :

Sur le bassin de la rivière Moisie, l’agriculture et l’exploitation forestière sont très marginales. La population totale présente sur le bassin atteint moins de 4000 habitants. Seules la municipalité de Fermont et la mine du mont Wright exercent une certaine pression sur la qualité de l’eau. Les activités minières, consommatrices d’eau, génèrent des rejets chargés en particules d’oxyde de fer qui donnent à l’eau une couleur rouge. L’influence de ces deux sources de pollution est toutefois atténuée par un traitement des rejets et reste localisée. Elle n’est pas détectée à la station d’échantillonnage située presque à l’embouchure de la rivière.

Usages :

Les principales activités aquatiques, en dehors de la pêche au saumon, sont la baignade, la pêche et la navigation dans le secteur de Fermont, ainsi que le kayak de mer, la baignade et la planche à voile dans le secteur de l’embouchure. On trouve aussi une prise d’eau potable près de Fermont.

Retour au menu du document

Problématique et enjeux : Une rivière sauvage, réputée pour la pêche au saumon

La rivière Moisie présente des paysages grandioses. Elle est fréquentée par les saumons qui remontent frayer après avoir passé plusieurs années en mer. Elle se situe parmi les plus importantes rivières à saumon du monde. La pêche au saumon y est pratiquée sur les derniers 170 kilomètres ainsi que sur la partie sud de la rivière Nipisso. Chaque année, les pêcheurs sportifs récoltent de 1000 à 1500 saumons et totalisent un effort de pêche atteignant 6500 jours. Les retombées économiques de cette activité avoisinent les 2 millions de dollars. Un des principaux défis sur ce bassin versant consiste donc à maintenir une qualité d’eau et un habitat piscicole favorables à la poursuite de cette activité pour les générations futures.

État du milieu : Un milieu aquatique intact mais influencé par sa géologie

Une eau de très bonne qualité (IQBP de classe A) 

L’eau de la rivière Moisie est de très bonne qualité. L’IQBP, calculé pour les périodes estivales 1990 à 1995 sur la base de 8 paramètres (phosphore total, nitrites-nitrates, azote ammoniacal, coliformes fécaux, DBO, chlorophylle a, MES et turbidité) présente une cote A. Par contre, une forte proportion des lacs de ce bassin sont naturellement acides (pH < 5,5 unités).

Des caractéristiques physico-chimiques liées à la nature du sol et du sous-sol 

La qualité de l’eau de la rivière Moisie est typique des eaux circulant sur le Bouclier canadien dans les secteurs non dégradés. Elle reflète les caractéristiques géologiques et pédologiques particulières du milieu : elle présente une faible conductivité, un pH relativement acide ainsi que des concentrations relativement élevées en fer et en aluminium. Ces métaux sont cependant peu toxiques pour la vie aquatique car ils sont associés à la matière organique, ce qui les rend peu biodisponibles.

Des flux annuels d’azote et de phosphore faibles comparativement à ceux d’autres rivières

Les flux annuels représentent les quantités totales moyennes d’azote et de phosphore véhiculées par la rivière en une année. Ceux de la rivière Moisie, (1,15 kg d’azote par hectare, soit 2200 tonnes par an, et 0,21 kg par hectare de phosphore, soit 411 tonnes par an), sont le reflet d’une rivière drainant un territoire peu perturbé par des activités agricoles et industrielles ainsi que par l’urbanisation. À titre d’exemple, les rivières drainant des territoires agricoles peuvent transporter de 5 à 10 fois plus d’azote et de phosphore par hectare.

Tendances : Une qualité d’eau qui demeure excellente depuis 20 ans

L’analyse des données recueillies entre 1979 et 1996 montrent que le phosphore particulaire, le phosphore total, l’azote organique, la turbidité et la conductivité ont subi une baisse alors que le pH a subi une hausse. Bien que ces changements soient positifs, ils sont très faibles et non significatifs d’un point de vue environnemental.

Problèmes résiduels : Une vie aquatique et des usages préservés sur la rivière

En raison de sa très bonne qualité d’eau, l’ensemble des usages recensés dans le bassin de la rivière Moisie peuvent être pratiqués et la protection de la vie aquatique est assurée tout au long de la rivière. Cependant, on observe toujours des conditions d’acidité élevée pour un grand nombre de lacs. Cette situation est d’origine naturelle, mais pourrait limiter certains usages comme l’approvisionnement en eau potable ou la pêche sportive sur les lacs les plus acides.

Retour au menu du document

Pistes d'actions pour l'avenir : Préserver l’intégrité du bassin versant

Le principal défi pour l’avenir est de veiller à la préservation du milieu aquatique. Cela consiste à garantir une libre circulation du poisson, à s’assurer du maintien de débits adéquats en tout temps et, enfin, à faire en sorte que tout développement des activités économiques dans ce bassin s’effectue dans un cadre de préservation et de mise en valeur de la rivière Moisie. Dans le cadre des consultations publiques effectuées par le BAPE, le Conseil régional de l’environnement et le Comité ZIP Côte-Nord du Golfe ont souhaité que tout le réseau hydrographique de la rivière Moisie soit inclus dans le programme des rivières patrimoniales.

Le bassin en images

Cliquez pour agrandir -  Base aux Saumons

Site d'étude sur le saumon.

Cliquez pour agrandir - Partie aval de la rivière Moisie

Bras de rivière entre le site d'étude du saumon et la Pourvoirie Moisie-Nipissis

Cliquez pour agrandir - Paysage de montagnes et plateaux

Vue sur la rivière Ouapetec.

Cliquez pour agrandir - Pêche au saumon sur la rivière Ouapetec

Capture de saumon sur la rivière Ouapetec.

Cliquez pour agrandir - Chutes Katchapahun

Chutes Katchapahun sur la rivière Moisie

Cliquez pour agrandir - Vue aérienne de la rivière Moisie

Amont de la Pourvoirie Moisie-Ouapetec sur la rivière Moisie.

Cliquez pour agrandir - Chutes Katchapahun

Chutes Katchapahun sur la rivière Moisie

Cliquez pour agrandir - Vue aérienne d'un tributaire de la rivière Moisie

L'Émissaire du lac Fontarabie qui se jette dans la rivière Moisie.

Cliquez pour agrandir - Rapide du Douze Milles

Vue sur les Rapides du Douze milles en aval de la rivière Moisie.

Retour au menu du document

Autres informations ou documents intéressants :

Le ministère de l'Environnement du Québec a produit un rapport technique et un document de vulgarisation se rapportant à l'état du bassin versant de la rivière Moisie; certains peuvent être consultés en ligne (hyperliens). Pour tout renseignement, vous pouvez communiquer avec le Centre de renseignements du Ministère.

Documents de vulgarisation

Rapports techniques

  • A. BEAUCHAMP, 2000. L’eau, ressource à protéger, à partager et à mettre en valeur, tome 1, Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), Québec, ministère de l’Environnement, 478 p., consultable sous cédérom, Envirodoq n o CD/041/2000.

  • P. ROBITAILLE, 1998. Qualité des eaux des rivières aux Outardes, Manicouagan et Moisie, 1979 à 1996, Québec, ministère de l'Environnement et de la Faune, Direction des écosystèmes aquatiques, Envirodoq no EN980963, rapport no QE-116, 28 p., 4 annexes.

Recueils de données

Autres ressources

Association de protection de la rivière Moisie

* 600, boul. Laure, local 103, Sept-Îles (Québec) G4R 1X9

( (418) 962-3737 ( 962-2021 / l’été)

aprm@globetrotter.qc.ca

 Liste des bassins versants


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017