Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqué de presse

 

Version   
imprimable

Stratégie québécoise sur les aires protégées :
Le gouvernement confirme son intention de créer en partenariat avec la Nation crie de Mistissini un premier parc habité en forêt boréale : le parc Albanel-Témiscamie-Otish

Québec, le 9 novembre 2005 – En partenariat avec la Nation crie de Mistissini, le ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs et leader adjoint du gouvernement, M. Thomas J. Mulcair, et le ministre des Ressources naturelles et de la Faune, ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec et député d’Abitibi-Est, M. Pierre Corbeil, confirment l’intention du gouvernement de créer un premier parc représentatif de la forêt boréale, le parc Albanel-Témiscamie-Otish, et annoncent la tenue d’audiences publiques à Mistissini le 14 janvier 2006 et à Chibougamau, le 15 janvier 2006.

« Je suis fier que le gouvernement puisse s’associer à la Nation crie de Mistissini en vue de la protection de ce territoire exceptionnel en forêt boréale qui deviendra le premier parc habité par une nation autochtone y pratiquant toujours son mode de vie traditionnel. Le projet mettra en valeur les patrimoines naturel, culturel et historique de ce vaste territoire de plus de 11 000 km2 qui représente à lui seul près de 0,7 % du territoire québécois et permettra, dans une perspective de développement durable, de presque tripler d’un seul coup la superficie du réseau des parcs nationaux du Québec », a souligné le ministre Mulcair.

« Par ailleurs, il faut rappeler que la création de ce parc entraînera des retombées positives pour le développement du potentiel récréotouristique de la région, en plus de contribuer à la préservation d’éléments représentatifs de la biodiversité et des paysages qui font la richesse et la beauté du Nord-du-Québec », a indiqué le ministre Corbeil.

De plus, ce projet de parc s’inscrit dans la volonté gouvernementale de mettre en place un réseau d’aires protégées de qualité, représentatif de la biodiversité du Québec, couvrant toutes les régions et ciblant 8 % de la superficie de son territoire.

Le plan directeur du futur parc fera ressortir l’importance accordée par la Nation crie de Mistissini à la préservation des patrimoines culturel et naturel et le lien étroit des maîtres de trappe avec cet immense territoire qu’ils habitent et utilisent depuis des milliers d’années. Ces derniers en ont toujours été les gardiens et les protecteurs et il en sera ainsi, une fois le parc créé. Les droits garantis par la Convention de la Baie James et du Nord québécois aux bénéficiaires seront maintenus, notamment en ce qui a trait au droit d’exploitation par la chasse, la pêche et le piégeage.

La limite proposée

À l’exception des Terres de Catégorie I, de la baie du Poste et de la baie Abatagouche (où se situe le village de Mistissini), le parc préservera dans son intégralité la surface des eaux du lac Albanel et du lac Mistassini, ainsi qu’une bande riveraine tout autour de ces deux lacs. Il comprendra aussi la partie amont de la rivière Rupert, de son origine au lac Mistassini jusqu’au lac Bellinger. De plus, le bassin versant de la rivière Témiscamie sera en bonne partie inclus, à partir de sa source dans les monts Otish, jusqu’au lac Albanel, ainsi que le couloir de la route historique de canot reliant le lac à l’Eau-Froide au lac Témiscamie. Une grande partie du massif des monts Otish sera aussi protégée ainsi que le lac Naococane, au nord de ce massif. Ainsi, une bonne partie de la réserve faunique des Lacs-Albanel-Mistassini-et-Waconichi sera transformée en parc.

Un zonage axé sur la conservation

Le plan de zonage du parc constitue le premier outil servant à délimiter les sites nécessitant une protection particulière. Celui-ci introduit une nouveauté dans l’actuel réseau des parcs à savoir, des aires vouées tout spécialement à la préservation de lieux considérés sacrés par les Anciens de Mistissini. Ce faisant, une valeur additionnelle sur les plans spirituel, social et culturel s’ajoute à la richesse du patrimoine naturel de ce territoire.

Zones de services : Les zones de services seront situées aux endroits où se trouvent les équipements existants et dans lesquels de nouvelles installations pourront également être aménagées.

Zones d’ambiance : Les lacs et les rivières seront inclus dans une zone d’ambiance et serviront de voies de communications. Aux monts Otish, les zones d’ambiance se trouveront dans les vallées boisées, le long de sentiers balisés, permettant de réaliser des circuits de courte et de longue randonnée.

Zones de préservation : Ces zones permettront la préservation des sites fragiles du bassin de la rivière Témiscamie et des sommets des monts Otish. Des sites archéologiques sont aussi visés par ce type de zonage.

Zones de préservation extrême : La délimitation de quelques zones de préservation extrême permettra de protéger des habitats abritant des espèces (flore et faune) menacées ou vulnérables et des forêts anciennes. Ce sera le cas des îles situées au centre du lac Mistassini et de l’insolite mont Chicouté, dans les monts Otish.

Aires sacrées : Après consultation auprès des aînés de Mistissini, la Colline Blanche (Wapushakamikw), la grosse roche qui a donné son nom au grand lac Mistassini, la pointe nord de l’île Manitounouc, le mont Wepaasiu à l’ouest des monts Otish et les vieux cimetières et les sépultures en forêt, seront désignés en tant qu’aires sacrées.

Les personnes ou les groupes intéressés à participer aux audiences publiques sont invités à faire parvenir leur mémoire ou leurs commentaires, et ce, jusqu’au 27 décembre 2005 par courrier électronique à l’adresse suivante : audiences_ato@mddep.gouv.qc.ca ou par la poste à la Direction du patrimoine écologique et des Parcs du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, Édifice Marie-Guyart, 675, boulevard René-Lévesque Est, 4e étage, Québec (Québec) G1R 5V7. Ils seront par la suite invités à faire valoir leur opinion lors des audiences publiques de janvier prochain. L’endroit et l’horaire des rencontres seront annoncés ultérieurement.

On trouvera dans le site Internet du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs les fiches de renseignements sur le projet de parc Albanel-Témiscamie-Otish.


- 30 –

(Aussi disponible en anglais)

SOURCES :

Chantale Turgeon
Attachée de presse
Cabinet du ministre du Développement durable,
de l’Environnement et des Parcs
Tél. : (418) 521-3911

Mathieu St-Amant
Attaché de presse
Cabinet du ministre des Ressources naturelles
et de la Faune
Tél : (418) 643-7295
Louise Barrette
Direction des communications
Tél : (418) 521-3823, poste 4163

 

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017