Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Les précipitations acides au Québec :
État de la situation (1996)

Émissions et impacts futurs


Émissions au Québec et au Canada

Grâce aux engagements qu'il a déjà pris, le Québec devrait maintenir en 2000 ses émissions au niveau actuel, soit un peu moins de 400 000 t/an.

Du côté fédéral, le Canada s'est engagé quant à lui à réduire ses émissions de SO2 à 3,2 Mt/an d'ici 2000 tout en plafonnant dès 1994 les émissions de SO2 des sept provinces de l'est du Canada à 2,3 Mt/an.

Émissions aux États-Unis

Les États-Unis ont amorcé une réduction de leurs émissions annuelles de SO2 de 10 Mt (40 %). Cette réduction se fera en deux phases (1995 et 2000). Pour les États américains susceptibles d'influencer les dépôts au Canada, on s'attend à ce que les émissions passent d'environ 14 Mt en 1990 à environ 7,4 Mt en 2000 et à 7,2 Mt en 2005. En 2010, avec l'implantation complète du CAAA-1990, les émissions américaines totales de SO2 devraient être de 14,5 Mt.

 Menu

Impacts prévus

En 2003, on s'attend à ce qu'un vaste territoire englobant la région de Québec, une partie des Laurentides, de la région des Bois-Francs et de l'Estrie continuera à recevoir des dépôts humides de sulfates supérieurs à 20 kg/ha/an. Une étude récente de l'Environmental Protection Agency montre que la région recevant des dépôts humides de sulfates supérieurs à 20 kg/ha/an en 2010 serait un peu plus grande et engloberait la région de l'Outaouais. Cette même étude montre qu'une réduction additionnelle de 50 % des émissions prévues pour le secteur de la production d'énergie conduirait à des dépôts humides de sulfates de 12 à 18 kg/ha/an sur la majorité du sud du Québec.

Dans l'ensemble du territoire étudié (au sud de la latitude 51°N), les réductions annoncées permettront de récupérer 86 % des lacs acidifiés depuis le tournant du siècle, soit environ 16 300 lacs. Des réductions additionnelles d'émissions seraient nécessaires pour assurer la récupération de 2 700 autres lacs concentrés pour la plupart dans le sud du Québec près des secteurs récréotouristiques.

Une large proportion des lacs actuellement acides présente des charges critiques de sulfates inférieures à 20 kg/ha/an, ce qui implique qu'un dépôt cible plus faible (12 à 15 kg/ha/an) serait requis pour la protection des écosystèmes sensibles.

De plus, rappelons que des études récentes montrent que les dépôts des nitrates pourraient jouer un rôle déterminant sur le plan de l'acidification des eaux de surface. Une grande proportion de lacs du nord-est américain atteindra le seuil de saturation en nitrates d'ici 25 à 75 ans. Même avec les réductions des émissions de SO2 prévues aux États-Unis, le pourcentage de lacs acides pourrait doubler d'ici une centaine d'années; une réduction additionnelle de 50 % des émissions serait nécessaire pour maintenir le pourcentage de futurs lacs acides au niveau de 1984.

Début du document Section précédente  Section suivante Fin du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017