Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Les précipitations acides au Québec

Le problème des précipitations acides a été fortement médiatisé au courant des années 1980. L’intérêt marqué pour ce phénomène provenait en grande partie du fait que nos lacs, nos rivières et nos forêts se trouvaient sur l’un des territoires les plus sensibles à l’acidification en Amérique du Nord et que les précipitations affectant ce territoire étaient particulièrement acides. Cet intérêt était d’autant plus grand que les précipitations acides avaient un impact sur la pêche sportive en éliminant certaines espèces de poisson vulnérables dans les lacs qui se révélaient acides. 

De même, sur les forêts, l’acidification contribuait au dépérissement des érables à sucre. C’est au cours de cette décennie que furent mis en place différents moyens d’action dont des réseaux de surveillance des lacs et de mesure des précipitations pour mieux définir le problème et son impact sur le milieu. Aussi, diverses ententes nationales et internationales pour réduire globalement les émissions polluantes ont été négociées, ainsi que divers moyens réglementaires et législatifs ont été mis de l’avant pour permettre au Québec d’atteindre les objectifs de dépollution visés dans ces ententes.

Depuis la fin de la dernière décennie, le Québec a réussi à diminuer plus de 60 % de ses émissions de SO2 par rapport aux émissions de 1980. L’Ontario a atteint un objectif similaire, alors que les États-Unis auront réduit de 40 % (par rapport aux émissions de 1980) leurs émissions de SO2 d’ici 2010. Malgré le succès obtenu au plan des réductions, il semble que ces dernières ne seront pas suffisantes pour récupérer l’ensemble des ressources affectées par l’acidification. Le Québec s’est donc engagé à trouver un terrain d’entente avec les autres provinces de l’Est du Canada pour réaliser une réduction additionnelle de 50 % de ses émissions de SO2. De même manière, le Gouvernement du Québec a signé une entente avec les provinces de l’Est du Canada et les états de la Nouvelle-Angleterre pour s’attaquer spécifiquement au problème des précipitations acides et du mercure.

Autres documents

Lacs acides au Québec - 2004

L’acidité des eaux au Québec (1999)

Effet de la réduction d’émissions sur la qualité de l’eau des lacs de l’ouest québécois (1999)

Les précipitations acides au Québec : état de situation (1996)

Programme de surveillance de la qualité des précipitations


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017