Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Effets de la réduction d'émissions sur la qualité de l'eau des lacs de l'ouest québécois (1999)

De nombreuses études ont montré que les eaux de surface du territoire québécois étaient particulièrement vulnérables à l’acidification en raison d’une combinaison de facteurs tels que les forts dépôts acides et la très grande sensibilité du milieu ambiant. On ne peut rien changer à la sensibilité des sols puisqu’il s’agit d’une caractéristique naturelle des écosystèmes. Par contre, les dépôts acides de nitrates et de sulfates proviennent en grande partie de la transformation chimique des oxydes d’azote et de soufre émis par les industries, les centrales thermiques et la combustion de carburants fossiles.

La plus importante source d’émission de dioxyde de soufre (SO2) au Québec est l’usine Horne de Mines Noranda Inc. localisée à Rouyn-Noranda. Cette dernière était responsable d'une large part des 1 098 000 tonnes métriques de SO2 émis en 1980. La phase I de l’échantillonnage des lacs de la région de Rouyn-Noranda faite en 1982 visait à établir l’effet direct de cette source d’émission sur l’acidité des lacs environnants. De fait, cette première phase a mis en lumière l’effet direct des émissions de Mines Noranda à Rouyn-Noranda pour les lacs situés à l’intérieur d’un rayon de 125 km. La réglementation québécoise en matière de lutte aux précipitations acides a finalement incité Mines Noranda à construire une usine d’acide sulfurique qui a permis jusqu’à ce jour d'éliminer 70 % des émissions de SO2 par rapport à 1980. Ce pourcentage de réduction devrait même atteindre 90 % d’ici l’an 2000. Cette réduction combinée à celle réalisée en Ontario (60 %) laisse entrevoir la possibilité d’une amélioration de la qualité des plans d’eau environnants.

Pour vérifier si les réductions ont amené des gains environnementaux, les 64 lacs échantillonnés en 1982 ont été visités de nouveau en 1991 et en 1996 dans le but de détecter un changement à la qualité des eaux lacustres. Ce document rend donc compte des conclusions obtenues dans le contexte de cette étude. Les renseignements ont été groupés selon les sections qui suivent :

Les personnes intéressées à obtenir plus de détails sur l'étude

Dupont, J. 1996. Effets des réductions des émissions de SO2 sur la qualité de l’eau des lacs de l'ouest québécois, Ministère de l’Environnement et de la faune du Québec, Direction des écosystèmes aquatiques, Envirodoq no EN980066, rapport no PA-53/1, 31 pages.

peuvent la télécharger. Ce fichier compressé (1 Mo) contient le document texte en format Microsoft Word pour Windows version 6, ainsi qu'une annexe en format Microsoft Excel version 5. 

Retour à Précipitations acides


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017