Navigation par thématique
Menu de la section air

Réseau de surveillance de la qualité de l'air du Québec

 

Autres documents

Le Réseau de surveillance de la qualité de l'air du Québec mesure le mélange de polluants présents dans l’air. Ces polluants proviennent de diverses sources, autant ponctuelles qu’industrielles.

Vidéos : Le climat et la qualité de l'air, c'est à surveiller

  1. Le SIMAT et la surveillance de la qualité de l'air
  2. La surveillance du climat
  3. L'instrumentation


Évolution du réseau

Au Québec, les premières mesures de la qualité de l’air sont réalisées par la Ville de Montréal vers le milieu des années 1960. Quelques années plus tard, au début des années 1970, le gouvernement du Québec, par l’entremise des Services de protection de l’Environnement du Québec, met en place un véritable réseau québécois de mesure de la qualité de l'air. Connu sous le nom du Réseau de surveillance de la qualité de l'air du Québec (RSQAQ), il cible prioritairement les zones urbanisées où la densité de la population est élevée.

À partir de 1988, on constate que les problèmes atmosphériques, et particulièrement celui de l’ozone au niveau du sol, dépassent les frontières des villes. La mise en place d'un réseau de stations de mesure en milieu rural devient alors nécessaire. Plus récemment, la pertinence du réseau est renforcée par la diffusion d’études qui montrent qu’il existe un lien significatif entre la santé de la population, le smog (composé principalement d’ozone et de particules fines en suspension) et la pollution de l’air en général1. Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS) présente les impacts sanitaires des principaux polluants composant le smog sur son site Internet.

L’évolution des principaux paramètres mesurés par le réseau de surveillance entre 1996 et 2005 reflète les changements et les adaptations que celui-ci a subis afin de répondre aux enjeux émergents ou aux préoccupations qui se sont modifiées au cours de la période (figure 1).

Figure 1
Évolution du réseau de surveillance de la qualité de l’air au Québec entre 1997 et 2006

Depuis quelques années, le RSQAQ intègre les données provenant d’Environnement Canada ainsi que celles obtenues grâce à des partenariats avec certaines industries ou associations industrielles, en plus des données mesurées sur le territoire de l’île de Montréal.

Retour en haut

Objectifs

Les objectifs poursuivis par le RSQAQ sont nombreux et diversifiés :

  • mesurer de façon représentative la qualité de l'atmosphère et suivre son évolution à long terme;

  • déterminer la nature et l’étendue des problèmes de pollution atmosphérique au Québec;

  • mettre en place et évaluer la portée des stratégies et des politiques concernant la qualité de l'atmosphère, telles que l’entente Canada–États-Unis sur les émissions de SO2 et la stratégie de réduction des contaminants précurseurs de l’ozone et des particules fines;

  • appuyer l’application de l’article 8 du Règlement sur la qualité de l’atmosphère visant à prévenir la détérioration de la qualité de l’air;

  • établir des liens entre les niveaux de contamination atmosphérique et les milieux récepteurs;

  • élaborer des objectifs environnementaux d’émissions (OEÉ) relatifs aux nouveaux projets industriels ou aux modifications de sources d’émissions atmosphériques;

  • soutenir les efforts déployés par le milieu de la santé en matière de protection de la santé publique, tels que le programme de détection et de suivi du virus du Nil occidental;

  • diffuser en temps réel un indice de la qualité de l’air afin d’informer la population et l’amener à adopter les comportements sécuritaires et préventifs appropriés;

  • collaborer avec des partenaires aux programmes de prévision de la qualité de l’air (Info-Smog estival et hivernal);

  • déterminer l’atteinte des standards pancanadiens relatifs à l’ozone et aux particules fines;

  • répondre aux engagements du Québec lors de la Conférence des Gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre et des Premiers ministres de l’Est du Canada (ozone et particules fines);

  • déterminer la part du transport à grande distance dans les concentrations ambiantes (de fond et lors des épisodes) de polluants atmosphériques et connaître leur évolution.

Retour en haut 

Réseau actuel

Le réseau actuel se compose de 64 stations de mesure (tableau 1,  PDF, 134 ko, carte du réseau,  PDF, 3,9 Mo), dont 50 sont exploitées par le Ministère, 12 sont situées sur le territoire de l’île de Montréal et exploitées par la Ville de Montréal et 2 sont exploitées par Environnement Canada. Des 50 stations exploitées, 2 le sont en collaboration avec le fédéral et 2 résultent d’une collaboration avec une industrie ou une association industrielle. Ces stations sont réparties dans 48 municipalités, 41 MRC et 15 régions administratives.

Les mesures prises à ces stations sont de deux types : les mesures en continu et les mesures séquentielles. Dans le premier cas, l’air est mesuré en continu par un instrument. Une valeur moyenne est produite toutes les quatre minutes dans le cas des polluants gazeux et toutes les heures dans le cas des particules fines. Dans le second cas, des échantillons sont prélevés sur des périodes relativement longues, le plus souvent de 24 heures, selon un calendrier prédéterminé.

Le réseau compte 51 sites du premier type où sont mesurés certains polluants à l’aide d’analyseurs en continu : le dioxyde de soufre (SO2), l’hydrogène sulfuré (H2S), le monoxyde de carbone (CO), les oxydes d’azote (NOx), l’ozone (O3) et les particules fines en suspension dont le diamètre est inférieur à 2,5 microns (PF). Le réseau compte aussi 38 sites où des échantillons séquentiels sont prélevés. Le réseau comporte 25 stations où les deux types de mesures sont effectués simultanément. Ces stations permettent de produire des portraits statistiques et biens d’autres projets comme celui de l’Indice de la qualité de l’air.

La mesure des concentrations des particules en suspension totales (PST) et des PS10 (particules en suspension de diamètre inférieur à 10 microns) consiste en un échantillonnage d’une durée de 24 heures effectué systématiquement tous les 6 jours. Des quantifications de certains métaux (arsenic, cadmium, plomb, etc.) sont aussi faites à certaines stations à partir de ces échantillons de particules. Les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les dioxines et les furannes sont aussi analysés à quelques sites d’échantillonnage. Toutes ces analyses sont faites par le Centre d’expertise en analyse environnementale du Québec (CEAEQ) du Ministère. Une description des méthodes d’échantillonnage et d’analyse est présentée à l’annexe 1.

En plus des 67 stations qui composent le réseau d’échantillonnage, un certain nombre de stations sont exploitées afin de répondre à des projets spéciaux. Leur nombre varie selon les années.

Dans le cadre des activités du réseau national pancanadien de surveillance des polluants atmosphérique (RNSPA), certains polluants toxiques sont mesurés sur le territoire québécois avec le concours d’Environnement Canada, qui procède à l’analyse des échantillons à son laboratoire d’Ottawa. On compte 9 stations de mesure pour les composés organiques volatils (COV), 5 stations pour la mesure des particules fines et leur caractérisation (les particules sont prélevées à l’aide d’échantillonneurs dichotomiques) ainsi que 2 stations pour des analyses de HAP, de dioxines et de furannes. Le prélèvement des échantillons est fait par l’un ou l’autre des 3 principaux partenaires, soit Environnement Canada, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et la Ville de Montréal.

1 D. Suzuki, À bout de souffle, mai 1999

Retour en haut 

Service Info-Air

La liste des produits offerts par le service Info-Air se trouve ci-dessous. Il est possible d’en voir un exemple en cliquant sur l’un ou l’autre des formats (.pdf, .xls ou .txt). Pour obtenir un produit, les citoyens, les firmes d’ingénierie, les municipalités, les ministères, les organismes ou les universités peuvent  communiquer avec le service Info-Air (consultez la tarification).

Par courriel : Infoair@mddelcc.gouv.qc.ca

Par courrier :

Service Info-Air
Direction de l’information sur le milieu atmosphérique
Direction générale du suivi de l’état de l’environnement
Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques
675, boulevard René-Lévesque Est, 7e étage
Québec (Québec) G1R 5V7

Par téléphone : 418 521-3820, poste 7072
Par télécopieur : 418 643-9591

Produits Fichiers

Sommaire – Statistiques annuelles

  • Rangs centiles
  • Moyennes annuelles
  • Dépassements des critères du Règlement sur l’assainissement de l’atmosphère (RAA)
  • Concentrations maximales
.pdf

Fichier – Données diverses

  • Données horaires (continues seulement)
  • Données quotidiennes (continues ou séquentielles)
.xls .txt



Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017