Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Aires protégées au Québec
Les provinces naturelles

Niveau I du cadre écologique de référence du Québec

Description des provinces naturelles


Province A - Les Appalaches (69 000 km2)

Portrait sommaire

Les Appalaches correspondent à une ancienne chaîne de montagnes fortement plissées, dont il ne reste aujourd’hui qu’une succession de monts et de collines allongés et étroits entrecoupés de vallées et de plateaux. Le socle rocheux sédimentaire, et parfois volcanique, est recouvert de dépôts glaciaires fins et profonds.

Province A - Les Appalaches

Le climat, fortement dépendant de la latitude (45°N au 49°N) et de l’altitude (0 à 1200 m), passe de clément au sud-ouest à rigoureux sur les sommets à l’est. Sous son influence, la végétation passe, à son tour, de forêts d’érable à sucre et de bouleau jaune à la toundra alpine.

Les rivières, d’importance moyenne, coulent perpendiculairement à l’orientation générale du relief.

Plus de 700 000 personnes habitent ce territoire qui est surtout forestier, mais aussi agricole – dans les milieux les plus favorables –, localement minier (amiante, cuivre) et très touristique.

Description

Limites

Les limites orientales sont la frontière internationale avec les États-Unis et la frontière inter-provinciale avec le Nouveau-Brunswick.

La limite occidentale suit le contact entre les premiers reliefs appalachiens marqués et les terrains plats ou faiblement ondulés des basses-terres du Saint-Laurent. Puis vers l’est, la province naturelle se termine sur les rives du golfe Saint-Laurent et de la baie des Chaleurs.

Cliquez pour agrandir - Climat
Cliquez pour agrandir

Climat

Le climat des Appalaches est de deux types. Il se divise selon un axe nord-sud, à la hauteur de Montmagny. Au sud-ouest, il est modéré, humide, avec une longue saison de croissance ; au nord-est, il devient plus froid et la saison de croissance est plus courte. Partout, les hauts sommets sont plus froids et plus humides. À l’opposé, la bordure de la baie des Chaleurs jouit d’un climat qui se rapproche de celui qui prévaut au sud-ouest de Montmagny.

Température moyenne annuelle (°C)

Température moyenne 3 mois + chauds (°C)

Précipitation totale annuelle (mm)

Précipitation totale 3 mois + chauds (mm)

Nombre de jours de croissance (jours)

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

1,1

4,6

14,1

17,8

1026

1155

289

321

163

202

(D’après Mc Kenney, 1998)

Géologie

Cette province naturelle correspond, en grande partie, à la chaîne de montagnes des Appalaches, dont la mise en place s’est échelonnée sur plus de 150 millions d’années (de 450 à 290 millions d’années avant aujourd’hui), en deux épisodes successifs majeurs au Québec. L’assise géologique est principalement composée de roches sédimentaires (grès, calcaire, mudrock et schiste) ou volcaniques (basalte) fortement plissées et déformées.

Relief

Le relief est constitué de collines, de monts (monts Sutton—Orford, montagnes Blanches, monts Notre-Dame, Chic-Chocs), de plateaux et de grandes vallées orientés SO-NE, dont la majorité est transversale à cette dernière position.

Cliquez pour agrandir - Géologie
Cliquez pour agrandir

L’altitude des Appalaches passe du niveau de la mer à un peu plus de 1 200 m pour les plus hauts sommets (1 268 m au mont Jacques-Cartier).

Hydrographie

Le réseau hydrographique principal (rivières Saint-François, Chaudière, Matapédia) traverse les alignements de relief, alors que le réseau secondaire les souligne. Les lacs sont peu abondants. Par contre, les lacs Témiscouata et Memphrémagog comptent parmi les plus grands de la rive sud du Saint-Laurent.

Dépôts de surface

Les dépôts glaciaires souvent profonds, plus ou moins pierreux et de texture fine recouvrent la majorité des reliefs. Des sables et graviers, parfois très épais, comblent les fonds de vallées où ils peuvent être associés à des dépôts fins d’origine lacustre.

Cliquez pour agrandir - Dépôts de surface
Cliquez pour agrandir

Végétation actuelle et utilisation du sol

Les forêts mélangées à dominance feuillue constituent la plus grande partie du couvert forestier. À un degré moindre mais à parts égales, elles sont accompagnées de forêts feuillues et de forêts mélangées.

L’agriculture est pratiquée dans les parties les moins accidentées de cette province naturelle (basses-terres, plateaux et fonds de vallées) et dans sa partie méridionale ; elle occupe près de 15 % du territoire.

Faune

À l’est de Montmagny

  • Espèces abondantes ou représentatives : orignal (et cerf de Virginie sur les versants sud) ; lynx du Canada ; saumon atlantique et omble de fontaine (souvent anadrome).
  • Espèces notables : caribou (troupeau des Chic-Chocs) ; musaraigne de Gaspé.

À l’ouest de Montmagny

  • Espèces abondantes ou représentatives : cerf de Virginie ; pékan ; raton laveur ; gélinotte huppée. Très nombreuses espèces de poissons d’eau froide et d’eau fraîche.
  • Espèces notables : bécasse d’Amérique ; lynx roux ; tortue des bois ; salamandre pourpre ; salamandre sombre du nord.

Début du document  Section précédente  Section suivante  Fin du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017