Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Aires protégées au Québec
Les provinces naturelles

Niveau I du cadre écologique de référence du Québec

Description des provinces naturelles


Province B

Basses-terres du Saint-Laurent (29 000 km2)

Portrait sommaire

Les basses-terres du Saint-Laurent reposent sur une plate-forme de roches sédimentaires comblée par des dépôts marins (mer de Champlain), des dépôts glaciaires et des tourbières. Elles sont coupées en deux par le Saint-Laurent, lequel reçoit les eaux des affluents qui naissent dans les Appalaches ou dans le bouclier canadien.

Province B : Basses-terres du Saint-Laurent

Par sa situation méridionale et sa faible altitude (< 100 m), cette province naturelle connaît un climat doux et humide propice à une végétation riche et diversifiée. Érable à sucre, chêne, tilleul, caryer et noyer disputent l’espace aux espèces pionnières (peupliers, bouleaux), qui dominent les lambeaux de forêt que l’agriculture n’a pas entamés.

C’est la province naturelle la plus peuplée du Québec ; elle regroupe 4 000 000 de personnes, surtout concentrées dans les communautés urbaines de Montréal et de Québec.

Description

Limites

La limite sud suit le contact avec les premiers éléments marquants du relief appalachien.

La limite nord suit le contact parfois abrupt avec les premiers éléments marquants du relief du bouclier canadien; c’est aussi le contact géologique, souvent souligné par des failles, entre les roches sédimentaires de la province géologique de la plate-forme du Saint-Laurent et les roches intrusives de la province géologique de Grenville.

Cliquez pour agrandir - Climat
Cliquez pour agrandir

Climat

Le climat des basses-terres du Saint-Laurent est modéré et humide, avec une longue saison de croissance. Ce sont les conditions climatiques les plus clémentes au Québec.

 

Température moyenne annuelle (°C)

Température moyenne 3 mois + chauds (°C)

Précipitation totale annuelle (mm)

Précipitation totale 3 mois + chauds (mm)

Nombre de jours de croissance (jours)

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

4,2

5,8

17,7

19,2

989

998

284

287

199

214

(D’après Mc Kenney, 1998)

Géologie

Cette province naturelle correspond, en grande partie, à la province géologique de la plate-forme du Saint-Laurent; elle incorpore aussi, sur la rive sud, la partie la moins accidentée de la province géologique des Appalaches. L’assise géologique est constituée de roches sédimentaires (calcaire, mudrock et grès) d’âge paléozoïque (principalement entre 570 et 440 millions d’années avant aujourd’hui) déposées en strates horizontales à subhorizontales.

Cliquez pour agrandir  - Géologie - Relief et hydrographie
Cliquez pour agrandir

Relief

C’est principalement un relief de plaine percée, par endroits, de rares collines (les montérégiennes). L’altitude y est généralement inférieure à 100 m.

Hydrographie

L’hydrographie est dominée par le Saint-Laurent, qui coupe la province naturelle en deux, et par la portion aval de ses affluents, dont les plus importants sont les rivières Richelieu, Yamaska, Nicolet et Bécancour sur la rive sud, et des Outaouais, L’Assomption, Saint-Maurice et Jacques-Cartier sur la rive nord.

Il y a très peu de lacs et ils sont de faible superficie, si l’on exclut ceux du Saint-Laurent, comme les lacs Saint-Pierre, Saint-François et Saint-Louis, ou de l’Outaouais, comme le lac des Deux-Montagnes.

Dépôts de surface

Les dépôts d’argiles et de limons marins de la mer de Champlain dominent dans la partie sud-ouest de la province naturelle, et ils deviennent plus sableux dans la partie nord-est. Ils sont associés à des sables et des graviers littoraux.

Les dépôts glaciaires pierreux remaniés par les eaux de la mer de Champlain prennent de l’importance en s’éloignant du Saint-Laurent. Il existe un bon nombre de tourbières, principalement sur la rive sud.

Cliquez pour agrandir - Dépôts de surface - Végétation actuelle et utilisation du sol
Cliquez pour agrandir

Végétation actuelle et utilisation du sol

Les terres agricoles occupent plus de 50 % du territoire. Très fragmenté, le couvert forestier est représenté par une forêt mélangée à dominance feuillue qui, dans l’ensemble, est très dégradée. Les peupliers, les bouleaux et les sapins y sont souvent en nombre important.

Faune

  • Espèces abondantes ou représentatives : cerf de Virginie ; rat musqué ; raton laveur ; nombreuses espèces de canards ; goéland à bec cerclé ; goglu ; sturnelle des prés ; tortue géographique ; grenouille léopard ; necture tacheté ; alose savoureuse ; anguille d’Amérique ; perchaude ; barbotte brune ; poulamon atlantique ; esturgeon jaune.

  • Espèces notables : bécasse d’Amérique ; tortue-molle à épines ; lépisosté osseux ; éperlan arc-en-ciel ; chevalier cuivré.

  • Espèces introduites : perdrix grise ; truite brune.

Début du document  Section précédente  Section suivante  Fin du document


Barre de navigation

| Accueil | Plan du site | Accessibilité | Pour nous joindre | Quoi de neuf? | Sites d'intérêt | Recherche | Où trouver? |

| Accès à l'information | Politique de confidentialité | Réalisation du site | À propos du site | Abonnement aux fils RSSAbonnement |


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2015