Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Aires protégées au Québec
Les provinces naturelles

Niveau I du cadre écologique de référence du Québec

Description des provinces naturelles


Province H

Basses collines de la Grande Rivière (173 000 km2)

Portrait sommaire

Le relief de cette province naturelle commence par une plaine ondulée, à laquelle succèdent des basses collines, vers l’intérieur des terres. L’assise géologique est essentiellement constituée de tonalite et de gneiss. Les dépôts glaciaires minces entrecoupés d’affleurements rocheux recouvrent les collines, tandis que les argiles marines et les tourbières comblent les dépressions à proximité de la côte.

Province H : Basses collines de la Grande Rivière

Le climat est froid et sec, et la saison de croissance est courte. Du sud vers le nord, la pessière à mousses est remplacée par la pessière à lichens, alors que des avant-postes de toundra apparaissent sur la Pointe Louis XIV.

Le réseau hydrographique est bien développé et souligne le patron structural du socle rocheux orienté est-ouest. Ce sont cependant les grands réservoirs hydro-électriques (Robert-Bourassa, La Grande 4) qui sont les traits marquants de ce réseau. La population se concentre à Radisson et à Kuujjuarapik. L’économie est basée sur l’hydro-électricité.

Description

Limites

La limite sud suit, dans sa partie occidentale, un alignement de collines qui sépare deux patrons d’organisation des collines et des lacs ; dans sa partie orientale, elle passe au pied des monts Otish. Elle constitue aussi une démarcation géologique importante, qui sépare d’abord les sous-provinces géologiques Némiscau et La Grande, puis Opatica et Opinaca. Les rivages des baies James et d’Hudson forment la limite ouest. La limite nord emprunte la dépression allongée dans laquelle coule la rivière Nastapoka. Elle sépare également les sous-provinces géologiques Bienville, au sud, et Minto, au nord ; ceci est souligné par un changement brutal dans l’orientation des principales lignes structurales (est-ouest par rapport à sud-est–nord-ouest). La limite orientale marque le passage rapide de dépôts glaciaires minces à des dépôts glaciaires très épais et à morphologie très particulière (moraines de Rogen).

Climat

Climat

À l’exception de la pointe sud-est, plus humide et à saison de croissance moyenne, le climat de cette province naturelle est très froid et sec, et la saison de croissance courte.

Température moyenne annuelle (°C)

Température moyenne 3 mois + chauds (°C)

Précipitation totale annuelle (mm)

Précipitation totale 3 mois + chauds (mm)

Nombre de jours de croissance (jours)

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

- 5,9

- 2,4

9,1

12,5

650

794

235

290

122

155

(D’après Mc Kenney, 1998)

Géologie

La province naturelle des basses collines de la Grande Rivière est entièrement comprise dans la province géologique du Supérieur. Le socle, d’âge archéen, est dominé par la tonalite, avec des roches gneissiques (paragneiss), dans la partie sud, et quelques bandes de roches volcaniques (basalte) à proximité de La Grande Rivière.

Cliquez pour agrandir - Géologie - Relief et hydrographie
Cliquez pour agrandir

Relief

À proximité des côtes de la baie James et de la baie d’Hudson de même que dans la partie centrale, c’est un relief de plaine ondulée avec d’abondantes surfaces rocheuses dénudées. Les vallées sont étroites et peu encaissées. Vers l’est apparaissent des buttes et des collines de petite taille, selon une structure spatiale très serrée. L’altitude varie du niveau de la mer à 400 m à l’extrémité orientale, mais atteint 600 m au pied des monts Otish, à l’extrémité sud-est.

Hydrographie

Le réseau hydrographique est important ; il est grossièrement parallèle, orienté est-ouest, ce qui met clairement en évidence le patron structural du socle rocheux. Les principaux cours d’eau sont représentés par la partie inférieure des rivières Sakami, La Grande Rivière, Grande rivière de la Baleine et Petite rivière de la Baleine. La densité des plans d’eau est moyenne. Le fait marquant de ce réseau est la présence des grands réservoirs hydro-électriques Robert-Bourassa et La Grande 4.

Dépôts de surface

Dans la plaine ondulée, les dépôts marins ont comblé les parties basses ; ils sont accompagnés de tourbières. Les parties hautes laissent pointer de nombreux affleurements rocheux, sur lesquels s’accrochent des sables et graviers littoraux ; à ces derniers succèdent des dépôts glaciaires épais (drumlins et moraines De Geer). Vers l’est, les dépôts glaciaires minces, sur les buttes et les collines, de même que les sables et graviers fluvio-glaciaires, dans les fonds de vallées, se partagent l’espace.

Cliquez pour agrandir - Dépôts de surface - Végétation actuelle et utilisation du sol
Cliquez pour agrandir

Végétation actuelle

Le couvert forestier est résineux : principalement des forêts ouvertes et des forêts claires. Les landes à lichens, les landes boisées et les brûlis couvrent conjointement près de 40 % du territoire.

Faune

  • Espèces abondantes ou représentatives : caribou ; lemming d’Ungava ; martre d’Amérique ; lagopèdes ; bruant à couronne blanche ; sizerin flammé ; grand corégone ; doré jaune ; touladi.

  • Espèces notables : renard arctique ; bernache du Canada ; grand brochet.

Début du document  Section précédente  Section suivante  Fin du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017