Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Aires protégées au Québec
Les provinces naturelles

Niveau I du cadre écologique de référence du Québec

Description des provinces naturelles


Province I

Plateau central du Nord-du-Québec (159 000 km2)

Portrait sommaire

Le plateau central du Nord-du-Québec se présente comme un haut plateau incliné vers le nord et vers l’ouest, avec une dépression centrale.

Province I : Plateau central du Nord-du-Québec

Le socle rocheux est principalement composé de tonalite et de gneiss.

Dans l’ensemble, les dépôts glaciaires épais prédominent : ce sont principalement des moraines de Rogen et des drumlins.

Le climat est très froid et sec. La forêt résineuse ouverte au sud cède le pas à la lande boisée au nord et même à des landes à lichens et arbustes sur les sommets exposés.

Le réseau hydrographique est bien développé. D’importantes rivières, comme les rivières Churchill, Manicouagan, Caniapiscau, aux Mélèzes, La Grande Rivière et la Grande rivière de la Baleine, y prennent leur source. La densité des lacs, surtout de petite taille, est élevée. Par ailleurs, il faut souligner la présence de grands réservoirs reliés aux travaux hydro-électriques de la baie James : les réservoirs Caniapiscau, Laforge 1 et 2.

L’exploitation de l’hydro-électricité représente l’essentiel de l’activité économique.

Description

Limites

La limite sud souligne le changement rapide de collines à une plaine comblée par d’épais dépôts glaciaires. La limite ouest traduit le passage des moraines de Rogen (dépôts glaciaires épais) à des collines rocheuses. La limite nord suit approximativement les vallées des rivières aux Mélèzes et Du Gué. La limite est marque le contact brutal du plateau avec les collines de la fosse du Labrador.

Climat

Climat

Le plateau central du Nord-du-Québec possède un climat très froid. Il est modérément humide dans son tiers méridional et sec ailleurs, et la saison de croissance est courte partout.

Température moyenne annuelle (°C)

Température moyenne 3 mois + chauds (°C)

Précipitation totale annuelle (mm)

Précipitation totale 3 mois + chauds (mm)

Nombre de jours de croissance (jours)

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

- 5,9

- 4,1

9,1

11,4

650

932

235

336

122

130

(D’après Mc Kenney, 1998)

Géologie

Le noyau de cette province naturelle correspond à la sous-province géologique d’Ashuanipi, qui occupe l’extrémité est de la province géologique du Supérieur. Le socle, d’âge archéen, est dominé par des tonalites et des gneiss. Il est parcouru par un réseau dense de fractures orthogonales.

Cliquez pour agrandir - Géologie - Relief et hydrographie
Cliquez pour agrandir

Relief

C’est un haut plateau compartimenté en blocs de collines, dépressions et petits plateaux ondulés, incliné vers le nord et vers l’ouest, avec une légère dépression au centre. Des buttes et quelques blocs de collines à sommet arrondi constituent la périphérie de la dépression centrale. À l’intérieur de celle-ci, on retrouve aussi, mais très éparses, quelques buttes arrondies. L’altitude passe de 700 m, au sud-est, à 350 m à l’ouest et 300 m au nord.

Hydrographie

Le réseau hydrographique est bien développé. En raison de la position de haut plateau de la province naturelle, il est radial, c’est-à-dire qu’il prend à peu près toutes les directions à partir d’un point central (rôle de « château d’eau »). D’importantes rivières prennent naissance ici, comme la rivière Manicouagan vers le sud dans le golfe du Saint-Laurent, la rivière Eastmain et La Grande Rivière vers l’ouest dans la baie James, la Grande rivière de la Baleine vers le nord-ouest dans la baie d’Hudson, et la rivière Caniapiscau vers le nord dans la baie d’Ungava. La densité des plans d’eau est élevée et représentée par des petits lacs et deux grands réservoirs reliés aux travaux hydro-électriques de la baie James (Caniapiscau et Laforge 1).

Dépôts de surface

Les dépôts glaciaires épais sont le trait marquant de cette province naturelle, principalement les moraines de Rogen, qui, associées à une multitude de petits lacs, forment un paysage très particulier. On trouve aussi beaucoup de drumlins. Les buttes et collines arrondies du territoire sont recouvertes de dépôts glaciaires minces, dans lesquels pointent des affleurements rocheux. Entre les moraines de Rogen et les drumlins ainsi que dans la dépression centrale, les tourbières sont fréquentes. Les sables et graviers fluvio-glaciaires (eskers) sont aussi présents.

Cliquez pour agrandir - Dépôts de surface - Végétation actuelle et utilisation du sol
Cliquez pour agrandir

Végétation actuelle

Les forêts résineuses claires et les forêts résineuses ouvertes n’occupent plus que le tiers du territoire. Les landes à lichens et arbustes dominent. Les brûlis sont toujours abondants (près de 10 %), et la toundra commence à prendre de l’importance.

Faune

  • Espèces abondantes ou représentatives : caribou ; lemming d’Ungava ; lagopède des rochers ; bruant à couronne blanche ; sizerin flammé ; grand corégone ; ouananiche ; touladi.

  • Espèces notables : renard arctique ; bernache du Canada.

Début du document  Section précédente  Section suivante  Fin du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017