Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Aires protégées au Québec
Les provinces naturelles

Niveau I du cadre écologique de référence du Québec

Description des provinces naturelles


Province J

Péninsule d’Ungava (252 000 km2)

Portrait sommaire

La péninsule d’Ungava est un plateau rocheux tantôt ondulé tantôt formé de basses collines. La côte orientale est abrupte et fortement découpée (fjords). Le socle géologique est composé de tonalite et de gneiss traversés, dans la partie nord, par une bande de roches volcano-sédimentaires.

Province J : Péninsule d'Ungava

Les dépôts glaciaires, qui sont de minces à très minces, disputent l’espace aux nombreux affleurements rocheux. Sous un climat extrêmement froid et très sec, on trouve encore quelques îlots boisés, surtout de la pessière à lichens, dans les milieux abrités de la partie méridionale, mais, de façon générale, la toundra règne en maître sur cet immense plateau.

Le réseau hydrographique est bien développé, même si les principales rivières sont d’importance moyenne, comme la rivière aux Feuilles au sud, la rivière de Puvirnituq au nord et la rivière Arnaud à l’est. La densité des lacs (petits et moyens) est très élevée sur la partie inférieure du plateau (moitié ouest).

La population se concentre dans des villages côtiers et pratique surtout une économie de subsistance. On retrouve aussi de l’exploitation minière (nickel) à Raglan.

ClimatDescription

Limites

La limite sud-ouest emprunte la dépression allongée dans laquelle coule la rivière Nastapoka. C’est la limite entre les sous-provinces géologiques Bienville au sud et Minto au nord, soulignée par un changement brutal dans l’orientation des principales lignes structurales (est-ouest par rapport à sud-est–nord-ouest). La limite sud-est suit approximativement les vallées des rivières aux Mélèzes et Du Gué. La baie d’Hudson marque la limite ouest et le détroit d’Hudson, la limite nord. La baie d’Ungava puis le contact abrupt entre le plateau et les collines de la fosse du Labrador constituent la limite est.

Climat

Le climat de la péninsule d’Ungava est le plus rigoureux du Québec. Il est extrêmement froid, très sec, et la saison de croissance est très courte.

Température moyenne annuelle (°C)

Température moyenne 3 mois + chauds (°C)

Précipitation totale annuelle (mm)

Précipitation totale 3 mois + chauds (mm)

Nombre de jours de croissance (jours)

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

Min.

Max.

- 9,3

- 6,6

4,7

8,0

457

562

166

205

78

113

(D’après Mc Kenney, 1998)

Géologie

La plus grande partie de la province naturelle correspond à la sous-province géologique de Minto (province géologique du Supérieur), d’âge archéen. Les roches sont principalement des tonalites et des gneiss. Dans la partie nord, elle est traversée, d’est en ouest, par une bande de roches volcano-sédimentaires de la fosse d’Ungava, d’âge protérozoïque. Les roches sont principalement basaltiques et sédimentaires (mudrock). Au nord de cette bande volcano-sédimentaire, on trouve de nouveau des tonalites et des gneiss archéens associés à des roches méta-sédimentaires de l’ère protérozoïque.

Cliquez pour agrandir - Géologie - Relief et hydrographie
Cliquez pour agrandir

Relief

Cette province naturelle peut être considérée comme un immense plateau incliné vers l’ouest. La surface du plateau est généralement ondulée (dénivelé < 50 m). Par endroits, des blocs de buttes et de basses collines se sont formés, dont les plus importantes sont les collines de Puvirnituq liées à la fosse d’Ungava. L’altitude augmente lentement depuis la baie d’Hudson vers l’est : elle varie généralement de 0 à 300 m. Elle atteint cependant 650 m vers l’extrémité nord-est très proche de la côte du détroit d’Hudson. Cela donne un littoral abrupt et disséqué, avec de nombreux fjords.

Hydrographie

Le réseau hydrographique est bien développé. Dans la moitié ouest, c’est un réseau parallèle dense, alors que dans le bassin versant de la rivière aux Feuilles au sud, c’est un réseau en forme de treillis et dans le bassin de la rivière Arnaud à l’est, c’est un réseau dendritique. La densité lacustre est très élevée à l’ouest ; ce sont surtout des lacs de petite et moyenne superficie. Plusieurs grands lacs émaillent cependant cet immense plateau : les lacs Minto et à l’Eau Claire au sud-ouest et le lac Payne dans la partie centrale.

Dépôts de surface

Dépôts glaciaires minces et affleurements rocheux dominent ; localement cependant, on retrouve quelques dépôts glaciaires épais à forme drumlinoïde. Le plateau est aussi parcouru par de nombreux eskers. À proximité des côtes, dans les parties basses, à des altitudes inférieures à 180 m, on retrouve des dépôts marins très localisés.

Cliquez pour agrandir - Dépôts de surface - Végétation actuelle et utilisation du sol
Cliquez pour agrandir

Végétation actuelle

La forêt a, à toutes fins pratiques, disparu. C’est le domaine de la toundra et des landes à lichens et arbustes (près de 90 % du territoire).

Faune

  • Espèces abondantes ou représentatives : caribou ; renard arctique ; lemming d’Ungava ; bernache du Canada ; bruant à couronne blanche ; sizerin flammé ; lagopède des rochers ; grand corégone ; touladi ; omble chevalier (anadrome).

  • Espèces notables : lièvre arctique ; renard arctique ; faucon gerfaut ; faucon pèlerin.

  • Espèce introduite : bœuf musqué.

Début du document  Section précédente  Section suivante  Fin du document


Barre de navigation

| Accueil | Plan du site | Accessibilité | Pour nous joindre | Quoi de neuf? | Sites d'intérêt | Recherche | Où trouver? |

| Accès à l'information | Politique de confidentialité | Réalisation du site | À propos du site | Abonnement aux fils RSSAbonnement |


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2014