Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Aires protégées au Québec
Les provinces naturelles

Niveau I du cadre écologique de référence du Québec

Description des provinces naturelles


Province X

Estuaire et golfe du Saint-Laurent (152 000 km2)

Portrait sommaire

L’estuaire et le golfe du Saint-Laurent constituent la seule province naturelle du Québec dominée par l’eau : c’est d’abord un haut estuaire où l’eau passe de saumâtre à salée, puis un immense golfe. Le relief sous-marin est une plate-forme profondément entaillée par un chenal central et deux affluents majeurs.

Province X / Estuaire et golfe du Saint-Laurent

Portrait sommaire

L’estuaire et le golfe du Saint-Laurent constituent la seule province naturelle du Québec dominée par l’eau : c’est d’abord un haut estuaire où l’eau passe de saumâtre à salée, puis un immense golfe. Le relief sous-marin est une plate-forme profondément entaillée par un chenal central et deux affluents majeurs. Le socle rocheux est presque entièrement fait de roches sédimentaires, sauf une étroite bande de granites et de gneiss en bordure des rivages de la Côte-Nord. Les sédiments sablo-graveleux recouvrent la plate-forme, alors que les sédiments fins de texture argileuse tapissent le chenal et la partie distale de la plate-forme. Deux principaux courants de surface parcourent les eaux de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent : le courant du Labrador, à proximité des rivages de la Côte-Nord, et le courant de Gaspé. Pour les mois d’été, la température des eaux de surface est plus froide dans l’estuaire que dans le golfe ou sur les hauts-fonds des Îles-de-la-Madeleine. Le climat des îles est modérément froid et humide. L’estuaire et le golfe du Saint-Laurent sont le siège d’une intense activité économique centrée sur le transport maritime (la porte d’entrée de l’Amérique du Nord-est) et sur la pêche industrielle.

Description

Limites

Dans l’estuaire proprement dit, la limite occidentale est à la pointe nord de l’Île d’Orléans (passage de l’estuaire d’eau douce à l’estuaire d’eau saumâtre) ; les limites nord et sud sont les rivages de la Côte-Nord et de la Gaspésie. Dans le golfe, les rivages de la Gaspésie, de Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve et de la Côte-Nord délimitent successivement le périmètre de la province naturelle, qui ferme lorsque le détroit de Cabot au sud-est et le détroit de Belle-Isle au nord-est s’ouvrent sur l’Atlantique.

Climat

Climat

L’Île d’Anticosti est le milieu terrestre le plus important de la province naturelle. Son climat est ici présenté à titre indicatif seulement : il est modérément froid et humide, et la saison de croissance est moyenne.

Température moyenne annuelle (°C)

Température moyenne 3 mois + chauds (°C)

Précipitation totale annuelle (mm)

Précipitation totale 3 mois + chauds (mm)

Nombre de jours de croissance (jours)

1,7

13,2

1076

278

170

Moyennes climatiques calculées pour l’Île d’Anticosti

(D’après Mc Kenney, 1998)

Géologie - Relief sous-marin
Cliquez pour agrandir

Géologie

Les roches paléozoïques occupent presque entièrement le sous-sol du golfe du Saint-Laurent. Ce sont surtout des roches sédimentaires argileuses, siliceuses et carbonatées. Elles affleurent à l’Île d’Anticosti (mudrock et calcaire) et aux Îles-de-la-Madeleine, où l’on trouve des mudrocks et des grès associés à des roches volcaniques. En bordure immédiate du continent, sur la Basse-Côte-Nord, sur une bande de quelques kilomètres, les roches gneissiques précambriennes du socle grenvillien affleurent.

Relief sous-marin

L’estuaire et le golfe du Saint-Laurent correspondent à des basses-terres submergées et peu profondes qu’entourent les hautes-terres du bouclier canadien et des Appalaches. Ces basses-terres ont la forme générale d’une plate-forme parcourue par un profond chenal sous-marin, le chenal laurentien, et ses affluents, le chenal d’Anticosti et le chenal Esquiman dans le nord-est du golfe. La partie plate-forme (en bordure de la Côte-Nord, autour de l’Île d’Anticosti et des Îles-de-la-Madeleine) ne dépasse pas 100 m de profondeur. De forme transversale en U avec des versants abrupts, les chenaux sous-marins atteignent des profondeurs plus considérables : autour de 300 m pour les affluents et plus de 500 m pour le chenal principal.

Dépôts de surface

Dépôts de surface (sédiments de fond)

Deux grandes catégories de dépôts tapissent les fonds sous-marins de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent. Il y a tout d’abord des dépôts fins (limon et argile) d’origine marine ou glacio-marine. On les retrouve principalement dans les chenaux, les parties distales ou les dépressions de la plate-forme. Ensuite, il y a des dépôts grossiers (sable et gravier) d’origine deltaïque, littorale ou alluviale. Ils recouvrent les parties de la plate-forme proches des rivages terrestres ou les parties les moins profondes (hauts-fonds).

Courants et masses d’eau

Le golfe du Saint-Laurent reçoit un influx d’eau douce important provenant d’un très grand bassin versant. La couche d’eau de surface, plus douce et plus légère, se mélange avec la couche océanique sous-jacente, plus salée et plus dense, alimentée par le chenal laurentien. Le golfe reçoit aussi des eaux froides de la plate-forme du Labrador, qui pénètrent par le détroit de Belle-Isle, et des eaux en provenance de l’Atlantique, qui pénètrent par le détroit de Cabot et remontent vers le nord le long des côtes de Terre-Neuve. Ce processus provoque la formation de deux principaux courants de surface qui parcourent les eaux de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent : le courant du Labrador, à proximité des rivages de la Côte-Nord, et le courant de Gaspé, qui borde la rive nord de la Gaspésie et se disperse ensuite sur la plate-forme de la Madeleine.

Faune

  • Espèces abondantes ou représentatives : petit rorqual ; rorqual commun ; béluga ; oiseaux de mer : macareux moine ; fou de Bassan ; eider à duvet ; petit pingouin ; mouette tridactyle ; goéland argenté ; guillemot à miroir ; guillemot marmette ; capelan ; lançon d’Amérique ; hareng atlantique ; morue franche.

  • Espèces notables : baleine bleue ; pygargue à tête blanche (Anticosti) ; grenouille du nord (Anticosti) ; tortue luth ; esturgeon noir.

  • Espèce introduite : cerf de Virginie (Anticosti).

Début du document  Section précédente  Section suivante  Fin du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017