Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Répertoire des aires protégées et des aires de conservation gérées au Québec, 1999 (suite)

Annexe I / Clé pour la classification des aires protégées selon l'UICN (1994)

Annexe I / Clé pour la classification des aires protégées selon l'UICN (1994)

1. Les ressources culturelles associées témoignent de l'empreinte humaine dans le paysage, héritage d'un mode de vie ancestral ou traditionnel dont, par exemple, une caverne habitée, un fort surplombant une falaise, un site archéologique ou un site naturel ayant une importance patrimoniale pour les populations indigènes.

2. La permission de prélever les ressources naturelles porte sur l'utilisation durable « à des fins autres que de subsistance » et reste subordonnée à l'objectif premier de conservation de la biodiversité. À l'exception de l'exploitation sportive des ressources fauniques qui peut s'exercer sur l'ensemble de l'aire, l'exploitation extensive des autres ressources doit être confinée sur moins d'un tiers de l'aire.

3. L'intervention active signifie toute activité qui altère l'état naturel présumé de l'écosystème dans le but de favoriser des espèces particulières ou l'habitat dont, par exemple, le dragage d'un lac, l'irrigation, la gestion des feux, le fauchage, etc. Le contrôle d'animaux sauvages (chasse ou pêche contrôlée) ou de mauvaises herbes ne constitue pas une intervention active.

4. Un système naturel non modifié désigne une aire naturelle qui a largement conservé le caractère paysager qui existait avant l'établissement des immigrants européens. Par ailleurs, un système naturel modifié résultant de l'interaction de l’être humain rencontre les critères de la définition d'aire protégée s'il est maintenu par des pratiques traditionnelles plutôt que contemporaines comme, par exemple, les paysages ruraux ancestraux d'Europe.

5. Un site exceptionnel est un site possédant des caractéristiques naturelles spécifiques, comportant une valeur marquante à cause de sa rareté inhérente, de ses qualités représentatives ou esthétiques ou de sa signification culturelle. Ces sites sont généralement de petite superficie et incluent, notamment, des chutes, des gorges, des cratères, des lits fossilifère et des aires naturelles (dunes de sable, île, falaise, marais) abritant une faune et une flore uniques.

Index - Biodiversité  Section précédente   Section suivante   Fin du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017