Aller au contenu
Navigation par thématique
Menu de la section biodiversité

Espèce menacée au Québec


Arnica de Griscom

Nom latin : Arnica griscomii subsp. griscomii  - Famille : Astéracées (famille de la marguerite)

Comment la reconnaître?
Haute de 5 à 25 centimètres, l’arnica de Griscom se remarque par ses fleurs entièrement jaunes situées au bout d’une tige généralement solitaire, plus ou moins velue vers le haut. Les 1 à 4 paires de feuilles qui garnissent sa tige sont opposées et sessiles, alors que celles qui sont disposées à sa base sont portées par un petit pétiole. Le fruit est constitué d’un akène surmonté d’un anneau de soies blanches et barbelées.

Répartition au Québec
Répartition au Québec
Occurrences
Récentes

Où la trouve-t-on?
L’arnica de Griscom est une espèce d’affinité arctique-alpine. On ne rencontre cette plante que dans la région du golfe du Saint-Laurent, et nulle part ailleurs dans le monde. Outre sur la côte nord-ouest de Terre-Neuve, elle est restreinte à quelques localités seulement des régions du Bas-Saint-Laurent (01) et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (11). Elle colonise les escarpements rocheux basiques des étages alpins (c’est-à-dire au-dessus de la limite des arbres) et subalpins de même que des corniches dans le haut de falaises maritimes calcaires.

Photo : Guy Jolicœur, MDDELCC

Pourquoi est-elle menacée?

Espèce endémique au golfe du Saint-Laurent, l’arnica de Griscom est de surcroît extrêmement rare dans son aire de répartition. Au Québec, elle ne croît que sur quelques escarpements de la région du mont Logan dans les monts Chic-Chocs et du mont Saint-Alban sur la presqu’île de Forillon. Comme à Terre-Neuve, sa situation au Québec s’avère extrêmement précaire en raison du faible effectif de ses populations et d’un faible taux de reproduction. On observe donc un déclin dans la plupart des localités où la plante peut être observée.
Arnica de Griscom
Photo : Christian Savard