Aller au contenu
Navigation par thématique
Menu de la section biodiversité

Espèce vulnérable au Québec


Cypripède tête-de-bélier

Nom latin : Cypripedium arietinum - Famille : Orchidacées (famille du sabot de la Vierge)

Comment la reconnaître?
C’est le plus petit de nos cypripèdes, atteignant seulement de 15 à 30 cm de hauteur. La fleur solitaire possède 3 sépales et 2 pétales séparés, brun-pourpre. Le labelle blanc est maculé de rouge-pourpre et est densément poilu autour de l’orifice. La floraison a lieu de la fin de mai à la fin de juin. Le fruit est une capsule brune, dressée et ellipsoïde.

Répartition au Québec
Répartition au Québec
Occurrences
Récentes  Historique
Disparue

Où la trouve-t-on?
Au Québec, le cypripède tête-de-bélier pousse habituellement dans des sapinières ou dans des forêts composées d’un mélange de pin blanc et de chêne rouge. On le trouve aussi dans des cédrières implantées en bordure des lacs et des rivières. Il occupe le plus souvent le bas des pentes et se trouve rarement à plus d’une trentaine de mètres de la rive d’un plan d’eau. L’espèce croît sur des sols minces qui reposent dans la majorité des cas sur des substrats calcaires.

Photo : Frédéric Coursol

Pourquoi est-elle menacée?

Au Québec, on connaît 51 occurrences de cette espèce, dont 5 sont historiques et 2 sont disparues. Son habitat relativement restreint au Québec vient limiter l’expansion de l’espèce. Les coupes forestières, la construction de chalets et le piétinement constituent les principales menaces à sa survie.
Cypripède tête-de-bélier
Photo : Ashley Squier, MDDELCC