Aller au contenu
Navigation par thématique
Menu de la section biodiversité

Espèce vulnérable au Québec


Floerkée fausse-proserpinie

Nom latin : Floerkea proserpinacoides - Famille : Limnanthacées (famille de la floerkée)

Comment la reconnaître?
Plante herbacée annuelle, la floerkée fausse-proserpinie possède une tige glabre et couchée, atteignant entre 10 et 30 cm de longueur. Elle s’enracine à la base des tiges entremêlées et forme souvent des tapis. Les feuilles alternes, sans stipule, comprennent de trois à cinq folioles linéaires à elliptiques. Les fleurs très petites et peu visibles, pédonculées, se développent à l’aisselle de chaque feuille. Les sépales persistants s’avèrent plus longs que les trois pétales blancs, ces derniers mesurant le tiers de la longueur des sépales. La floraison a lieu en mai. Les fleurs produisent d’une à trois nucules.

Répartition au Québec
Répartition au Québec
Occurrences
Récentes

Où la trouve-t-on?
Au Québec, on trouve cette herbacée dans les régions de Montréal (06), de la Montérégie (16) et de Chaudière-Appalaches (12). L’espèce croît dans des forêts partiellement ouvertes, dominées par le tilleul d’Amérique, le vinaigrier, l’orme d’Amérique, le micocoulier, l’érable argenté et les frênes. On la trouve le plus souvent sur des îles, dans des sites partiellement inondés au printemps à la suite de la fonte des neiges, en dehors de la plaine de débordement.

Photo : Norman Dignard, MRN

Pourquoi est-elle menacée?

Au Québec, on connaît 18 occurrences de floerkée fausse-proserpinie. Bien que l’on compte souvent plusieurs milliers d’individus par occurrence, les colonies n’occupent que de petites superficies. Le développement urbain, la coupe forestière et le piétinement des cueilleurs de têtes-de-violon au printemps constituent les principales menaces à la survie de l’espèce.
Floerkée fausse-proserpinie
Photo : Norman Dignard, MRN