Aller au contenu
Navigation par thématique
Menu de la section biodiversité

Espèce menacée au Québec


Gentiane de Macoun1
(populations sur le territoire de la municipalité régionale de comté de Bonaventure)

Nom latin : Gentianopsis virgata subsp. macounii - Famille : Gentianacées (famille de la gentiane)

Comment la reconnaître?
Plante herbacée annuelle ou bisannuelle, la gentiane de Macoun atteint de 10 à 40 cm de hauteur. La tige simple ou ramifiée porte jusqu’à huit fleurs. De deux à huit feuilles linéaires et lancéolées apparaissent le long de la tige principale. Le calice est formé de quatre sépales soudés sur plus de la moitié de leur longueur. La corolle violacée, très voyante, est divisée en quatre lobes munis de quelques dents marginales. À la préfloraison, ces lobes s’enroulent en cornet et s’étalent par la suite. Le fruit est une capsule s’ouvrant à maturité.

Répartition au Québec
Répartition au Québec
Occurrences
Récentes  Historique

Où la trouve-t-on?
Au Québec, on ne trouve la gentiane de Macoun que dans la région de la Baie-des-Chaleurs, en Gaspésie, de même qu’à la baie James. Elle occupe les estuaires d’eau douce ou saumâtre des rivières. On la trouve sur un substrat fin, le long du rivage, dans des herbaçaies basses et clairsemées. L’espèce peut s’adapter aux milieux perturbés de façon cyclique.

Photo : Vincent Piché, MDDELCC

Pourquoi est-elle menacée?

Au Québec, on ne connaît actuellement que deux occurrences de la gentiane de Macoun autour de la baie de Rupert. L’effectif de la population dans la région de la Baie-des-Chaleurs est si faible, soit moins de 150 individus, que toute activité humaine ou tout changement écologique risque de l’anéantir. Les ouvrages hydroélectriques, la construction de ponts ou de digues et les fluctuations écologiques naturelles peuvent contribuer à la raréfaction de cette espèce.

1Le nom apparaissant au Règlement sur les espèces floristiques menacées ou vulnérables et leurs habitats est « gentianopsis de Macoun ».

Gentiane de 
																Macoun
Photo : Sylvain Lamoureux, Fleurbec