Aller au contenu
Navigation par thématique
Menu de la section biodiversité

Espèce menacée au Québec


Ginseng à cinq folioles – populations sauvages

Nom latin : Panax quinquefolius - Famille : Araliacées (famille de l’aralie)

Comment la reconnaître?
Plante herbacée vivace, le ginseng à cinq folioles émane d’un rhizome grêle rattaché à une racine tubéreuse souvent fourchue. La tige dressée mesure de 20 à 50 cm de hauteur et porte un verticille d’un maximum de quatre feuilles composées et palmées (reliées comme les doigts d’une main) avec trois à cinq folioles ovées, acuminées et dentées. Des fleurs minuscules d’un blanc verdâtre sur un pédoncule forment une ombelle s’élevant du centre du verticille des feuilles. Le fruit est constitué de drupes un peu aplaties d’un rouge vif à maturité et contenant d’une à trois graines.

Répartition au Québec
Répartition au Québec
Occurrences
Récentes  Historique
Disparue

Où la trouve-t-on?
Autrefois plus répandu dans le sud du Québec, le ginseng à cinq folioles ne se concentre plus qu’en Montérégie. Il affectionne les érablières à érable à sucre méridionales où l’on trouve plusieurs espèces arborescentes comme le caryer cordiforme, le frêne blanc, le noyer cendré, le tilleul d’Amérique et le chêne rouge. L’espèce occupe les terrains plats ou les bas de pentes, sur des sols riches dont le pH se situe près de la neutralité.

Photo : Vincent Piché, MDDELCC

Pourquoi est-elle menacée?

Le sud du Québec constitue la limite septentrionale de l’aire de répartition du ginseng à cinq folioles en Amérique du Nord, une région où les pressions de l’expansion urbaine ne cessent de s’accroître. La cueillette, les pratiques non appropriées d’aménagement forestier, les effets des chablis ou de l’ouverture de la canopée, comme lors de la tempête de verglas de 1998, de même que la disparition et la dégradation de son habitat constituent en somme les principales menaces à sa survie.
Ginseng à cinq folioles – populations sauvages
Photo : Vincent Piché, MDDELCC