Aller au contenu
Navigation par thématique
Menu de la section biodiversité

Espèce menacée au Québec


Séneçon fausse-cymbalaire

Nom latin : Packera cymbalaria - Famille : Astéracées (famille de la marguerite)

Comment la reconnaître?
Petite plante herbacée vivace issue d’un rhizome, le séneçon fausse-cymbalaire possède des feuilles basilaires plus ou moins en rosettes, lyrées ou en forme de rein. Les feuilles de la tige, peu nombreuses, sont sessiles, plus ou moins divisées ou réduites à des bractées. L’inflorescence comprend généralement un seul capitule avec parfois un ou deux capitules latéraux. Ces capitules possèdent un centre jaune, orangé ou rougeâtre, garni ou non de rayons sur le pourtour. Le fruit est un akène glabre surmonté d’un anneau de soies blanches.

Répartition au Québec
Répartition au Québec
Occurrences
Récentes

Où la trouve-t-on?
Présent dans les régions du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, le séneçon fausse-cymbalaire colonise, en milieu alpin et subalpin, les corniches et les crevasses des escarpements composés de roches de nature calcaire, la partie supérieure des éboulis stabilisés, de même que les talus engazonnés. Il occupe aussi les corniches et les crevasses de falaises maritimes calcaires, entre 180 et 330 m d’altitude.

Photo : Benoît Tremblay, MDDELCC

Pourquoi est-elle menacée?

Le séneçon fausse-cymbalaire est une espèce fortement disjointe. Au Québec, on ne connaît que cinq occurrences. La survie des populations dépendrait en bonne partie de la multiplication végétative. Bien que situées dans des aires protégées, toutes les colonies sont constituées de très petites populations, ce qui les rend extrêmement vulnérables à toutes perturbations, même naturelles.
Séneçon fausse-cymbalaire
Photo : Benoît Tremblay, MDDELCC