Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Réserve écologique des Caribous-de-Jourdan 

La réserve écologique des Caribous-de-Jourdan est située à environ 30 kilomètres au nord de Val-d'Or; le site couvre une superficie de 712 hectares, au nord-ouest du lac Jourdan et en bordure nord de la rivière des Outaouais.

Cette réserve écologique vise la protection d'écosystèmes représentatifs de la région naturelle de la plaine de l'Abitibi. Elle protège également une partie du territoire d'hivernage d'un troupeau de caribous, population susceptible d'être désignée menacée ou vulnérable au Québec.

Ce territoire de l'Abitibi appartient à la province naturelle des Basses-terres de l'Abitibi et de la Baie-James. Les roches sont principalement de composition granitique; elles sont recouvertes principalement de tills minces à partir desquels des podzols humo-ferriques se sont développés.

Les principaux groupements végétaux de la réserve écologique des Caribous-de-Jourdan sont la bétulaie blanche à sapin, la bétulaie blanche à pin gris, les pessières noires (à lichens, à hypne, à éricacées et sphaignes), la tremblaie et la pinède grise.

Le site est compris à l'intérieur d'une aire d'hivernage importante d'un troupeau de caribous. Ce territoire, d'une superficie d'environ 1200 kilomètres carrés, se trouve à quelques kilomètres au sud de Val-d'Or, à la marge nord de la réserve faunique de La Vérendrye. Cette population de caribous, en situation précaire, constitue l'une des trois hardes isolées de Québec vivant au sud du 49e parallèle. Cette harde, qui compte quelque 40 individus, représente une relique des populations qui occupaient jadis les zones méridionales du Québec. Sa population tend à diminuer progressivement depuis 1950. Les modifications de l'habitat, à la suite de l'exploitation forestière principalement, constituent l'élément le plus conflictuel à l'égard de sa conservation. Le braconnage, les accidents routiers, les feux de forêt et la prédation contribuent également à la fragilité de cette population.

Début du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017