Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Réserve écologique Fernald

Située à quelque 20 kilomètres au sud de la ville de Cap-Chat, dans la municipalité régionale de comté de Matane, la réserve écologique Fernald occupe une superficie de 708,47 hectares.

La réserve écologique Fernald assure la protection d'une portion de l'imposant versant nord des monts Chic-Chocs où se retrouvent des groupements végétaux appartenant aux domaines climaciques de la sapinière à bouleau jaune, de la sapinière à bouleau blanc et de la sapinière à épinette noire. Ces domaines climaciques sont représentés par des éléments des trois régions écologiques suivantes: Lac Matapédia et Gaspésie, Bas et Moyens Monts Notre-Dame et Monts Chic-Chocs. Également, la réserve écologique protège des espèces floristiques désignées et susceptibles d'être désignées menacées ou vulnérables.

Le relief du territoire de la réserve écologique est vallonné dans la partie inférieure du versant. La déclivité prend de l'ampleur entre les 250 et 450 mètres d'altitude et s'accentue brusquement pour atteindre les sommets aplatis (tables) des monts Collins, Mattawees et Fortin à une altitude de près de 1 100 mètres.

L'assise rocheuse est représentée par deux unités appartenant au groupe géologique de Shickshock. La première, l'unité du Bras au Saumon, correspond à la partie accidentée du relief de la réserve écologique et est composée de roches volcaniques. La seconde, l'unité du lac Matapédia, est constituée d'un assemblage de roches volcaniques et sédimentaires dont l'arkose et le schiste ardoisier.

Les glaciers du Wisconsin ont couvert l'ensemble du territoire. Ils ont mis en place une couverture de till dans la partie inférieure des versants de faible déclivité et ont modelé des cirques dans les versants abrupts. Ces derniers, au pied desquels se sont accumulés des dépôts de colluvionnement de granulométrie très variée, sont surtout constitués de roc. Les dépôts des sommets sont, selon ces caractéristiques, davantage associés à un manteau résiduel qu'à un till. Les champs de blocs sont fréquents et des formes de cryoturbation (cercle et polygone de pierres, par exemple) sont bien représentées.

La réserve écologique Fernald

Une protection pour des espèces menacées
vivant sur les flancs des Chic-Chocs :
la réserve écologique Fernald.

La végétation qui colonise le versant des monts Chic-Chocs s'organise selon une séquence altitudinale. La partie inférieure du versant jusqu'à l'altitude de 450 mètres est l'hôte de l'érablière à sucre et de l'érablière à bouleau jaune et sapin. Le cerisier tardif a été observé dans ces peuplements. Entre les altitudes de 450 à 700 mètres, l'érablière fait graduellement place à la sapinière à sapin baumier et à la sapinière à bouleau blanc. À mi-pente, la sapinière se transforme graduellement en forêt subalpine ouverte et, sur les hauts de pente et les sommets, elle est remplacée par la forêt rabougrie (krummolz).

Les crêtes dénudées et les parois rocheuses exposées comportent une flore alpine diversifiée dont certaines espèces sont désignées menacées ou vulnérables ou sont susceptibles d'être ainsi désignées. Les principales espèces, incluant celles des milieux humides à drainage oblique, sont: l'arnica de Griscom sous-espèce de Griscom et le séneçon fausse-cymbalaire, qui sont désignées, l'arnica à aigrette brune, le Cirsium muticum var. monticolum, Festuca altaica, la gnaphale de Norvège, le pâturin de Fernald et la saxifrage des neiges variété de la Gaspésie qui sont susceptibles d'être désignées.

Le toponyme de la réserve écologique est donné en l'honneur de Merritt Lyndon Fernald (1873-1950) qui a fait connaître, à l'échelle mondiale, la flore des Chic-Chocs. Parmi les territoires explorés par Fernald et dont il révéla la richesse, citons les environs des monts Logan, Coleman, Pembroke, Fortin et Matawees. Un passage entre ces deux derniers porte le nom de « Passe à Fernald ». En 1938, l'Université de Montréal le nomma docteur honoris causa et en 1949, l'Institut botanique de Montréal lui décerna la médaille Marie-Victorin.

Début du document


Barre de navigation

| Accueil | Plan du site | Accessibilité | Pour nous joindre | Quoi de neuf? | Sites d'intérêt | Recherche | Où trouver? |

| Accès à l'information | Politique de confidentialité | Réalisation du site | À propos du site | Abonnement aux fils RSSAbonnement |


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2002