Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Réserve écologique du Grand-Lac-Salé 

La réserve écologique du Grand-Lac-Salé, d'une superficie de 2 339 hectares, se situe au centre sud de l'île d'Anticosti.

Le site assure la protection d'écosystèmes aquatiques, semi-terrestres et terrestres, notamment la plus grande lagune et le plus grand marais salé de la région Anticosti-Minganie.

Le socle rocheux de la réserve écologique se compose de roches sédimentaires vieilles de 400 à 600 millions d'années. Elles appartiennent à la formation Chicotte qui se compose surtout de calcaires et s'observe essentiellement entre les rivières Brick et Chicotte sur une largeur de 6 kilomètres.

Sur le plan géomorphologique, le territoire de la réserve écologique se subdivise en deux parties: la côte et le littoral. La côte correspond à la partie émergée en permanence et se caractérise principalement par un bas plateau recouvert de sable, de graviers et de galets ou de dépôts organiques. Le plateau se termine au bas d'une falaise rocheuse de 5 à 15 mètres de hauteur. La partie nord de la falaise est recouverte de till peu épais.

Le littoral se subdivise en deux sections: le haut et le bas littoral. Le haut littoral n'est inondé que lors des marées d'équinoxe tandis que le bas littoral est inondé à chacune des marées.

La réserve écologique du Grand-Lac-Salé est constituée d'écosystèmes aquatique, semi-terrestre et terrestre. L'écosystème aquatique caractérise les milieux inondés en permanence. Dans le secteur du Grand Lac Salé, les eaux profondes d'eau douce sont absentes. Les eaux profondes d'eau salée (milieu marin de plus de 2 mètres de profondeur lors des marées hautes) sont présentes. Comme son nom l'indique, la réserve écologique abrite le plus grand marais salé de l'île d'Anticosti.

L'écosystème semi-terrestre regroupe les sites mal drainés, soit ceux à l'intérieur de dépressions où la nappe phréatique se tient près de la surface, soit inondés par les marées ou les hautes eaux printanières. Les essences forestières sont absentes ou alors elles présentent une croissance limitée. Les écosystèmes semi-terrestres sont la rive, les tourbières ombrotrophe et minérotrophe de même que les marais et les marécages.

L'écosystème terrestre englobe les sites où le drainage varie d'excellent à imparfait et où le développement des sols et de la végétation est peu ou pas affecté par des conditions hydriques prononcées. La forêt appartient principalement à la sapinière à épinette blanche et Pleurozium schreberi.

La flore de la réserve écologique est très variée. Elle compte également certaines espèces susceptibles d'être désignées menacées ou vulnérables: l'aréthuse bulbeuse, le carex de host, le cypripède jaune variété à pétales plats, la droséra à feuilles linéaires et le xyris des montagnes.

Début du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017