Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Réserve écologique Louis-Babel 

D'une superficie de 23 540 hectares, ce qui fait d'elle -- et de loin -- la plus vaste de tout le réseau québécois, la réserve écologique Louis-Babel occupe le mont de Babel, dans la partie nord de l'île René-Levasseur (réservoir Manicouagan). Elle est située en territoire non organisé de la municipalité régionale de comté de Manicouagan.

Cette réserve écologique protège des écosystèmes boréaux, montagnards et alpins de la région écologique de la Rivière Toulnustouc (domaine de la pessière noire à sapin et mousses) et de celle des Sommets du lac Marceau (domaine de la sapinière à épinette noire). Elle assure également la protection d'un site présentant un intérêt géologique exceptionnel puisqu'elle constitue un des cinq sites québécois caractérisés par une structure de métamorphisme de choc.

La réserve écologique Louis-Babel - Photo MENV

La réserve écologique Louis-Babel protège
un site géologique exceptionnel. Le mont Babel
résulte du rebondissement du fond d'un énorme
 cratère formé par l'impact d'un météorite,
il y a 210 millions d'années. - Photo MENV

Le relief de l'île René-Levasseur est montueux. Sa partie centrale est surmontée du mont de Babel, au relief montagneux et très accidenté. L'altitude varie de 350 à 940 mètres. Cette île intéresse les géologues depuis longtemps par sa structure de métamorphisme de choc. Son origine est liée à l'impact d'un corps céleste, qui remonterait à 210 millions d'années. Cet impact météoritique forma un cratère, le plus grand et le plus complexe du Canada. Le mont de Babel et une bande de terrain de six kilomètres de largeur en moyenne située au centre de l'île constituent les deux principales zones de métamorphisme de choc qui ont résulté du rebondissement du centre du cratère. Anorthosite, quartz et feldspath en constituent les principales roches. Le mont de Babel est de plus caractérisé par un gisement de zéolite, pierre semi-précieuse. Ce substrat rocheux a été recouvert par des tills généralement épais.

Le long d'un gradient altitudinal, la succession de milieux passant de forêt à forêt rabougrie, krummholz et toundra est remarquable. Les forêts du bas des versants sont représentées, entre autres, par des pessières noires à sapin et mousses, des pessières à éricacées et sphaignes et des pessières à aulne. Les forêts rabougries et les krummholz sont très fréquents; ces formations sont dominées par l'épinette noire. Enfin, l'étage alpin, ou toundra, caractéristique des sites les plus élevés et les plus exposés au vent, est colonisé par des communautés où lichens et bleuets dominent.

La réserve écologique est identifiée à la mémoire du père Louis Babel (1829-1912). Missionnaire chargé d'évangéliser les Montagnais et les Naskapis, il a passé près de 60 ans de sa vie sur la Côte-Nord. De mémoire d'homme, il aura été le premier Blanc à traverser l'intérieur de la Côte-Nord jusqu'au Labrador, au cours des années 1866, 1867, 1868 et 1870. Ces explorations amenèrent le père Babel à recueillir de précieux renseignements sur la géographie des lieux et les moeurs et coutumes des Amérindiens. Il est considéré comme étant le premier explorateur scientifique du nord-est québécois.

Début du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017