Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Réserve écologique Marcelle-Gauvreau

La réserve écologique Marcelle-Gauvreau est située au nord de la rivière Sainte-Marguerite et à 22 kilomètres au nord-ouest du village de Sacré-Coeur. Elle occupe une superficie de 116,5 hectares, en territoire non organisé de la municipalité régionale de comté du Fjord-du-Saguenay.

Le site vise à assurer la protection d'écosystèmes typiques des régions écologiques des Contreforts des Laurentides du Saguenay et des Montagnes du Saguenay, lesquelles appartiennent au domaine de la sapinière à bouleau jaune.

La réserve écologique Marcelle-Gauvreau

Escarpements et éboulis, la réserve écologique
Marcelle-Gauvreau est le berceau de la pinède blanche
et du thuya occidental.

Le relief du secteur de la réserve écologique présente une morphologie de buttes orientées sud-ouest -- nord-est. Du fond de la vallée de la rivière Sainte-Marguerite au sommet de la colline, l'altitude passe de 100 à 500 mètres. Le substrat rocheux est composé d'un complexe de gneiss à quartz et de gneiss charnockitiques, roches qui s'altèrent facilement. Les dépôts meubles sont principalement des tills minces et le roc affleure dans les parties les plus accidentées. Les sols de la région et de la réserve écologique appartiennent principalement au groupe des podzols, qui sont bien à modérément bien drainés.

La réserve écologique Marcelle-Gauvreau représente un milieu terrestre où l'influence du roc et du relief est déterminante dans la constitution des peuplements végétaux. Ainsi, les escarpements et les éboulis sont colonisés par la pinède blanche, la pinède blanche à sapin et thuya occidental ainsi que la sapinière à thuya occidental. Sur les hauts de versants, le pin rouge s'associe souvent au pin blanc. Les sommets sont colonisés par la pessière noire à kalmia à feuilles étroites et par la pessière noire à cladonies, qui forment des peuplements ouverts ou très ouverts.

La réserve écologique a été nommée en l'honneur de Marcelle Gauvreau (1907-1968), grande vulgarisatrice scientifique qui débuta sa carrière aux côtés du frère Marie-Victorin, à titre de responsable de la bibliothèque de l'Institut botanique du Jardin botanique de Montréal. Active également dans l'enseignement, elle mit sur pied une école d'initiation à l'histoire naturelle (L'Éveil) pour les jeunes et enseigna la botanique aux soeurs de Jésus-Marie. Elle s'intéressa plus particulièrement aux algues marines du Québec. Enfin, elle contribua activement à la rédaction de la Flore laurentienne.

Début du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017