Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Réserve écologique du Père-Louis-Marie

Située à environ 25 kilomètres au sud-est de Maniwaki, la réserve écologique du Père-Louis-Marie couvre une superficie de 315 hectares. Elle est bordée par la baie des Sables, la baie Desjardins et une partie de la baie de Makenzie, du lac des Trente et Un Milles.

Cette réserve écologique assure la protection d'écosystèmes représentatifs de la forêt résineuse de la région écologique de la Moyenne Gatineau, laquelle appartient au domaine de l'érablière sucrière à bouleau jaune.

La réserve écologique du Père-Louis-Marie

Dédiée à un de nos grands botanistes, la réserve
écologique du Père-Louis-Marie assure la protection
de vastes pinèdes blanches dans une grande
érablière à bouleau jaune.

Le relief est typique des hautes-terres du Bouclier précambrien. Il prend l'aspect d'une pénéplaine formée de buttes et de collines se nivelant à des altitudes de 250 à 500 mètres et creusée par des vallées et dépressions dont le plancher se situe entre 150 et 250 mètres d'altitude. Le substrat rocheux est constitué de marbre et de roches calcosilicatées, sur lesquels la dernière glaciation a laissé des dépôts de tills d'épaisseur variable. Ils sont minces et discontinus en position convexe, où le roc affleure souvent. Les sols de la réserve écologique appartiennent à l'ordre des podzols ou des brunisols dystriques. Des sols organiques fibriques à mésiques occupent les dépressions mal drainées.

Les principaux groupements végétaux de la réserve écologique sont des pinèdes blanches, où le pin blanc est en association avec le noisetier à long bec ou le pin rouge, selon la profondeur du substrat et le drainage, l'érablière à bouleau jaune et pin blanc, la peupleraie à grandes dents, la cédrière humide au fond d'une dépression et la cédrière sèche à pin blanc et peuplier baumier, qui occupe des sols minces, bien drainés. Ce dernier peuplement est plutôt rare.

Du côté de la faune, l'important ravage de cerf de Virginie du lac des Trente et Un Milles occupe une partie de la réserve écologique. Les cédrières et les pinèdes offrent nourriture et abri à l'espèce, particulièrement durant l'hiver.

La réserve écologique est identifiée en l'honneur du père Louis-Marie Lalonde (1896-1978). Botaniste et important communicateur scientifique, il laissa un imposant herbier de plus de 100 000 spécimens à l'Université Laval, en 1962.

Début du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017