Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Réserve écologique de la Presqu'île-Robillard

Constituée en 2000, la réserve écologique de la Presqu’île-Robillard, la 62e du réseau québécois, est située à l’entrée du lac des Deux-Montagnes à 15,5 kilomètres au sud de la ville de Lachute. Elle se trouve dans la municipalité de Saint-André-d’Argenteuil qui fait partie de la MRC d’Argenteuil.

Réserve écologique de la Presqu'île-Robillard (Photo : Marcelle Ruest - MDDEP)
Saule noir longeant la Baie Carillon

Réserve écologique de la Presqu'île-Robillard (Photo : Marcelle Ruest - MDDEP)
Érablière argentée de la réserve écologique
de la Presqu'île-Robillard

La réserve écologique de la Presqu’île-Robillard, d’une superficie de 84 hectares, protège des groupements végétaux riverains, dominés par l’érable argenté, caractéristiques des milieux humides de la région du lac des Deux-Montagnes. Elle assure en même temps la protection du micocoulier (Celtis occidentalis) et de la cardamine bulbeuse (Cardamine bulbosa), deux plantes susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables. La baie et le territoire de la réserve écologique, des endroits propices à la nidification ainsi qu’à l’alimentation de la sauvagine, sont aussi favorables au frai de nombreuses espèces de poisson, dont le crapet à longues oreilles (Lepomis megalotis), une espèce susceptible d’être désignée menacée ou vulnérable. Bon nombre d’autres espèces fauniques fréquentent aussi ces habitats.

La réserve occupe, à une altitude de 24 mètres, une flèche deltaïque, inondée au printemps et formée par l’apport de sédiments de la rivière du Nord, laquelle rejoint à cet endroit la rivière des Outaouais. Le relief s’élève graduellement depuis l’intérieur de la baie de Carillon jusqu’au sommet du cordon sableux au sud, mais ne gagne en altitude qu’un mètre au-dessus du niveau moyen des eaux. Les rives de la baie, qui sont protégées des vents, du courant et des vagues, sont régulières et en pente douce.

Toute la réserve écologique est constituée de dépôts alluvionnaires récents non différenciés sur lesquels se développent des groupements forestiers dominés par l’érable argenté qui est principalement associé au frêne de Pennsylvanie, à l’orme d’Amérique et au saule noir. La strate herbacée, peu diversifiée, comporte surtout la laportéa du Canada et à certains endroits, l’onoclée sensible ou la matteuccie fougère-à-l’autruche. Certaines trouées du couvert forestier, qui résultent d’anciennes coupes, sont dominées par un groupement herbacé de phalaris roseau et d’impatiente du Cap. Le territoire présente également des groupements arbustifs à céphalanthe occidental et à saule noir et saule cordé.  

  

Début du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017