Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Réserve écologique Samuel-Brisson

La réserve écologique Samuel-Brisson occupe une partie du massif du mont Mégantic (orientation nord-est). Elle appartient à la municipalité de paroisse de Val-Racine. Grossièrement en forme d'arc, le territoire représente une superficie de 802,83 hectares.

Le site assure la protection d'écosystèmes représentatifs des régions écologiques des Hautes Appalaches, des collines de Mégantic et des lacs Etchemin et Squatec.

La réserve écologique Samuel-Brisson

Un échantillon des montagnes frontalières
du Québec et des États-Unis :
la réserve écologique Samuel-Brisson.

Au point de vue géomorphologique, la région du mont Mégantic aurait été témoin de deux phases bien distinctes de glaciation, lesquelles se sont traduites par deux couches morainiques se superposant. Le dépôt original a subi localement des modifications en raison principalement des versants abrupts de la montagne. Une partie des matériaux de till a été entraînée vers le bas des pentes par l'eau de ruissellement. Par contre, le haut des versants est caractérisé par un till mince et un relief moins bien organisé (amoncellements de blocs).

La végétation de la réserve écologique, comme celle du mont Mégantic, appartient à trois formations distinctes: les forêts feuillue, mixte et coniférienne. La première est caractérisée par ses érablières. L'érablière à bouleau jaune croît au bas des pentes, à une altitude de 400 à 650 mètres, là où les conditions édaphiques sont les meilleures.

La forêt mixte, caractérisée par le sapin baumier et le bouleau jaune, occupe les stations au drainage allant de moyen à imparfait, à une altitude située entre 650 et 800 mètres. À une altitude supérieure à 800 mètres, le bouleau jaune cède sa place au bouleau blanc. À plus de 900 mètres, la sapinière à oxalide des montagnes coiffe les crêtes. Il s'agit d'une forêt composée presque exclusivement de sapin baumier où l'épinette rouge, l'épinette blanche et le bouleau blanc apparaissent sporadiquement et marquent des conditions climatiques et édaphiques plus sévères.

Pour la flore, signalons la présence d'une plante désignée vulnérable -- l'ail des bois -- et d'une autre susceptible d'être désignée menacée ou vulnérable au Québec -- la violette à feuilles rondes.

Le toponyme de la réserve écologique est donné en l'honneur de Samuel Brisson (1918-1982), botaniste et naturaliste, qui a laissé une marque importante dans la région de l'Estrie. Il a collaboré à des projets d'envergure concernant la flore de cette région, de même que celles du Saguenay -- Lac-Saint-Jean et du Québec nordique. L'Herbier Rolland-Germain de l'Université de Sherbrooke, dont il était assistant-conservateur à son décès, est devenu, en grande partie grâce à son travail, le troisième herbier en importance au Québec.

Début du document


Barre de navigation

| Accueil | Plan du site | Accessibilité | Pour nous joindre | Quoi de neuf? | Sites d'intérêt | Recherche | Où trouver? |

| Accès à l'information | Politique de confidentialité | Réalisation du site | À propos du site | Abonnement aux fils RSSAbonnement |


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2002