Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Réserve écologique internationale Thomas-Sterry-Hunt

Situé de part et d'autre de la frontière Québec-Maine, le site de la réserve écologique, dite internationale, fait partie de la municipalité régionale de comté de Montmagny, du côté québécois. Il occupe une superficie de 56,1 hectares.

La réserve écologique internationale Thomas-Sterry-Hunt

Un partenariat États-Unis - Québec dans la protection
d’une terre humide : la réserve écologique
internationale Thomas-Sterry-Hunt

La réserve écologique internationale Thomas-Sterry-Hunt protège des milieux humides représentatifs du système tourbeux appalachien.

Les habitats caractérisant la réserve écologique constituent en fait un complexe de tourbières divisé en trois sections principales correspondant à autant de bassins ouverts situés des deux côtés de la frontière canado-américaine. Comme la plupart des tourbières de cette région, celles de la réserve écologique sont peu profondes, la tourbe ne dépassant pas 2 mètres.

La réserve écologique internationale Thomas-Sterry-Hunt comprend trois types assez distincts de végétation. Le bassin de l'ouest est en majeure partie un fen structuré (tourbière dite minérotrophe, car enrichie par les eaux de ruissellement). Ce fen est dominé par des graminées et des sphaignes. Le bassin central, légèrement boisé, est un bog non structuré (tourbière dite ombrotrophe, pauvre en éléments minéraux, car alimentée exclusivement par les eaux de précipitations). Il est caractérisé par des bosquets d'épinette noire de faible taille (1,5 à 3 mètres de hauteur). Les sphaignes y sont très diversifiées et abondantes. Enfin, le bassin de l'est, situé principalement du côté des États-Unis, comprend une végétation de type fen ridé et très humide. Il est caractérisé par des lanières basses, colonisées par des sphaignes et des carex, et des lanières plus élevées, dominées par des éricacées et des mélèzes, outre les sphaignes omniprésentes.

Une espèce floristique susceptible d'être désignée menacée ou vulnérable a été identifiée, soit le xyris des montagnes.

Parmi les espèces fauniques de ces tourbières, certains mammifères comme l'orignal, le cerf de Virginie, le porc-épic, l'ours, le renard et le lièvre roux ont été observés.

La réserve écologique internationale Thomas-Sterry-Hunt a été ainsi nommée en l'honneur d'un chimiste, minéralogiste et géologue. Né au Connecticut (1826) et décédé à New York (1892), Thomas-Sterry Hunt enseigna durant plusieurs années la chimie et la minéralogie aux universités Laval et McGill, et la géologie au Massachusetts Institute of Technology de Boston. Auteur prolifique, il publia quelque 330 articles scientifiques et plusieurs volumes, dont un sur la géologie du Canada, en collaboration avec William Logan.

Début du document


Barre de navigation

| Accueil | Plan du site | Accessibilité | Pour nous joindre | Quoi de neuf? | Sites d'intérêt | Recherche | Où trouver? |

| Accès à l'information | Politique de confidentialité | Réalisation du site | À propos du site | Abonnement aux fils RSSAbonnement |


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2014