Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Réserve écologique de la Vallée-du-Ruiter

Située au coeur des monts Sutton, à environ 12 kilomètres à l'ouest du lac Memphrémagog, la réserve écologique de la Vallée-du-Ruiter couvre une superficie de 117 hectares, entre la rivière Missisquoi et le ruisseau Ruiter. Elle appartient à la municipalité régionale de comté de Memphrémagog.

Le site assure la protection d'écosystèmes représentatifs de la forêt feuillue de la région écologique de Sherbrooke, laquelle appartient au domaine de l'érablière à tilleul et de l'érablière à bouleau jaune.

Le site de la réserve écologique se trouve au niveau du contrefort des Appalaches et appartient au massif des monts Sutton. L'ensemble de ces collines est grossièrement orienté sud-ouest -- nord-est. Du fond de la vallée du Ruiter au sommet de la colline, où se trouve la réserve écologique, l'altitude passe de 300 à 550 mètres. Le substrat rocheux est composé de schistes et de micas, sur lesquels la dernière glaciation a laissé divers types de dépôts meubles, principalement des tills, plus ou moins épais selon le degré d'inclinaison de la pente. Les sols qui s'y sont développés sont principalement des podzols et des brunisols.

Les principaux groupements végétaux qui se trouvent dans la réserve écologique de la Vallée-du-Ruiter sont l'érablière sucrière à bouleau jaune et hêtre à grandes feuilles, la bétulaie blanche à noyer cendré, l'érablière à ostryer de Virginie et frêne d'Amérique et l'érablière à tilleul et frêne rouge.

Parmi les éléments floristiques connus actuellement, six espèces sont en situation précaire au Québec: l'ail des bois, espèce désignée vulnérable, Athyrium pycnocarpon, Carex prasina, Panicum clandestinum, le carex des Appalaches et la violette à feuilles rondes, espèces susceptibles d'être désignées menacées ou vulnérables.

Du point de vue faunique, 21 espèces d'oiseaux ont été observées tels la chouette rayée, le grand pic, le jaseur des cèdres, la paruline bleue à gorge noire, le pic maculé et le viréo aux yeux rouges.

Parmi les mammifères, le cerf de Virginie et le tamia rayé ont été identifiés. Des indices de la présence de l'orignal, de l'ours noir et du raton laveur ont également été notés.

Une vingtaine d'espèces d'insectes ont été reconnues sur le territoire. Citons, par exemple, la présence de populations importantes du papillon lune, espèce actuellement considérée en situation précaire au Québec. Soulignons également que de nombreuses observations directes d'amphibiens et de reptiles ont été faites; parmi ce groupe, notons la couleuvre rayée, la grenouille des bois, le crapaud américain et la salamandre pourpre, amphibien susceptible d'être désigné menacé ou vulnérable.

Début du document


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017