Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre en 2003 et évolution depuis 1990

Édition janvier 2006


Introduction

L’inventaire des émissions des gaz à effet de serre (GES) produits par l’activité humaine au Québec est tenu à jour sur une base annuelle depuis 1990 par le ministère de l’Environnement du Québec (maintenant appelé le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs). Cet inventaire est élaboré à partir de données recueillies auprès d’entreprises et d’institutions, ainsi qu’à partir de données statistiques obtenues principalement de Statistique Canada, de Statistique Québec, du ministère des Ressources naturelles et de la Faune, du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et de la Société de l’assurance automobile du Québec.

L’Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre (GES) est réalisé avec la collaboration des entreprises québécoises. Celles-ci fournissent de façon volontaire leurs données d’émissions ou leurs données de consommation énergétique et de production à partir desquelles le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs détermine les émissions de GES par entité.

Cet inventaire, mis à jour annuellement, respecte les consignes techniques de l’organisme international qui chapeaute les inventaires nationaux de GES, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GEIC), organisme relevant de l’Organisation des Nations Unies. Les GES et familles de GES visés sont ceux retenus dans le protocole de Kyoto.

Certaines émissions ne sont pas comptabilisées dans le total des émissions de cet inventaire. Ainsi, le CO2 provenant de la biomasse n’est pas inclus, car on présume que le CO2 relâché lors de la décomposition ou de la combustion de la biomasse est recyclé par les forêts, entre autres grâce à la photosynthèse. De plus, les émissions de CO2 provenant des sols agricoles sont maintenant déclarées dans le secteur Affectation des terres, changement d’affectation des terres et foresterie, dont le total n’est pas inclus dans l’inventaire.

Sont également exclues de l’inventaire les émissions provenant de combustibles fossiles utilisés pour le transport international (aérien et maritime), ainsi que les émissions provenant des réservoirs hydroélectriques.

L’Inventaire québécois des GES utilise un mode de compilation des données conforme à celui adopté par la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui regroupe sous l’article énergie toutes les émissions provenant de la combustion des combustibles fossiles, que ces émissions proviennent du transport ou des industries. Cependant, afin de faciliter la compréhension, ce rapport présente l’information selon sept secteurs d’activité économique avec la particularité que les émissions du secteur industrie regroupent les procédés et la combustion.

Les GES ou familles de GES, qui font l’objet de ce rapport, sont ceux considérés par le protocole de Kyoto. Dans le texte, les émissions sont exprimées en millions de tonnes équivalent de dioxyde de carbone (Mt éq. CO2).

Haut

Points saillants de l'inventaire 2003

En 2003, les émissions totales de GES au Québec se chiffraient à 91,0 Mt éq. CO2, soit 12,1 tonnes par habitant et représentaient 12,3 % des émissions canadiennes qui atteignaient 740 Mt éq. CO2.

Le secteur contribuant le plus aux émissions de GES au Québec est le secteur du transport (routier, aérien, maritime, ferroviaire, hors route), avec 34,0 Mt éq. CO2, soit 37,4 % des émissions. À lui seul, le transport routier représente 85,9 % des émissions du secteur transport ou 32,1 % des émissions totales.

Le secteur industriel est le deuxième secteur le plus important avec 28,3 Mt éq. CO2, ce qui représente 31,1 % des émissions totales. Dans ce secteur, les émissions se répartissent comme suit : 61,3 % proviennent de la consommation énergétique, 37,9 % des procédés industriels et 0,8 % des émissions fugitives et de l’utilisation de solvants et d’autres produits.

Vient ensuite le secteur résidentiel, commercial et institutionnel (chauffage des bâtiments) avec 13,2 Mt éq. CO2, soit 14,5 % des émissions.

L’agriculture, les déchets et la production d’électricité se partagent les autres émissions, avec 8,5 Mt éq. CO2 (9,4 %), 5,4 Mt éq. CO2 (5,9 %) et 1,5 Mt éq. CO2 (1,7 %) respectivement.

En 2003, le dioxyde de carbone (CO2) constituait le GES ayant contribué le plus aux émissions québécoises, avec 77,8 % de l’ensemble. La contribution du méthane (CH4) s’établissait à 11,3 %, celle de l’oxyde nitreux (N2O) à 7,0 % et celle des polyfluorocarbures (PFC) à 2,1 %. Les autres GES (HFC et SF6) contribuaient pour 1,7 % du total.

Les figures 1 et 2 montrent pour l’année 2003 la répartition des émissions selon les secteurs d’activité et la répartition selon les gaz ou familles de gaz.

 

Figure 1 : Répartition des émissions de GES au Québec par secteur d’activité en 2003   Figure 2 : Répartition des émissions de GES au Québec selon le type de gaz en 2003
Cliquez pour agrandir - Figure 1 : Répartition des émissions de GES par secteur d’activité en 2003   Cliquez pour agrandir - Figure 2 : Répartition des émissions de GES selon le type de gaz en 2003
Cliquez pour agrandir   Cliquez pour agrandir

Haut

Évolution depuis 1990

Figure 3 : Variations en pourcentage des émissions de GES, du PIB, de la population et de la consommation d’énergie provenant des combustibles fossiles, au Québec, depuis 1990
Cliquez pour agrandir - Figure 3 : Variations en pourcentage des émissions de GES, du PIB, de la population et de la consommation d’énergie provenant des combustibles fossiles, depuis 1990

Cliquez pour agrandir

En 1990, les émissions québécoises de GES se chiffraient à 85,3 Mt éq. CO2. Les deux années suivantes ont été marquées par un ralentissement économique qui a entraîné une baisse des émissions. De 1993 à 1998, les émissions ont affiché une tendance générale à la hausse, puis elles ont connu une légère diminution de 1998 à 2000. En 2001, une baisse importante s’est produite, ramenant les émissions à une valeur inférieure à celle de 1990. En 2002 et 2003, les émissions s’élèvent à nouveau et atteignent leur plus haut niveau depuis 1990; elles se chiffrent alors à 91,0 Mt éq. CO2 en 2003 (figure 3).

Les variations annuelles des émissions de GES observées au Québec depuis 1990 sont similaires aux variations constatées ailleurs dans le monde, y compris la baisse momentanée de l’année 2001.

Entre 1990 et 2003, les émissions de GES au Québec ont augmenté de 6,6 %. Au cours de cette période, la consommation d’énergie provenant des combustibles fossiles a augmenté de 11,1 %, la population a crû de 7,0 % et le PIB, de 35,2 %.

Durant cette même période, les émissions par habitant ont fluctué légèrement, pour revenir à 12,1 tonnes/habitant, leur niveau de 1990. Quant à elle, l’intensité des émissions par rapport au PIB qui a diminué de 21,1 %, passant de 0,50 à 0,39 kilotonne équivalent de CO2 / M$ de PIB.

La hausse des émissions de GES observée entre 1990 et 2003 est principalement attribuable à une hausse marquée des émissions dans le secteur du transport qui ont augmenté de 19,9 %. Depuis 1992, dans ce secteur, les émissions sont en constante augmentation.

Durant cette même période, les émissions du secteur industriel ont diminué, passant de 30,4 à 28,3 Mt éq. CO2, soit une baisse de 6,8 %. Cette baisse est principalement attribuable à la diminution des émissions provenant des procédés industriels, avec une baisse de 15,1 %.

Le secteur résidentiel, commercial et institutionnel est l’autre secteur qui a contribué le plus à l’augmentation des émissions de GES pour cette période. Le chauffage des bâtiments est la principale activité émettrice de GES de ce secteur où on note une augmentation de 19,0 % depuis 1990. Ce secteur connaît des variations importantes causées par les températures hivernales qui fluctuent d’une année à l’autre.

Les émissions du secteur de l’agriculture sont passées de 8,07 à 8,51 Mt éq. CO2, soit une augmentation de 5,5 %, entre 1990 et 2003.

Le secteur des déchets affiche une diminution d’émissions de GES entre 1990 et 2003 de 9,3 %, attribuable à la récupération et à l’incinération, dans certains sites d’enfouissement, des gaz émis lors de la décomposition des déchets. Pour les sites les plus importants, l’énergie produite par l’incinération de ces gaz est récupérée sous forme de vapeur ou est utilisée pour la production d’électricité.

Les émissions du secteur de la production d’électricité sont passées de 1,45 à 1,54 Mt éq. CO2, entre 1990 et 2003, mais cette variation est aléatoire d’une année à l’autre et dépend presque uniquement de l’utilisation de la centrale thermique de Tracy. Cette dernière a été très sollicitée en 2003.

Tableau 1 : Émissions de GES au Québec en 1990 et 2003

Catégories des sources Émissions (Mt éq. CO2) Variation des émissions 1990-2003 Part du secteur en 2003
1990 2003 Mt éq. CO2 % %
Transport 28,37 34,02 5,65 19,9 % 37,4 %
Transport routier 24,03 29,23 5,20 21,6 % 32,1 %
Autres transports 1,40 2,19 0,80 57,1 % 2,4 %
Transport aérien 0,95 0,83 -0,12 -13,0 % 0,9 %
Transport ferroviaire 0,58 0,76 0,17 29,8 % 0,8 %
Transport maritime 1,40 1,01 -0,39 -28,1 % 1,1 %
Industrie 30,40 28,32 -2,08 -6,8 % 31,1 %
Combustion industrielle 17,50 17,35 -0,15 -0,9 % 19,1 %
Procédés industriels 12,64 10,73 -1,91 -15,1 % 11,8 %
Utilisation de solvants 0,11 0,11 0,01 6,7  % 0,1 %
Émissions fugitives 0,15 0,12 -0,03 -17,9 % 0,1 %
Résidentiel, commercial et institutionnel 11,06 13,16 2,10 19,0 % 14,5 %
Résidentiel 6,78 6,05 -0,73 -10,8 % 6,6  %
Commercial et institutionnel 4,27 7,11 2,84 66,4 % 7,8  %
Agriculture 8,07 8,51 0,44 5,5 % 9,4 %
Fermentation entérique 2,50 2,26 -0,24 -9,4 % 2,5 %
Gestion du fumier 2,45 2,70 0,25 10,4 % 3,0 %
Gestion des sols agricoles 3,12 3,55 0,42 13,6 % 3,9 %
Déchets 5,95 5,40 -0,55 -9,3 % 5,9 %
Enfouissement des déchets 5,47 4,96 -0,51 -9,3 % 5,5 %
Traitement des eaux usées 0,27 0,29 0,02 6,7 % 0,3 %
Incinération des déchets 0,21 0,14 -0,06 -30,8 % 0,2 %
Électricité 1,45 1,54 -0,09 6,5 % 1,7 %
Total 85,29 90,95 5,66 6,6 % 100,0 %

 

Figure 4 : Émissions de GES au Québec par secteur d’activité pour les années 1990 et 2003

Cliquez pour agrandir - Figure 4 : Émissions de GES par secteur d’activité pour les années 1990 et 2003
Cliquez pour agrandir

Il est important de noter que les valeurs des émissions rapportées pour chacune des années depuis 1990 sont révisées régulièrement. Ceci, afin d’y introduire, entre autres, des données statistiques qui n’étaient pas disponibles au moment de la compilation, des modifications aux données statistiques antérieures, l’ajout de sources qui n’avaient pas été comptabilisées ou des méthodes améliorées d’évaluation des émissions. C’est ce qui explique que les valeurs de certaines données publiées antérieurement diffèrent de celles présentées dans ce rapport.

Haut

Portrait des émissions québécoises dans le contexte canadien

En 2003, les émissions québécoises de GES représentaient 12,3 % des émissions canadiennes qui atteignaient 740 Mt éq. CO2.

À titre de comparaison, les émissions de GES de l’Ontario se chiffraient à 206 Mt éq CO2, pour 27,9 % du total canadien. Pour sa part, l’Alberta a émis 224 Mt éq. CO2 de GES en 2003, soit 30,3 % des émissions canadiennes.

Il est à noter que le Québec a le plus faible taux d’émissions de GES par habitant de toutes les provinces et territoires canadiens, avec 12,1 t éq. CO2 / habitant. Le tableau suivant illustre ce propos.

Entre 1990 et 2003, le Québec, avec une augmentation de 6,6 %, présente le plus faible taux d’augmentation de ses émissions de GES (sauf en ce qui concerne le Yukon, dont les émissions ont diminué de 8,6 %).

Tableau 2 : Émissions de GES totales et par habitant des provinces canadiennes en 1990 et 2003

Province Émissions (Mt éq. CO2)1    Variation  
1990-2003
Population4
en 2003
Émissions par
habitant en 2003
1990 2003 % t éq.CO2/habitant
Saskatchewan 45,0 65,2 44,8 % 994 400 65,6
Alberta 167,7 224,4 33,8 % 3 158 600 71,0

Nouveau-Brunswick

15,8 21,0 33,1 % 750 900 28,0

Colombie-Britannique

51,3 63,4 23,7 % 4 152 300 15,3

Terre-Neuve et Labrador

9,3 10,9 16,5 % 518 400 21,0
Ontario 178,4 206,2 15,6 % 12 256 600 16,8
Territoires du Nord-Ouest 1,5 1,8 14,6 % 71 300 24,6
Manitoba 19,1 21,3 11,8 % 1 161 600 18,4
Nouvelle-Écosse 19,2 21,2 10,4 % 936 200 22,6
Île-du-Prince-Edouard 1,9 2,1 8,4 % 137 300 15,2
Québec2 85,3 91,0 6,6 % 7 492 300 12,1
Yukon 0,5 0,5 -8,6 % 30 600 15,4
Canada3 595,9 740,2 24,2 % 31 660 500 23,4
  1. Les émissions des provinces et territoires (sauf Québec) proviennent de l'Inventaire canadien des gaz à effet de serre 1990-2003 (avril 2005)

  2. Émissions calculées par le MDDEP (juillet 2005) et provenant de cet inventaire

  3. Le total canadien n'est pas égal à la somme des émissions des provinces et territoires, car les émissions fugitives de HFC ne sont pas comptabilisées au niveau provincial et les émissions québécoises calculées par Environnement Canada (pas présentées dans ce tableau)

  4. Données provenant de la dernière mise à jour de Statistiques Canada, (février 2005)

Émissions de gaz à effet de serre par secteur d'activité

Transport

Ce secteur inclut le transport routier, aérien intérieur, maritime intérieur, le transport ferroviaire, les véhicules hors route et le transport par pipeline du gaz naturel. En conformité avec les lignes directrices du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), les émissions liées au transport international, aérien et maritime ne sont pas comptabilisées dans les inventaires de GES.

Le secteur des transports est le principal émetteur de GES. Avec 34,0 Mt éq. CO2 de rejets en 2003, il représente 37,4 % des émissions québécoises. Les GES de ce secteur proviennent de la combustion des combustibles fossiles (essence, huile légère, huile lourde, propane, gaz naturel, etc.) utilisés comme carburant.

À lui seul, le transport routier, qui comprend les motocyclettes, les automobiles, les camions légers et les véhicules lourds, a rejeté 29,2 Mt éq. CO2 en 2003, soit 85,9 % des émissions provenant du transport.

Le transport routier est en grande partie responsable de la hausse de 19,9 % des émissions observées pour l’ensemble du secteur des transports entre 1990 et 2003. Pendant cette période, les émissions liées au transport routier sont passées de 24,0 Mt éq. CO2 à 29,2 Mt éq. CO2.

Définition de véhicules légers et lourds

Les véhicules légers pèsent 3 900 kg et moins ou peuvent accueillir 12 passagers ou moins. Cette catégorie inclut les automobiles et les camions légers. Les automobiles sont principalement destinées au transport des passagers. Les camions légers regroupent les fourgonnettes, les camionnettes et les véhicules utilitaires sport (VUS). Ils sont conçus pour le transport de passagers ou de marchandises et certains sont équipés de quatre roues motrices.

Les véhicules lourds (autobus, camions, tracteurs routiers, etc.) comprennent tout véhicule ayant un poids supérieur à 3 900 kg ou tout véhicule pouvant accueillir plus de 12 passagers.

Cette hausse de 5,2 Mt éq. CO2 est directement liée à l’accroissement du nombre de camions légers et de véhicules lourds sur les routes depuis 1990. En effet, les camions légers (fourgonnettes, camionnettes et véhicules utilitaires sport) ont presque doublé en nombre, passant de 587 575 à 1 240 576, alors que le nombre de véhicules lourds est passé de 99 607 à 196 459. L’augmentation du nombre de camions légers est une tendance également observée ailleurs en Amérique du Nord.

Malgré une légère hausse du nombre d’automobiles, les émissions de ces dernières ont diminué de 5,5 % depuis 1990. Cette baisse est en partie attribuable au renouvellement du parc d’automobiles. Les modèles plus anciens sont graduellement remplacés par des modèles plus récents, moins énergivores et émettant moins de GES.

Il faut noter que la meilleure performance (sur le plan énergétique) des moteurs des véhicules ne se traduit pas nécessairement en bout de ligne par une économie en émissions de GES car le gain est diminué, voire annulé, par l’augmentation de la puissance, du poids et des accessoires des véhicules, du kilométrage parcouru et de la hausse continue du taux de motorisation (nombre de véhicule par ménage).

Les émissions liées au transport aérien intérieur1 ont diminué de 13,0 % entre 1990 et 2003, tandis que celle dues au transport ferroviaire ont augmenté de 29,8 % pendant la même période. Les niveaux de leurs rejets ont atteint 0,83 Mt éq. CO2 et 0,76 Mt éq. CO2 en 2003. Les émissions du transport maritime intérieur ont, quant à eux, diminué de 28,1 %, leur niveau étant de 1,01 Mt éq. CO2 en 2003. Les émissions de la catégorie « autres transports », soit les véhicules hors route et le transport par pipeline, ont augmenté de 57,1 %, passant de 1,40 Mt éq. CO2 en 1990 à 2,19 Mt éq. CO2 en 2003. Les émissions de cette catégorie sont susceptibles de varier énormément d’une année à l’autre. L’augmentation observée en 2003 n’est peut-être que passagère. En 2002, les émissions avaient diminué de 40,6 % depuis 1990.


1 À défaut de données fiables pour le transport aérien intérieur pour l’année 2002, les émissions de 2001 ont été utilisées. Cette valeur sera corrigée lorsque les informations appropriées seront disponibles. retour au texte


Industrie

Les émissions de ce secteur sont surtout engendrées par la combustion de divers combustibles ainsi que par les procédés industriels. Sont aussi comptabilisées dans ce secteur les émissions de GES produites par l’utilisation de solvants et autres produits ainsi que par les émissions fugitives qui proviennent du transport et de la distribution du gaz naturel et des torchères associées au raffinage du pétrole.

Au Québec, le secteur de l’industrie vient au 2e rang, après celui des transports, avec des rejets évalués à 28,3 Mt éq. CO2 en 2003, soit 31,1 % des émissions totales. La répartition des émissions du secteur industriel est la suivante : 61,3 % proviennent de la combustion; 37,9 %, des procédés; 0,8 % des émissions fugitives ainsi que de l’utilisation de solvants et d’autres produits. Les émissions de GES du secteur de l’industrie ont diminué de 6,8 % entre 1990 et 2003.

  • Combustion industrielle
    Ce sous-secteur comprend les émissions industrielles provenant de l’usage de combustibles fossiles à des fins de production de biens ainsi que les émissions émanant des centrales thermiques exploitées par les entreprises.

Entre 1990 et 2003, les émissions du sous-secteur combustion industrielle ont diminué de 0,9 %, passant de 17,5 Mt éq. CO2 à 17,4 Mt éq. CO2. Cette baisse est attribuable à l’amélioration de l’efficacité énergétique ou à des changements de combustible.

En 2003, les industries ayant les plus fortes émissions de GES reliées à l’utilisation de combustibles fossiles sont, par ordre décroissant, les fabriques de pâtes et papiers (3,6 Mt éq. CO2; 20,6 %), les raffineries de pétrole (3,5 Mt éq. CO2; 20,0 %), les industries produisant des métaux ferreux (2,5 Mt éq. CO2; 14,6 %), les industries chimiques (1,9 Mt éq. CO2; 10,9 %) et les cimenteries et les usines de chaux (1,3 Mt éq. CO2; 7,3 %).

  • Procédés industriels
    Cette catégorie englobe les émissions des procédés industriels lorsque les GES sont un sous-produit dérivant directement de ces procédés. Sont aussi incluses les émissions d’hydrofluorocarbures (HFC) qui proviennent de l’utilisation de ces produits pour différents usages tels que la réfrigération, la fabrication des mousses plastiques et les extincteurs d’incendie.

De 1990 à 2003, les émissions de GES qui proviennent des procédés industriels ont diminué de 15,1 %, passant de 12,6 Mt éq. CO2 en 1990 à 10,7 Mt éq. CO2. Cette baisse est principalement liée à des améliorations technologiques apportées dans les alumineries et dans les usines de fabrication de magnésium. Les émissions sont passées de 6,9 Mt éq. CO2 en 1990 à 6,2 Mt éq. CO2 en 2003 pour l’aluminium, soit une baisse de 10,7 % et de 2,5 Mt éq. CO2 à 1,3 Mt éq. CO2 pour le magnésium, soit une baisse de 47,2 %.

En 2003, la production d’aluminium a contribué à 57,7 % (6,2 Mt éq. CO2) des émissions de ce sous-secteur; la production de minéraux non métalliques, 17,3 % (1,9 Mt éq. CO2); la production de magnésium, 12,0 % (1,3 Mt éq. CO2); la production de divers autres produits (fabriques de pâtes et papiers, industries pétrochimiques, etc.), 6,3 % (0,7 Mt éq. CO2); et enfin la production de métaux ferreux, 6,6 % (0,7 Mt éq. CO2).

Les émissions de GES attribuables à la production de minéraux non métalliques sont attribuables aux cimenteries et aux usines de chaux. Entre 1990 et 2003, la production de chaux et de ciment a globalement augmenté, et compte tenu que leur procédé de fabrication produit du CO2, lors de la décomposition du carbonate de calcium, ceci s’est traduit par un accroissement de 12,0 %, les émissions passant de 1,7 à 1,9 Mt éq. CO2.

La production de métaux ferreux (par les fonderies de fonte et d’acier, les industries sidérurgiques et de bouletage) a donné lieu à une diminution d’émissions de 17,3 % (passant de 0,86 à 0,71 Mt éq. CO2). Cette baisse est principalement attribuable au sous-secteur de la sidérurgie dont les émissions ont diminué de 26,2 %.

Les émissions fugitives issues de la combustion des gaz résiduels dans les torchères des raffineries de pétrole ainsi que des fuites lors du transport et de la distribution du gaz naturel sont restées relativement stables au cours de cette période.

Résidentiel, commercial, institutionnel et administration publique

Ce secteur engendre des GES principalement lors de l’utilisation de combustibles fossiles pour chauffer les édifices. Les autres émissions que l’on trouve dans ce secteur proviennent de diverses activités telles que la cuisson dans les restaurants et les émissions de CH4 et de N2O produites lors de l’utilisation de biomasse principalement pour le chauffage. Au Québec, ces émissions peuvent varier beaucoup d’une année à l’autre, particulièrement en raison des températures hivernales.

Les émissions de GES pour l’ensemble de ce secteur se chiffraient à 13,2 Mt éq. CO2 en 2003, ce qui représente 14,5 % des émissions québécoises. Elles ont augmenté de 19,0 % par rapport à 1990. Le sous-secteur résidentiel représente 46,0 % du secteur en 2003 et le sous-secteur commercial, institutionnel et administration publique, 54,0 %.

Depuis 1990, le chauffage résidentiel à partir de combustibles fossiles est de plus en plus propre. En effet, le mazout est progressivement délaissé au profit du gaz naturel, une source d’énergie qui émet moins de GES et moins de contaminants tels que le SO2 et les particules. En 2003, les émissions de GES dans le sous-secteur résidentiel affichent une baisse de 10,8 % par rapport à 1990. Dans le sous-secteur commercial, institutionnel et administration publique, les émissions ont augmenté de 66,4 % au cours de cette même période, résultat d’un accroissement de la demande en énergie.

Agriculture

Ce secteur comprend les émissions de GES provenant de la digestion des animaux (fermentation entérique), de la gestion du fumier et des sols agricoles. Depuis l’année de déclaration 2003, les émissions de CO2 provenant des sols agricoles sont maintenant déclarées dans le secteur Affectation des terres, changement d’affectation des terres et foresterie. Les émissions de ces secteurs ont donc aussi été recalculées pour les années antérieures.

Au Québec, en 2003, le secteur de l’agriculture a rejeté 9,4 % des émissions de GES, soit 8,5 Mt éq. CO2. Les sols agricoles produisent la plus grande part des émissions, contribuant à 41,7 % du total du secteur, suivis de la gestion du fumier avec 31,7 % et de la fermentation entérique avec 26,6 % des émissions.

La gestion des sols agricoles et les pratiques culturales, comme l’utilisation de certains engrais, sont des sources d’émissions de CO2 et de N2O dans l’atmosphère. Comme il a été mentionné précédemment, seules les émissions de N2O sont maintenant inclues dans le calcul des émissions de cette catégorie. Entre 1990 et 2003, ces émissions ont augmenté de 13,6 %, passant de 3,12 Mt éq. CO2 à 3,55 Mt éq. CO2.

La manutention du fumier entraîne des émanations de CH4 et de N2O. La quantité de gaz émis dépend de la méthode de gestion, des propriétés du fumier, des espèces animales et du nombre d’animaux. Entre 1990 et 2003, les émissions produites par cette activité agricole ont augmenté de 10,4 %, passant de 2,45 Mt éq. CO2 à 2,70 Mt éq. CO2.

Le processus normal de digestion des herbivores, surtout des ruminants comme les bovins, produit du CH4. Les quantités de CH4 émises varient en fonction de multiples facteurs dont l'espèce animale, l’âge des animaux et leur nombre. En 1990, les émissions attribuées à la fermentation entérique étaient de 2,50 Mt éq. CO2, et en 2003, elles étaient de 2,26 Mt éq. CO2. Cette baisse de 9,4 % reflète surtout la diminution du cheptel de vaches laitières.

Déchets

Ce secteur comprend les émissions de GES produites par la décomposition des déchets solides à la suite de leur enfouissement, le traitement des eaux usées et l’incinération des déchets.

Le secteur des déchets a produit 5,9 % des émissions totales de GES au Québec en 2003, soit 5,40 Mt éq. CO2 sous forme de CH4 et de N2O. L’enfouissement des déchets solides, y compris les résidus des fabriques de pâtes et papiers, est le principal émetteur avec 91,9 % des émissions de ce secteur. Le traitement des eaux usées contribue à 5,4 % et l’incinération des déchets à 2,7 %.

Entre 1990 et 2003, les émissions de ce secteur sont passées de 5,95 à 5,40 Mt éq. CO2 pour une diminution de 9,3 %. Cette baisse résulte principalement du captage et de l’incinération des biogaz dans plusieurs sites d’enfouissement avec, dans 48 % des cas, récupération de l’énergie soit sous forme de vapeur ou pour la production d’électricité.

Depuis 1990, les émissions de GES causées par le traitement des eaux usées ont augmenté de 6,7 %, passant de 0,27 Mt éq. CO2 à 0,29 Mt éq. CO2. Celles provenant de l’incinération des déchets ont chuté de 30,8 %, passant de 0,21 Mt éq. CO2 à 0,14 Mt éq. CO2. La principale cause de cette baisse est la fermeture de l’incinérateur Des Carrières à Montréal en 1994.

Production d’électricité

Ce secteur comprend les émissions associées à la production d’électricité par les services d’utilité publique utilisant les centrales électriques de type thermique qui fonctionnent à partir de combustibles fossiles. À noter que, en 2003, 93,7 % de la production d’électricité au Québec, incluant les approvisionnements des chutes Churchill au Labrador, était de source hydraulique.

En 2003, les entreprises produisant de l’électricité ont rejeté 1,54 Mt éq. CO2, soit 1,7 % des émissions québécoises. Les fluctuations ponctuelles observées depuis 1990 sont surtout liées à l’utilisation de la centrale thermique de Tracy. Cette centrale est principalement utilisée lors des périodes de pointe de demande d’électricité en hiver et pour assurer une réserve énergétique lors des périodes de basse hydraulicité. Par contre, cette dernière a été beaucoup utilisée en 2003, ce qui explique des émissions plus élevées que par les années passées. Par exemple, elles étaient de 0,25 Mt éq. CO2 en 2002.

Affectation des terres, changement d’affectation des terres et foresterie

Les émissions de ce secteur ne sont pas incluses dans le total des émissions québécoises selon les lignes directrices du GIEC. En raison des modifications apportées aux lignes directrices de déclaration, les émissions de CO2 provenant des sols agricoles et les émissions des autres GES provenant des feux de forêts sont maintenant déclarées dans ce secteur. Ce dernier comprend l’évolution du patrimoine forestier, la conversion des forêts et des pâturages, l’abandon des terres exploitées, l’émission et l’absorption du CO2 par les sols ainsi que les feux de forêts.

Haut

Annexes

  • Les gaz à effet de serre

Certains gaz naturellement présents dans l’atmosphère permettent de retenir sur la Terre une partie de la chaleur qu’elle émet vers l’espace sous forme de radiation infrarouge. Ce sont les gaz à effet de serre (GES). Les plus abondants sont la vapeur d’eau et le dioxyde de carbone (CO2), mais on trouve aussi le méthane (CH4) et l’oxyde nitreux (N2O). Ces gaz ont permis le développement de la vie sur Terre telle que nous la connaissons.

Depuis le début de l’ère industrielle, vers 1750, la concentration de CO2 dans l’atmosphère a augmenté de 30 %, celle du CH4, de 150 % et celle du N2O de 16 %. De plus, des GES qui n’existaient pas dans la nature, comme l’hexafluorure de soufre (SF6), les polyfluorocarbures (PFC) et les hydrofluorocarbures (HFC), sont aujourd’hui présents dans l’atmosphère.

Concentrations atmosphériques et potentiel de réchauffement planétaire de certains GES

Gaz à effet de serre CO2 CH4 N2O
Concentration en 1750 environ
280 ppm
(1)
environ
700 ppb
(2)
environ
270 ppb
Concentration en 1998 365 ppm(3) 1745 ppb 314 ppb
Augmentation de la concentration 85 ppm (30 %) 1 045 ppb (150 %) 44 ppb
(16 %)
Potentiel de réchauffement planétaire (4) 1 21 310
Temps de séjour atmosphérique 50 à 200 ans 12 ans 114 ans

Source : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)

(1) ppm : parties par million
(2) ppb : parties par milliard
(3) En 2003, la concentration de CO2 dans l’atmosphère était de 376 ppm (augmentation de 34 %, par rapport à 1750).
(4) Selon le rapport du GIEC publié en 2001, les potentiels de réchauffement planétaire sont maintenant de 23 pour le CH4 et de 296 pour le N2O. Comme ces nouvelles données ne sont pas utilisées lors des calculs dans les différents inventaires nationaux (Canada, États-Unis, Québec, etc.), elles n’ont pas été insérées dans ce tableau.

La majorité des scientifiques estiment que les GES libérés par les activités humaines contribuent, en s’ajoutant aux gaz naturellement présents dans l’atmosphère, à perturber l’équilibre climatique de la planète. En effet, si les concentrations de GES augmentent, la quantité de chaleur retenue dans l’atmosphère peut s’accroître elle aussi.. Ainsi, une hausse de 0,6 °C de la température moyenne planétaire a été observée depuis la fin du XIXe siècle.

Dans son rapport, paru en 2001, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) attribue aux activités humaines la majeure partie du réchauffement observé au cours des cinquante dernières années du XXe siècle. Il ajoute que les activités humaines continueront à modifier la composition de l'atmosphère au cours du XXIe siècle et même au-delà.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) prévoit, à moins que le monde ne se tourne rapidement vers un développement économique moins dépendant du carbone, que la concentration de CO2 dans l’atmosphère pourrait doubler d’ici quelques décennies et même plus que tripler d’ici 2100. Selon ce scénario, le plus pessimiste, la température moyenne de la planète pourrait s’élever de près de 5 °C.

  • Comparaison avec d’autres États

La figure suivante met en perspective les variations des émissions de GES du Québec entre 1990 et 2003 par rapport aux pays ou groupes de pays suivants : le Canada, les États-Unis, ainsi que les 25 pays de l’annexe 1 du protocole de Kyoto. Ces pays sont ceux dont les inventaires sont à jour et complets. Les 14 autres pays, dits en transition économique, ne sont pas considérés dans cette analyse.

Figure : Variation des émissions de GES par rapport à 1990
Cliquez pour agrandir - Figure : Variation des émissions de GES par rapport à 1990
Cliquez pour agrandir

Sources : Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec (Inventaire des GES au Québec) et Secrétariat de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC)

Bien que les variations d’une année à l’autre soient similaires, on note que le taux de croissance des émissions de GES pour le Québec est nettement inférieur dû en grande partie à l’utilisation importante de l’hydroélectricité et de la biomasse comme sources d’énergie. Entre 1990 et 2003, la consommation d’énergie à partir de l’électricité, dont plus de 96 % provient de l’hydroélectricité, s’est accrue de 31 % et celle à partir de la biomasse de 46 %. Si cette énergie avait été produite par l’utilisation de combustibles fossiles, le taux de croissance aurait été similaire à celui de la moyenne des 25 pays considérés ici.

  • Données québécoises présentées selon la répartition utilisée par les Nations Unies

Le tableau suivant présente les émissions de gaz à effet de serre au Québec pour l’année 2003 selon les lignes directrices prévues à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

 

Émissions (Mt éq. CO2)

Énergie 66,20
Procédés industriels 10,73
Utilisation de solvants et d'autres produits 0,11
Agriculture 8,51
Déchets 5,40
Total 90,95

 


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2016