Navigation par thématique
Menu de la section air

Faits saillants

Février 2017 : un réchauffement notable à la Saint-Valentin et une neige record en Gaspésie

Février 2017 a été le neuvième des dix derniers mois à présenter des températures au-dessus des normales de la période 1981-2010, cette fois par 1,7 °C, en moyenne, au Québec. Tout au plus qualifié de « chaud » au Québec, ce mois de février termine deuxième plus chaud en 137 ans à l’échelle mondiale, derrière 2016.

Le mercure a monté en flèche à la Saint-Valentin, demeurant par la suite au-dessus des normales par 5,4 °C, en moyenne, au Québec. Les nuits ont été particulièrement chaudes, alors que plus de la moitié des records de cette catégorie ont été battus entre cette date et la fin du mois. La fête des amoureux a-t-elle été la source de tant de chaleur? Le mercure dépassait de plus de 10 °C les normales durant la portion la plus chaude du mois, du 22 au 25, en moyenne, dans le sud du Québec, et indiquait un confortable 18 °C par endroits, le jour, en Montérégie et en Estrie. L’hiver semblait pourtant sérieux en début de mois, avec des températures à 3,3 °C sous les normales, en moyenne, au Québec, du 1er au 12 février.

On a eu droit à une chute de neige record de 122 cm, le 17 février, au Gîte du Mont-Albert, dans les montagnes de la Gaspésie. La neige est tombée en abondance (43 cm, 110 %), pour un troisième mois consécutif, en moyenne, dans le sud de la province, même si la pluie (15 mm, 340 %) a pris le relais à la mi-février. Cette neige n’a toutefois pas été suffisante pour maintenir le rythme de décembre et janvier dans la course aux sommets de 2008 pour le total moyen de neige hivernale. Malgré le déficit observé dans le nord de la province, le Bas-Saint-Laurent et sur la Côte-Nord, les précipitations de février ont été légèrement au-dessus des normales (38 mm, 105 %), en moyenne, au Québec.

Chronologie des événements

Les 7 et 8 février, de 15 à 30 cm de neige tombent en plusieurs endroits dans la plupart des régions du sud du Québec.

Le 10 février est la journée la plus froide à cette date en 2017, à -26,3 °C, en moyenne, au Québec. Signe que l’hiver a été doux, aucun record de froid n’est battu, malgré qu’il s’agisse de la journée la plus froide, avec des températures à 5,3 °C sous les normales.

Le 12 février, de 15 à 25 cm de neige s’ajoutent par endroits, particulièrement en Outaouais, en Montérégie, en Estrie, en Beauce et en Mauricie.

Le 13 février s’amorce un important redoux. Jusqu’à la fin du mois, les températures demeurent au-dessus des normales par 5,4 °C, en moyenne, au Québec.

Le 15 février, de 15 à 20 cm de neige tombent principalement sur la Montérégie, le Centre-du-Québec, l’Estrie et la Beauce.

Le 17 février, la Gaspésie se réveille ensevelie sous plus d’un mètre de neige en région montagneuse! Les observations font état d’un record absolu de 122 cm de neige tombés au Gîte du Mont-Albert, au cœur du parc national de la Gaspésie, de 48 cm à Cap-des-Rosiers, porte d’entrée du parc national de Forillon, et de 38 cm à Percé. Les rafales de vent approchent les 90 km/h en montagne. Plusieurs localités se retrouvent coupées du reste du monde par les importantes accumulations de neige, qui causent la fermeture de certaines routes.

Le 22 février, l’important redoux s’accentue, avec une anomalie de 11,3 °C, en moyenne, au Québec, et une anomalie de 10,4 °C, en moyenne, dans le sud du Québec jusqu’au 25 février. Plus de 85 % des records de chaleur de nuit sont battus, alors que, le jour, les températures atteignent 18 °C à Granby et Hemmingford, en Montérégie. La pluie accompagne ce redoux dans le sud du Québec, atteignant plus de 40 mm en plusieurs endroits, de l’Abitibi-Témiscamingue à la Côte-Nord, avec un maximum de 51 mm dans le secteur de Rivière-Pentecôte à Port-Cartier. Les effets de ce redoux se font notamment sentir en Beauce, où le niveau de la rivière Chaudière est déjà sous surveillance.

Le 27 février, la période de restriction des charges des véhicules lourds entre en vigueur dans l’extrême sud du Québec, quinze jours plus tôt qu’en 2016 et un mois plus tôt qu’en 2015, en raison du dégel hâtif du sol causé par l’important redoux observé les semaines précédentes.

Bilan de l’hiver climatologique 2017 : toujours dans la course avec 2008?

L’hiver 2017 a été 2 °C plus chaud que la normale, en moyenne, au Québec, de décembre à février. Il s’est caractérisé par deux semaines froides en décembre et deux autres en février, parmi huit semaines plus chaudes que les normales, et par les plus fortes anomalies quotidiennes en plus d’un an en janvier.

L’air plus chaud était aussi plus humide et a généré plus de précipitations, lesquelles se sont tout de même présentées davantage sous forme de neige (132 cm, 115 %) que sous forme de pluie (15 mm, 97 %), en moyenne, au Québec. Les chutes de neige dans le sud de la province (180 cm, 125 %) flirtaient même à ce point de l’année avec les quantités reçues à l’hiver record 2008 (193 cm, 135 %), en moyenne. La grande différence se situe en Montérégie et en Estrie, seul secteur avec un total sous la normale cette année (85 %) alors qu’on y observait deux fois la normale en 2008. Un excès de neige est tombé dans toutes les autres régions du sud de la province. Petit-Saguenay (379 cm, 186 %), au Saguenay—Lac-Saint-Jean, et Rivière-au-Tonnerre (337 cm, 211 %), sur la Côte-Nord, ont connu un hiver 2017 particulièrement enneigé.

À la fin de février, le couvert de neige était d’une épaisseur de 62 cm (101 %), en moyenne, sur le sol du Québec. Il s’écartait davantage de la normale dans le sud de la province, avec 71 cm de neige au sol (104 %) et un équivalent en eau de 215 mm (114 %), en moyenne. Le Saguenay—Lac-Saint-Jean et l’est du Québec étaient riches en or blanc, le manteau nival y atteignant le double de la normale par endroits. Le couvert de neige était aussi beaucoup plus dense que d’habitude sur les bassins de l’Outaouais et du Saint-Maurice, de sorte que l’équivalent en eau de cette neige au sol était 26 mm plus élevé (114 %) que la normale, en moyenne, dans le sud de la province. Toutefois, le couvert dans l’extrême sud de la province était deux fois moins élevé que la normale, de la Montérégie à la Chaudière-Appalaches, et le sol était même déjà découvert par endroits, à l’inverse de ce qu’on avait pu observer à l’hiver record 2008 dans ce secteur.

Température maximale (°C)
Température moyenne (°C)
Température minimale (°C)
Pluie totale (mm)
Neige totale (cm)
Neige au sol (cm) Valeurs observées
Température maximale (°C) - Anomalie
Température moyenne (°C) - Anomalie
Température minimale (°C) - Anomalie
Pluie (%) Pourcentage de la normale
Neige (%) Pourcentage de la normale
Neige au sol (%) Pourcentage de la normale
TTempérature maximale (°C) - Classification
Température moyenne (°C) - Classification
Température minimale (°C) - Classification
Sommaire mensuel géostatistique pour le Québec
Température (°C) Moyenne ± écart-type Anomalie ± écart-type
(réf. 1981-2010)
Classification
Maximale -11,8 ± 6,3 1,4 ± 1,6 Chaud
Moyenne -17,1 ± 6,0 1,7 ± 2,0 Chaud
Minimale -22,4 ± 5,9 2,1 ± 2,5 Chaud

Mois précédent