Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

Le MEF et trois associations industrielles concluent des ententes de coopération et de gestion environnementale.

Montréal, le 26 janvier 1996 - Le ministre de l'Environnement et de la Faune, monsieur Jacques Brassard, a procédé aujourd'hui au lancement d'un projet-pilote de coopération et de gestion environnementale auquel participeront dans un premier temps trois associations et quelques entreprises industrielles majeures du Québec.

« Sur le plan environnemental, le milieu industriel a beaucoup évolué au cours des dernières années, a déclaré monsieur Brassard. De plus en plus d'entreprises s'engagent volontairement non seulement à respecter les normes mais à les dépasser en mettant en place des systèmes de gestion susceptibles d'améliorer à court, moyen et long termes leur performance environnementale. C'est dans ce contexte de prise en charge des aspects environnementaux par les entreprises industrielles qu'est née l'idée de ce projet-pilote de coopération et de gestion environnementale. »

Trois associations industrielles, soit l'Institut canadien des produits pétroliers (ICPP), l'Association de l'industrie de l'aluminium du Québec (AIAQ) et l'Association canadienne des fabricants de produits chimiques (ACFPC), appuyées par le Centre patronal de l'environnement du Québec (CPEQ), ont participé à l'élaboration de ce projet-pilote.

Ces trois associations ont signé aujourd'hui avec le MEF des ententes de principe dans lesquelles elles s'engagent notamment à encourager et à appuyer les actions volontaires de leurs entreprises membres qui établissent des politiques et des pratiques visant à améliorer leur performance environnementale. Elles maintiendront également des échanges de renseignements susceptibles d'améliorer la collaboration entre le Ministère, les associations et les entreprises industrielles participantes, et de faciliter l'atteinte de leurs objectifs environnementaux.

Notons que la Communauté urbaine de Montréal (CUM) collaborera également au projet-pilote puisqu'en raison de ses responsabilités en matière de protection de l'environnement, elle participera à l'élaboration des ententes spécifiques qui interviendront avec les entreprises situées sur son territoire.

Au cours des prochaines semaines, quelques entreprises majeures du Québec signeront en effet des ententes particulières dans le cadre de ce projet-pilote. Ces ententes reposeront sur une approche intégrée (eau, air, sols, déchets) des actions préventives ou correctrices prenant en considération la réduction de la pollution, la protection de l'environnement et des milieux naturels et, si possible, la récupération des usages.

Les entreprises participantes qui doivent démontrer qu'elles respectent déjà au départ les normes environnementales, condition essentielle de leur participation, s'engageront à aller au-delà de ces normes en gérant l'environnement et les ressources de façon proactive.

Pour sa part, le Ministère offre de réduire les délais d'analyse et de délivrance des permis ou des certificats d'autorisation et d'alléger certaines exigences purement administratives lors de l'analyse de ces demandes.

Le projet-pilote fera l'objet d'un suivi particulier par l'entremise d'un comité représentatif des divers milieux intéressés à ce genre d'expérience, par exemple, certains organismes gouvernementaux ou certains experts reconnus.

« Je suis convaincu, a précisé monsieur Brassard, que ce projet-pilote va démontrer sans l'ombre d'un doute qu'il est possible d'améliorer l'ensemble des relations entre le Ministère et les entreprises industrielles, relations trop souvent tendues jusqu'à présent. Je suis également convaincu, a-t-il ajouté, qu'il en résultera surtout une protection accrue de l'environnement et une gestion optimale des ressources. L'implication croissante du milieu industriel dans la gestion environnementale traduit bien le fait que le Québec moderne peut être à la fois une société économiquement forte, orientée vers le développement durable. »

- 30 -

Source :
Claire Pelletier
Direction des communications et du marketing
Tél. : (418) 643-2552

Pour information :
Louise B. Accolasr
Attachée de presse du ministre de l'Environnement et de la Faune
Tél. : (418) 643-8259

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017