Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

Neiges usées dans les cours d'eau

David Cliche maintient l'échéance du 1er avril 1996

Québec, le 27 février 1996 - « À compter du 1er avril prochain les 78 municipalités qui déversent encore leurs neiges usées dans les cours d'eau du Québec devront cesser de le faire ». C'est ce que vient de déclarer le nouveau ministre de l'Environnement et de la Faune, M. David Cliche. Cette mesure avait été annoncée il y a plus de 7 ans lors de l'adoption de la politique québécoise sur l'élimination des neiges usées et avait déjà fait l'objet d'un report d'application d'une année.

M. David Cliche explique sa décision en ces termes: « Il ne serait pas équitable envers les municipalités qui ont consenti les efforts humains et financiers requis de surseoir à cette obligation au seul bénéfice des retardataires ».

Répondant à ceux qui contestent le bénéfice environnemental de cette mesure et les coûts qui y sont attachés, M. Cliche précise: «Toutes les recherches et études concluent que même les neiges usées provenant de secteurs résidentiels sont trop chargées en contaminants pour être déversées aux cours d'eau». Quant aux coûts d'aménagement des sites terrestres, M. Cliche poursuit: « Le Ministère propose certains allégements sur les moyens techniques et les procédures administratives. On laisse le choix des moyens aux municipalités, mais on reste ferme sur l'atteinte des résultats. C'est bon économiquement et "environnementalement" ».

Quant aux municipalités qui pour des raisons techniques ne pourront physiquement être prêtes pour l'hiver 1996-1997, elles devront soumettre un plan d'action pour permettre l'arrêt des déversements à l'intérieur de trois ans. De plus, le Ministre examine différentes solutions qui permettraient de respecter le principe d'équité et de faire en sorte que les municipalités retardataires ne retirent aucun avantage financier de leur retard.

Les neiges usées contiennent à des niveaux divers des débris, des matières en suspension, du plomb, du manganèse, du fer, des huiles et graisses et des chlorures. Dépendant du cours d'eau récepteur leurs effets peuvent aller de la simple turbidité, à des effets potentiels sur la santé humaine. Cela peut également endommager des frayères et être dangereux pour la vie aquatique.

- 30 -

Pour information :
Lyne Jacques
Attachée politique
Cabinet du ministre
Tél. : (418) 643-8259

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017