Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

Journée mondiale de l'eau

Îles-de-la-Madeleine, le 22 mars 1996 - Dans le cadre de la « Journée mondiale de l'eau », le ministre de l'Environnement et de la Faune, monsieur David Cliche, souhaite susciter auprès de toutes les Québécoises et tous les Québécois, une prise de conscience de l'importance de l'eau dans notre vie quotidienne. Ressource essentielle à la vie humaine, l'eau est aussi une composante primordiale de l'habitat de nombreuses espèces floristiques et fauniques. Cet atout patrimonial d'une grande valeur est un moteur de développement économique porteur d'avenir.

« Le Québec est une société privilégiée » a souligné le ministre Cliche. En effet, 10 % de sa superficie totale est composée de lacs et de rivières, qui constituent des réservoirs d'eau douce équivalant à la moitié des ressources en eau des États-Unis et au tiers de celles du Canada. À ces réservoirs, il faut ajouter les réserves renouvelables en eaux souterraines: 200 milliards de mètres cubes pour les seules régions habitées du Québec.

« L'abondance de l'eau au Québec ne devrait pas servir de prétexte à son gaspillage » a indiqué M. Cliche. Actuellement, la collectivité québécoise utilise un peu moins de quatre millions de mètres cubes d'eau douce quotidiennement. La moitié de cette utilisation quotidienne est attribuable à la consommation domestique. Ainsi, chaque Québécoise et chaque Québécois utilise pas moins de 200 litres d'eau par jour. C'est deux fois plus que les Européens et cinq fois plus que le seuil minimal établi pour les populations urbaines, lors des discussions du Sommet de la Terre de 1992. De plus, seulement 5 % de l'eau potable produite par les usines de traitement du Québec est bue ou ingérée. «Il nous faut redoubler de vigilance afin d'éviter une surexploitation de cette ressource» a souligné le Ministre.

Par ailleurs, l'abondance de l'eau n'est nullement garante de l'adéquation de sa qualité en fonction des usages et des milieux. Or, l'être humain, par ses multiples activités, utilise l'eau et y rejette aussi, directement ou indirectement, diverses matières susceptibles d'en altérer la qualité et d'en détériorer les composantes écologiques avec lesquelles elles entrent en contact.

Le ministre de l'Environnement et de la Faune entend exercer son leadership dans le domaine de l'eau en posant les gestes suivants:

  • Sur la base des recommandations du Comité de bassin de la rivière Chaudière, le Ministre entend expérimenter des mécanismes de gestion intégrée et globale de la ressource eau à l'échelle des bassins versants. La conviction du Ministre envers un tel mode de gestion est telle qu'il a proposé au gouvernement que le Québec adhère au Réseau international des organismes de bassin.
  • Le Ministre entend poursuivre les efforts en matière de réduction des rejets urbains et industriels en soutenant les initiatives de son collègue du ministère des Affaires municipales dans le cadre du Programme d'assainissement des eaux municipales et en oeuvrant activement dans le cadre du Programme de réduction des rejets industriels à l'intérieur duquel des résultats concrets et fort significatifs sont enregistrés pour le secteur des pâtes et papiers. Aussi, le Ministre a initié une concertation interministérielle qui oeuvre depuis plus d'un an à cerner les contours d'une stratégie de dépollution des cours d'eau et à proposer un plan d'action.
  • En étroite collaboration avec le monde agricole, le Ministre souhaite contrecarrer entre autres les effets néfastes de certaines pratiques agricoles sur la qualité des cours d'eau en convenant avec lui d'un Projet de règlement sur la réduction de la pollution d'origine agricole qu'il espère faire adopter bientôt.
  • Le Ministre entend mettre incessamment en consultation un projet de politique en matière de protection et de conservation des eaux souterraines; un patrimoine d'eau douce au potentiel insoupçonné et dont l'intégrité s'avère vulnérable.

Par ces quelques axes d'intervention, M. David Cliche atteste de sa détermination à rallier les Québécoises et les Québécois autour du rétablissement et de la préservation de la qualité de leur patrimoine collectif que constitue l'eau. À ce titre, un sérieux travail de réflexion devra apporter les éclairages nécessaires afin de s'assurer que les efforts consentis rapportent les dividendes escomptés.

Même si le thème de cette Journée mondiale de l'eau, « De l'eau pour les villes assoiffées » revêt une signification plus préoccupante pour d'autres sociétés que la nôtre, il n'en reste pas moins affirme le ministre David Cliche que l'usage et la valeur de l'eau exigent une préoccupation collective de tous les instants.

- 30 -

Source :
Renée Lebrun
Direction des communications
et du marketing
Tél.: (418) 643-7495

Pour information :
France Amyot
Attachée de presse du ministre
de l'Environnement et de la Faune
Tél. : (418) 643-8259

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017