Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

LA 2e PLUS IMPORTANTE HALTE MIGRATOIRE PRINTANIÈRE DU SAINT-LAURENT POUR LES CANARDS BARBOTEURS EST DÉSORMAIS PROTÉGÉE

La réussite du partenariat à Saint-Barthélemy/Saint-Joseph-de-Maskinongé

Maskinongé, le 19 avril 1996 - Dans le cadre du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine (PNAGS), le site de Saint-Barthélemy/Saint-Joseph-de-Maskinongé a fait l'objet de la signature d'une entente importante entre la Fondation de la faune du Québec, agissant au nom des partenaires du PNAGS au Québec, et la Société de conservation Saint-Barthélemy/Saint-Joseph-de-Maskinongé. Cette entente concerne la protection, l'aménagement et la mise en valeur de plus de 400 hectares d'un territoire qui constitue un habitat exceptionnel pour la sauvagine au Québec. La gestion du site a été déléguée, pour une période de 10 ans, à la Société de conservation Saint-Barthélemy/Saint-Joseph-de-Maskinongé qui assurera la mise en valeur de la faune et des habitats et en assumera la gestion des activités.

Cette entente est le fruit d'un travail de partenariat qui a débuté en 1989 impliquant les membres du Comité directeur du Plan au Québec (PNAGS), soit: la Fondation de la faune du Québec, Canards Illimités Canada, Habitat Faunique Canada, le Service canadien de la faune d'Environnement Canada et le ministère de l'Environnement et de la Faune du Québec. D'autres collaborateurs tels le Secrétariat aux affaires régionales, les ministères des Transports, de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, l'UPA et Hydro-Québec ont également apporté leur contribution.

Le projet de Saint-Barthélemy/Saint-Joseph-de-Maskinongé, évalué à 2,3 millions de dollars, se distingue des autres projets d'aménagement faunique du Plan (PNAGS) dans la région du lac Saint-Pierre du fait qu'il constitue la deuxième plus importante halte migratoire printanière du Saint-Laurent pour les canards barboteurs, dont principalement le Canard pilet.

L'acquisition et l'aménagement de 400 hectares de terres humides permettra d'améliorer la reproduction des canards barboteurs, la halte migratoire de la sauvagine ainsi que la reproduction et l'alevinage du poisson. Sa localisation, en bordure de l'autoroute 40, en fait le projet d'aménagement faunique le plus accessible de la rive nord du lac Saint-Pierre.

Le territoire protégé comprend 7 segments répartis de part et d'autre de l'autoroute 40. Le plan d'aménagement faunique prévoit, dans les segments 1, 2 et 3 du projet, la construction de haltes migratoires qui serviront d'aires de repos et d'alimentation aux canards et à la Bernache du Canada au cours de la migration printanière. En plus de maintenir l'utilisation actuelle du secteur de 300 000 oiseaux/jour/par an, on prévoit une augmentation de 71 000 oiseaux/jour/par an et une production annuelle supplémentaire de 1 000 canards barboteurs. De plus, on y offrira des services pour l'observation, l'interprétation, la détente et la chasse contrôlée.

Trois marais permanents, d'une superficie totale de 114 hectares, seront créés pour favoriser la nidification des canards et l'élevage des couvées dans les segments 5, 6 et 7. Cette zone prolongera ainsi l'utilisation du territoire après la halte migratoire printanière. Elle offrira des services d'accueil, des possibilités d'observation et d'interprétation et la chasse contrôlée à la sauvagine pourra y être exercée.

Localisé au centre du territoire, le segment 4 est consacré à l'habitat du poisson. Le Fonds de restauration de l'habitat du poisson (FRHAP) y intervient afin de protéger la faune aquatique qui a accès à la plaine d'inondation dès le début du mois d'avril et y séjourne jusqu'au retrait des eaux de crue. L'aménagement d'une digue et celui d'un réseau de fossés piscicoles faciliteront la circulation du poisson. Mentionnons que vingt-cinq espèces de poissons utilisent le secteur de Saint-Barthélemy/Saint-Joseph-de-Maskinongé comme zone de fraye, d'alevinage et d'alimentation. Les espèces les plus abondantes sont la perchaude et le grand brochet.

En plus d'assurer la protection de la faune et l'amélioration d'une halte migratoire d'importance internationale, ce projet offrira un potentiel accru d'utilisation pour le public. Au printemps, lors de la migration, on dénombre actuellement plus de 15 000 personnes qui se déplacent pour venir observer la sauvagine dans le secteur de Saint-Barthélemy/Saint-Joseph-de-Maskinongé.

L'agriculture bénéficiera également de ce projet puisque le drainage agricole et le contrôle des eaux de crues printanières et automnales devraient permettre de meilleures récoltes.

Le projet de Saint-Barthélemy/Saint-Joseph-de-Maskinongé constitue une autre réussite du partenariat, élément essentiel à la réalisation des actions du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine (PNAGS) au Québec. L'action conjuguée de tous ses partenaires et leur souci commun à l'égard de l'environnement assurent aux générations présentes et futures la conservation du patrimoine faunique québécois tout en leur permettant de profiter des aménagements fauniques et éducatifs.

- 30 -

Source:
Renée Lebrun
Conseillère en communication
pour le PNAGS-QUÉBEC
Tél.: (418) 643-7495

Pour information:
Richard Chatelain
Président du comité directeur
Tél.: (418) 644-2823

Roch Plante
Président de la SCSBSJM
Tél.: (450) 752-2764

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017