Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

EFFAROUCHEMENT DES OIES BLANCHES

Le ministre Cliche demeure sceptique, mais collaborera cette année

Québec, le 26 avril 1996 - Même si le ministre de l'Environnement et de la Faune, monsieur David Cliche, déplore les dommages aux cultures par les oies des neiges, il met sérieusement en doute la pertinence de la formule retenue par le Service canadien de la Faune (SCF) et l'Union des producteurs agricoles (UPA). « On aurait pu envisager une chasse contrôlée au printemps avec des critères précis concernant les lieux de chasse, le nombre de permis octroyé et la quantité d'oiseaux à être prélevée par les chasseurs. Au lieu de payer pour de l'effarouchement et de l'abattage, nous aurions là une orientation créant des emplois et ayant un apport économique important », a précisé le ministre.

Toutefois, le programme étant déjà enclenché, le ministre a accepté d'honorer la contribution de son Ministère en assumant spécifiquement les coûts d'encadrement et de surveillance de l'opération. En effet, la subvention consentie ne servira qu'à payer le travail d'observateurs ainsi que la rédaction d'un rapport évaluant le comportement des grandes oies des neiges et dressant un bilan détaillé d'activités.

Le ministre Cliche déplore la lenteur des démarches entreprises par le SCF auprès des autorités responsables des ententes internationales sur la chasse aux oiseaux migrateurs. Les paramètres actuels interdisent toute chasse printanière d'avril à juin. Le Québec a demandé au SCF qu'il négocie afin que l'entente soit reconsidérée afin de tenir compte de la croissance du troupeau des grandes oies des neiges et du nécessaire contrôle qui devient de plus en plus urgent. « Le SCF se traîne les pieds dans la réouverture des ententes internationales qui pourrait permettre la mise sur pied d'une chasse contrôlée. Le Québec verra donc à occuper la place qui lui revient de droit. À cet effet, nous nous prévaudrons du siège qui nous est réservé au Comité de gestion des oiseaux migrateurs du corridor Atlantique (Atlantic Flyway Council). »

Les grandes oies des neiges connaissent une explosion constante de leur population et le ministre Cliche croit que l'on déplace le problème des dommages causés aux cultures sans y apporter une solution concrète et efficace. De 1992 à 1995, les dommages causées ont grimpé de 466 246 $ à 892 957 $. Il faut donc prendre rapidement des mesures efficaces pour freiner cette progression.

- 30 -

Source:
Pierre Richard
Service de l'information
Direction des communications
et du marketing
(418) 644-7278

Pour information:
France Amyot
Attachée de presse du cabinet du ministre
de l'Environnement et de la Faune
(418) 643-8259

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017