Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

IRVING WHALE - LES EXPERTS DU QUÉBEC SOULÈVENT DES POINTS MAJEURS.

DAVID CLICHE DEMANDE AU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL D'APPORTER DES CORRECTIFS D'URGENCE

Québec, le 1er mai 1996 -

  • La pêche au crabe des neiges, dans la zone entourant l'Irving Whale, doit être interdite immédiatement.
  • L'enlèvement des sédiments contaminés doit être effectué le plus rapidement possible à la suite de l'enlèvement de la barge.
  • L'évaluation de la dispersion des BCP doit être révisée et l'étude sur les impacts économiques reprise.

Telles sont quelques unes des conclusions du Comité interministériel québécois chargé d'examiner le projet fédéral de renflouement de la barge Irving Whale. De plus, une analyse technique a été réalisée à la demande du Québec par la firme NAVTECH afin d'évaluer la procédure de renflouement de la barge. Cette analyse soulève des points majeurs.

À la lumière de ces nouvelles données et des nombreuses questions qu'elles soulèvent, le ministre de l'Environnement et de la Faune, David Cliche, demande au gouvernement fédéral des réponses claires à ces questions et le cas échéant, d'apporter les correctifs nécessaires. «La barge doit être soulevée de la façon la plus sécuritaire possible. Aujourd'hui, j'ai de sérieuses réserves sur le projet fédéral de renflouement tel que proposé. Je m'attends à ce que le gouvernement fédéral complète le dossier avant le début des opérations.»

En déposant aujourd'hui à son homologue du gouvernement fédéral, M. Sergio Marchi, les commentaires et recommandations du gouvernement du Québec sur le projet fédéral de récupération de l'Irving Whale, le ministre de l'Environnement et de la Faune, M. David Cliche respecte l'engagement qu'il avait pris lors de sa visite aux Îles-de-la-Madeleine en mars dernier.

Rappelons que lors de son passage aux Îles, M. Cliche s'était engagé à mettre sur pied un comité interministériel chargé de procéder à une évaluation critique du rapport intitulé « Évaluation approfondie du projet de récupération de l'Irving Whale, tenant compte de la présence des BPC », déposé en mars dernier par le ministère des Pêches et des Océans du Canada et le ministère de l'Environnement du Canada.

Dans le cadre de cette évaluation critique, le comité devait s'assurer prioritairement de la protection de la population ainsi que de celle des eaux et des côtes québécoises, et de la sauvegarde des espèces commerciales pêchées au large des côtes du Québec. Même si l'Irving Whale se trouve à 18 kilomètres à l'extérieur des eaux québécoises, il n'en demeure pas moins que ce secteur est exploité intensivement par les pêcheurs québécois et qu'une grande partie de l'économie des Îles-de-la-Madeleine et de la Gaspésie repose à la fois sur les pêcheries et sur le tourisme. Une catastrophe éventuelle affecterait gravement les écosystèmes et l'économie du golfe du Saint-Laurent. Rappelons d'ailleurs que cette région québécoise avait été directement touchée par les fuites de pétrole lorsque l'Irving Whale a sombré en 1971.

Le rapport déposé par M.  Cliche à son homologue fédéral et intitulé « Commentaires et recommandations sur la récupération de la barge Irving Whale » est le fruit du travail de ce comité interministériel composé du ministère de l'Environnement et de la Faune, ainsi que des ministères de la Justice, de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, de la Santé et des Services sociaux et du Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes.

Le comité s'est particulièrement attardé sur l'analyse des mesures d'atténuation proposées pour protéger le milieu d'une éventuelle contamination par les BPC. Des recommandations concrètes et pratiques ont été formulées notamment en ce qui concerne les mesures d'urgence, la surveillance, la qualité et les processus de diffusion de l'information.

En voici les faits saillants:

  • Afin de protéger les consommateurs et les marchés, la pêche commerciale au crabe des neiges doit être fermée immédiatement, de façon préventive, dans la zone entourant le lieu du naufrage jusqu'à ce que la barge ait été récupérée et que tout danger de contamination soit écarté;
  • L'enlèvement des sédiments contaminés présents dans le fond doit être effectué le plus rapidement possible suite à l'enlèvement de la barge afin d'éviter la dispersion des contaminants et des courantomètres devront être installés, à différentes profondeurs, autour de la zone où s'effectueront les travaux afin de connaître la dispersion des contaminants en cas de fuite lors du renflouement;
  • En ce qui concerne la surveillance, un échantillonnage systématique et représentatif doit être réalisé dans les sédiments, près de la barge avant son renflouement et un suivi de la qualité de ces sédiments doit être fait après le renflouement de même qu'un suivi de la contamination des organismes marins vivant à proximité de la barge;
  • Au chapitre de l'évaluation des impacts, des efforts supplémentaires doivent être mis sur l'évaluation de la dispersion des BPC, en cas de déversement;
  • L'évaluation des impacts économiques et socio-économiques, effectuées par la firme Sawyers enviro-economic Consulting, doit être reprise à partir des données sur les pêches québécoises dans le sud du Golfe, disponibles à la Direction économique de la région Laurentienne du ministère des Pêches et Océans et qui reflètent mieux la réalité régionale;
  • Des informations supplémentaires concernant les mesures d'atténuation décrites dans le rapport d'évaluation approfondie doivent être apportées et les ministères fédéraux responsables doivent s'assurer que l'assurance-responsabilité pour le déversement du mazout ainsi que des BPC soit en vigueur avant le début des opérations et pendant toute la durée de celles-ci;
  • Un plan de communication efficace qui tienne compte de toutes les parties impliquées et de la population en informant régulièrement tous les intervenants qui ont des responsabilités à prendre dans ce dossier, doit être mis au point. Il doit prévoir la diffusion de l'ensemble des mesures d'urgence avant même le début des travaux préparatoires au renflouement;
  • Un mécanisme permettant à la population d'obtenir l'information pertinente concernant les espèces qu'elle compte consommer doit être mis sur pied.

Comme on peut le constater, les recommandations du comité interministériel ne concernent pas les techniques de renflouement elles-mêmes, traitées par ailleurs par la firme NAVTECH, mais cherchent plutôt à renforcer la sécurité et la crédibilité du projet sur les plans environnemental et humain et à minimiser les risques d'accidents ou de contamination du milieu. Selon le ministre de l'Environnement et de la faune, M. David Cliche, « l'importance des enjeux de ce dossier pour la société québécoise mérite que le gouvernement québécois s'y intéresse de très près. »

- 30 -

Source:
Renée Lebrun
Direction des communications
et du marketing
Tél.: (418) 643-7495

Pour information:
France Amyot
Attachée de presse du ministre
de l'Environnement et de la Faune
Tél.: (418) 643-8259

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017