Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

David Cliche décerne les prix du Mérite environnemental et du Mérite de la conservation de la faune

Sillery, le 30 mai 1996 - Dans le cadre de la Semaine de l'environnement et de la faune 1996, le ministre de l'Environnement et de la Faune, M. David Cliche, a décerné, aujourd'hui, les prix du Mérite environnemental et du Mérite de la conservation de la faune.

MÉRITE ENVIRONNEMENTAL

Dans le secteur industriel et des services, ce prix souligne la contribution d'une entreprise ayant démontré, par son comportement ou par une innovation, qu'il est possible d'allier environnement et économie dans un objectif de développement durable.

Conporec inc. reçoit le prix du Mérite environnemental dans la catégorie des entreprises de moins de 100 employés. Cette entreprise de valorisation des déchets par compostage, située à Tracy, détient une entente à long terme avec onze des quinze municipalités de la MRC du Bas-Richelieu.

En 1995, elle a pu solutionner les problèmes liés à l'odeur et à la qualité du compost qu'elle produit, ce qui, au départ, constitue un obstacle difficile à surmonter. Surtout, Conporec inc. réussit à recycler ou à valoriser, grâce à son procédé unique de compostage, plus de 70 % de la masse d'ordures issues de la collecte sélective.

Une mention honorifique est attribuée à Techn-O-Laser inc., de Sainte-Julie. Cette entreprise, qui recycle les cartouches d'encre pour imprimante à laser, dispose d'un procédé de fabrication grâce auquel 85 % des composantes utilisées pour l'assemblage de cartouches sont récupérées et réutilisées.

Dans la catégorie des entreprises de plus de 100 employés, le prix du Mérite environnemental, quant à lui, revient à la raffinerie Sucre Lantic inc., de Montréal. Après avoir amorcé, en 1989, un processus d'amélioration continue et mis sur pied un cercle de qualité totale sur l'environnement visant à récupérer tous ses résidus, cette entreprise est passée de moins de 1 % de résidus récupérés en 1991 à plus de 90 % en 1996.

Dans le milieu municipal, le Mérite environnemental s'adresse aux municipalités, administrations et associations ayant mis de l'avant des innovations ou des mesures exemplaires pour protéger l'environnement.

Ayant fait du développement durable un axe prioritaire de son développement économique, la ville de Victoriaville reçoit cette année ce prix en raison de son engagement et de son rayonnement.

Victoriaville, notamment à l'origine de l'implantation de la collecte sélective au Québec, collabore avec le Centre de tri Gaudreau à une campagne unique au Québec de cueillette des ressources renouvelables. Elle s'est aussi dotée d'une politique incitative pour favoriser l'installation, sur son territoire, d'entreprises dans le secteur du développement durable.

Par ailleurs, la Régie intermunicipale Argenteuil-Deux-Montagnes, de Lachute, reçoit une mention honorifique pour ses initiatives avant-gardistes. Cet organisme est allé au-delà de ses fonctions en multipliant ses activités de mise en valeur des résidus jusqu'à devenir un véritable centre multimodal de gestion intégrée des matières résiduelles. Elle innovait récemment avec un projet pilote de collecte sec-humide des résidus de cuisine et de jardin, une première au Québec.

Dans le secteur agricole, le prix vise à souligner une initiative exemplaire au regard de grandes préoccupations que sont la conservation des sols, la préservation de la qualité de l'eau en milieu agricole et la lutte contre la pollution de l'air.

Le Club de fertilisation de Beauce, de Sainte-Marguerite, reçoit cette année ce prix. Ce groupe-conseil, formé en 1993, a adopté des pratiques et des plans d'action axés sur trois grandes lignes directrices en matière d'environnement et de développement durable: minimiser les intrants, optimiser les ressources et contrôler les pertes dans l'environnement. On note ainsi la formation des membres aux différents thèmes du développement durable et la réduction de l'utilisation d'engrais chimiques par une meilleure gestion des effluents d'élevage et l'utilisation de plans de fertilisation intégrée.

Le prix de l'éducation à l'environnement concerne les personnes et les organismes oeuvrant tant dans le domaine de l'enseignement que dans celui de l'information et des communications.

Le Mérite environnemental dans cette catégorie est décerné cette année à la Centrale de l'enseignement du Québec et le Réseau des écoles vertes Brundtland.

Afin d'assurer une permanence et une visibilité à l'action environnementale des jeunes en milieu scolaire, la CEQ a développé en 1994, avec plusieurs partenaires, le projet Écoles vertes Brundtland. Cette vaste opération pédagogique fournit aux établissements scolaires des moyens pratiques pour que les jeunes et les adultes posent des gestes concrets, continus et mesurables en faveur de la protection de l'environnement et du développement durable. Quelque 263 écoles, déjà, ont obtenu le statut d'école verte Brundtland attribué à celles qui s'engagent sur une base permanente à passer à l'action.

Une mention honorifique a été attribuée à l'Ordre des comptables agréés du Québec pour avoir organisé, dans dix villes du Québec, une tournée de sensibilisation des PME à la gestion environnementale de leurs activités, rejoignant ainsi plus de 2 000 agents multiplicateurs. Ce projet consistait en un atelier pratique et la diffusion d'une grille d'analyse des coûts et bénéfices environnementaux.

Enfin, dans la catégorie groupe environnemental, le prix est remis à Re-Sources Deux-Montagnes qui s'est résolument engagé dans la protection d'un milieu humide et d'un boisé sur lequel un vaste stationnement était projeté. Par ses interventions positives et sa démarche structurée, notamment un inventaire des ressources écologiques, ce groupe a pu faire valoir ses craintes pour la flore, la faune et les écosystèmes menacées de destruction.

Le Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets reçoit une mention honorifique dans cette catégorie. Ardent promoteur oeuvrant depuis cinq ans, ce groupe a toujours insisté sur la nécessité de tenir des audiences publiques sur la gestion des résidus au Québec. Depuis leur annonce en 1995, le Front commun s'est impliqué dans presque toutes les régions du Québec afin de susciter la participation du plus grand nombre possible de citoyens et de citoyennes à cette vaste consultation publique.

Enfin, une autre mention honorifique est attribuée à la Corporation d'amélioration et de protection de l'environnement de Baie-Comeau, la CAPE, qui a notamment mis sur pied, depuis 1995, plusieurs projets alliant création d'emplois et protection de l'environnement.

Ces prix et ces mentions honorifiques ont été attribués après avoir fait l'objet d'une analyse par un jury de sélection. Ce jury était composé de Mme Hélène Raymond, journaliste de Radio-Canada; M. Pierre Gosselin, président d'Éco-Sommet; et M. François Tanguay, directeur général de Greenpeace-Montréal.

MÉRITE DE LA CONSERVATION DE LA FAUNE

La catégorie individus vise à reconnaître l'engagement soutenu d'un individu à la cause de la conservation et de la mise en valeur du patrimoine faunique québécois.

M. Ghislain Gagnon de Saint-Félicien reçoit ce prix. Il y a 35 ans, ce policier de carrière fondait le Jardin zoologique de Saint-Félicien au Lac-Saint-Jean. Son intérêt pour le patrimoine faunique ne s'est jamais démenti depuis. Il est aussi le concepteur, l'âme, du projet récréotouristique « Au pays de l'Ashuapmushuan » mettant en valeur la route historique du commerce des fourrures et un patrimoine faunique exceptionnel.

La catégorie organismes sans but lucratif vise à reconnaître la contribution exceptionnelle d'un groupe à la cause de la conservation et de la mise en valeur du patrimoine faunique.

Ce prix est décerné au Domaine du Lac Ha! Ha!, de Ferland et Boilleau au Saguenay. Cette pourvoirie gérée par un organisme sans but lucratif depuis 1988 a investi temps et efforts pour préserver la qualité de pêche du Lac Ha! Ha! et des populations indigènes d'omble chevalier et d'omble de fontaine contre l'envahissement du meunier noir. Cette lutte se mène de manière innovatrice et respectueuse de l'environnement.

Une mention honorifique est attribuée au Parc régional de Pointe-aux-Outardes. Les efforts de cet organisme ont permis de préserver et de mettre en valeur des habitats d'une grande richesse qui supportent une étonnante biodiversité, tout en les rendant accessibles à un vaste public.

Le prix jeunesse, quant à lui, vient saluer l'engagement d'un groupe de jeunes, provenant ou non du milieu scolaire.

Dans cette catégorie, deux prix sont remis cette année. Un groupe de neuf élèves de 3e année de l'école Saint-Rosaire mérite d'abord cette distinction.

Sensibilisés par la télévision à l'Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP), ces élèves ont de leur propre initiative formé un groupe et recueilli des fonds pour venir en aide à cette association qui soigne des oiseaux de proie blessés pour ensuite les remettre en liberté dans leur milieu naturel.

Annette Languay et les dix-neuf élèves du projet «Whales, Tales and Sails» remportent également ce prix. Ce groupe de 3e secondaire de l'école secondaire régionale Centennial, de Greendfield Park, a consacré de nombreuses heures en dehors des activités scolaires à mener une recherche sur les bélugas et à développer des instruments pour informer et sensibiliser d'autres jeunes et moins jeunes à la cause des bélugas du Saint-Laurent.

Dans les secteurs agricole, industriel et des services, le Mérite de la conservation de la faune vise à mettre en relief les initiatives du secteur privé.

Le cabinet d'avocats Martineau Walker, de Montréal, remporte ce prix.

Le personnel et les avocats de ce cabinet ont pris l'initiative d'organiser un centre d'information sur le faucon pèlerin, en plein coeur de Montréal, à la Tour de la Bourse. Ce projet original a cours depuis 1994.

Les prix du Mérite de la conservation de la faune ont, quant à eux, fait l'objet d'analyse par un jury de sélection qui était composé de Mme Christianne Dinelle, d'Environnement Jeunesse; M. Gaston Lepage, comédien et amateur de la faune; et M. Claude Gauthier, président de la Fédération québécoise de la faune.

Pour le ministre de l'Environnement et de la Faune, M. David Cliche, «il est essentiel de reconnaître et de mettre en lumière, par l'octroi de ces prix, la qualité des initiatives et des réalisations d'individus et d'organismes qui tracent la voie en matière de développement durable au Québec. Il s'agit de messages d'espoir pour l'avenir et leur exemple devrait contribuer à multiplier les engagements similaires dans tous les domaines d'activité.»

- 30 -

Sources:
Louise Barrette
Direction des communications et du marketing
(418) 643-8773

Francine Lemay
Direction des communications et du marketing
(418) 644-6536

Pour information:
France Amyot
Attachée de presse du ministre de l'Environnement
et de la Faune
(418) 643-8259

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017