Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

Plan d'action québécois sur les changements climatiques

DÉPÔT D'UN PREMIER BILAN

Québec, le 10 décembre 1996 - Le ministre d'État des Ressources naturelles, monsieur Guy Chevrette, et le ministre de l'Environnement et de la Faune, monsieur David Cliche, ont rendu public aujourd'hui le premier bilan du Plan d'action québécois de mise en œuvre de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Ce document intitulé « État d'avancement des mesures et Bilan des émissions de gaz à effet de serre » fait le point sur l'état d'avancement et les résultats, en date du 1er novembre 1996, des diverses mesures prévues dans le Plan d'action québécois pour stabiliser, d'ici l'an 2000, les émissions de gaz à effet de serre (GES) au niveau de 1990. Il précise également le suivi qui sera exercé au cours des deux prochaines années. De plus, le document présente un bilan des émissions de gaz à effet de serre pour la période s'étendant de 1990 à 1994.

Le bilan des émissions de GES démontre une légère augmentation de 1,8 % entre 1990 et 1994. La hausse des émissions de GES dans les secteurs du transport, de la combustion de biomasse et des procédés industriels explique cet accroissement. Évidemment, puisque le Plan d'action a été adopté en 1995, l'effet des mesures qui y sont prévues ne se reflète donc pas encore dans les statistiques sur les émissions de GES.

« Cette légère augmentation des émissions de GES entre 1990 et 1994, soit avant l'entrée en vigueur du Plan d'action québécois, démontre bien que le Québec doit rester vigilant, a déclaré le ministre Cliche. Les différents ministères visés par ce plan d'action ont déjà mis en place plusieurs mesures. Mais les objectifs ne pourront être atteints que si tous et chacun, quel que soit leur secteur d'activité, municipalités, entreprises, réseau scolaire ou de la santé, adhèrent volontairement aux objectifs et adoptent chacun dans leur milieu des mesures adaptées à leur situation. »

Les émissions de GES provenant de sources multiples, les mesures de recherche ou d'atténuation prévues dans le Plan d'action touchent plusieurs secteurs d'intervention, soit l'agriculture, l'énergie, les forêts, l 'environnement et les transports.

Dans le secteur agricole, le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) a entrepris l'évaluation des puits et des réservoirs de GES propres à son secteur d'activité. Une autre étude vise à déterminer si la délimitation de zones agroclimatiques permettrait de voir l'influence des variations climatiques sur les différentes productions et pratiques culturales.

Dans le secteur de l'énergie, on note que les programmes en vigueur au ministère des Ressources naturelles (MRN) ainsi que les projets réglementaires en cours ont eu un impact non négligeable sur les émissions de GES produites par les activités humaines. En particulier, les subventions de quelque 2,2 millions de dollars versées dans le cadre du Programme d'aide au développement des technologies de l'énergie (PADTE) ont contribué à la réalisation de 70 projets, qui représentent des investissements totaux de près de 40 millions de dollars en recherche énergétique de la part des partenaires. De plus, deux programmes d'efficacité énergétique et l'application de la réglementation en vigueur dans le secteur du bâtiment ont permis de réaliser des progrès dans l'atteinte de l'objectif de stabilisation des gaz à effet de serre.

Dans le secteur des forêts, le MRN poursuit des études d'acquisition de connaissances relativement à l'évolution des écosystèmes forestiers en relation avec le phénomène des changements climatiques. Diverses pratiques sylvicoles ont aussi été retenues comme indicateurs de l'état de santé des forêts.

Dans le secteur de l'environnement, le ministère de l'Environnement et de la Faune (MEF) subventionne en partie le projet « Stratégie de gestion des gaz à effet de serre » réalisé par l'Université du Québec à Montréal et d'autres partenaires. De plus, le projet de refonte du Règlement sur les déchets solides prévoit des dispositions relatives au captage du méthane des lieux d'enfouissement sanitaire. Le MEF élabore enfin un document d'orientation en vue de mettre à jour le Règlement sur les substances appauvrissant la couche d'ozone.

Dans le secteur des transports, le ministère des Transports poursuit la réalisation de plans de transport régionaux, notamment celui de la grande région de Montréal. D'ici la fin de la présente année budgétaire, une somme de 200 millions de dollars aura été consacrée au transport en commun dans le cadre de son plan d'intervention 1995-1996. De plus, 18,9 millions de dollars ont été investis pour développer un système de gestion de la circulation routière et près de 370 millions de dollars ont été affectés au soutien du financement et de l'organisation du transport en commun.

Enfin, un programme d'enregistrement des mesures volontaires (ÉcoGESte) a été lancé en septembre 1996 conjointement par le MEF et le MRN. Ce programme constituera un volet important du Plan d'action, puisque celui-ci se fonde sur les principes de volontariat et de partenariat. ÉcoGESte vise en effet à amener les entreprises et organismes à initier des mesures appropriées, adaptées à leurs situations particulières afin de réaliser l'objectif de la Convention-Cadre.

« Dans tous les secteurs, mais particulièrement en ce qui concerne les forêts et l'énergie, le gouvernement du Québec a adopté des mesures qui ont un effet positif sur la qualité de l'environnement, a souligné le ministre Chevrette. Aussi, la nouvelle politique énergétique, rendue publique le 26 novembre dernier, a été élaborée sur la base du développement durable. Le processus de classification des rivières, de caractérisation des filières énergétiques ainsi que l'identification de l'efficacité énergétique comme solution alternative à la construction de grands barrages ne sont que quelques exemples des efforts faits par le ministère des Ressources naturelles.

- 30 -

Sources :
France Amyot
Attachée de presse du ministre
de l'Environnement et ministre
de la Faune
(418) 643-8259

Shirley Bishop
Attachée de presse du
d'État des Ressources naturelles
(418) 643-7295

Information :
André Grondin
Service de la qualité de l'atmosphère
Ministère de l'Environnement et
de la Faune
(418) 643-1471

Carol Cantin
Direction du gaz et du pétrole
Ministère des Ressources naturelles
(418) 643-8650

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017