Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

QUÉBEC RÉCLAME À NOUVEAU L’INSTAURATION D’UNE CHASSE PRINTANIÈRE À L’OIE DES NEIGES

Montréal, le 23 février 1997 - Le ministre de l’Environnement et de la Faune, M. David Cliche, réclame du gouvernement fédéral l’instauration, dès ce printemps, d’un projet-pilote d’une chasse printanière à la grande oie blanche des neiges. « Une telle mesure pourrait constituer l’exemple d’une collaboration fructueuse s’exerçant dans le respect mutuel de nos juridictions respectives en matière de gestion des espèces sauvages, plus particulièrement des oiseaux migrateurs. »

C’est ce qu’a tenu à souligner le ministre Cliche au moment de faire connaître le désaccord du gouvernement québécois au projet de loi fédéral C-65 sur la protection des espèces en péril au Canada, projet de loi dont la version actuelle tend à dédoubler les juridictions actuelles des provinces en les étendant au gouvernement fédéral.

Dans une lettre transmise le 17 février dernier au ministre fédéral de l’Environnement, M. Sergio Marchi, le ministre de l’Environnement et de la Faune a rappelé que le projet-pilote d’effarouchement-abattage de l’oie des neiges mis en place par le Service canadien de la faune l’an dernier ne constituait qu’une solution temporaire dont les résultats ont été pour le moins mitigés, en plus d’avoir une incidence négative sur l’image des chasseurs.

Cette mesure transitoire faisait appel à des effaroucheurs ayant le droit d’abattre les oiseaux. Elle a été réalisée en 1996 en l’absence des modifications réglementaires qui auraient permis au Québec, à l’intérieur de la Convention internationale sur les oiseaux migrateurs, d’établir son propre programme et de poursuivre tous les objectifs qu’il souhaite dans le souci d’une saine gestion des ressources fauniques.

Selon le ministre David Cliche, la situation actuelle justifie une intervention dès le printemps 1997 puisque les pertes que continuent de subir les agriculteurs québécois sont élevées. Depuis quelques années, en effet, l’accroissement de la population a conduit les oies à envahir au printemps les terres cultivées de l’estuaire du Saint-Laurent où elles causent des dommages importants aux productions fourragères. En plus de concourir à réduire ces impacts négatifs, l’instauration éventuelle d’une chasse contrôlée à l’oie blanche, en partenariat avec le milieu agricole, ferait profiter plusieurs régions québécoises de retombées économiques importantes qui sont associées à la pratique d’une telle activité. Elle deviendrait un outil efficace de gestion de l’espèce en favorisant un ralentissement de son explosion démographique.

Comme le printemps 1997 approche, le ministre Cliche demande à son homologue du fédéral d’accélérer la cadence des pourparlers avec les représentants des États-Unis et du Mexique, les pays qui avec le Canada sont les cosignataires de la Convention internationale sur les oiseaux migrateurs.

« Les États-Unis et le Mexique ont déjà démontré qu’ils étaient prêts à considérer favorablement les modifications à la Convention internationale sur les oiseaux migrateurs pour tenir compte des dommages causés par l’explosion démographique de certaines espèces. Que le gouvernement canadien joue son rôle et qu’il transmette rapidement à ses partenaires les demandes du Québec!! » Le ministre Cliche craint qu’encore une fois, la lenteur du gouvernement du Canada à défendre les intérêts du Québec ne compromette le succès de ce projet qui est indispensable à une saine gestion des oies des neiges et qui est souhaité par nombre d’agriculteurs québécois.

- 30 -

SOURCE :

Louise Barrette
Direction des affaires institutionnelles et
des communications
Tél. : (418) 643-8773

POUR INFORMATION :

Claude Beauchamp
Attaché de presse du
ministre de l’Environnement et de la Faune
Tél. : (418) 643-8259

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017