Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

GESTION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES

LE MINISTRE CLICHE ACCUEILLE FAVORABLEMENT LE RAPPORT DU BUREAU D’AUDIENCES PUBLIQUES SUR L’ENVIRONNEMENT (BAPE)

Québec, le 18 mars 1997 - « Un rapport étoffé qui éclairera les décisions gouvernementales quant à la gestion des matières résiduelles au Québec. » C’est ainsi que le ministre de l’Environnement et de la Faune, M. David Cliche accueille le rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) qui fait suite à une vaste consultation qui s’est tenue en 1996 dans toutes les régions du Québec.

Le ministre note qu’à certains égards, « notamment en ce qui a trait à l’arrêt, d’ici l’an 2003, de tout enfouissement de déchets putrescibles, le BAPE propose une véritable révolution dans les façons de faire, penser et gérer. Il faudra analyser, non seulement les impacts d’une telle mesure au strict plan environnemental, mais aussi, et surtout, la faisabilité économique de mettre en place à la grandeur du Québec, les nouvelles technologies et les installations qui devront prendre la relève. »

Monsieur Cliche est par ailleurs d’accord avec la Commission du BAPE selon qui, la mise en oeuvre du plan d’action qui devra suivre exigera des efforts considérables et surtout une volonté d’agir de la part de l’ensemble des intervenants, « volonté d’agir qui puisse être porteuse d’un véritable projet de société », précise le ministre.

Dans son rapport, le BAPE fixe des objectifs ambitieux tout en laissant au milieu le choix des moyens. « À partir de maintenant, il appartiendra au gouvernement de convenir, en concertation avec le monde municipal, les entreprises et les milieux communautaires et associatifs des décisions à prendre pour atteindre les objectifs environnementaux proposés par le BAPE. » Le ministre Cliche ajoute « qu’il faudra toutefois associer à cette analyse toute la dimension économique puisque, de façon évidente, la Commission n’a aucunement abordé l’immense potentiel de création d’emplois contenu dans le chantier collectif qui s’offre à nous à la grandeur du Québec. »

Dès le début d’avril, le ministre de l’Environnement et de la Faune animera lui-même une série de trois forums au cours desquels il discutera du suivi à donner au rapport du BAPE. Les élus municipaux et les porte-parole de l’UMQ et de l’UMRCQ, les représentants des milieux industriels et les leaders des groupes environnementaux et communautaires seront invités à faire part au ministre de leurs préoccupations, attentes, opinions et interrogations sur le rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement.

À la lumière des recommandations de la Commission du BAPE et des observations recueillies auprès des clientèles au cours des prochaines semaines, le ministre Cliche devrait être en mesure de déposer dans les prochains mois un projet de politique de gestion des matières résiduelles.

- 30 -

SOURCE :

Claude Beauchamp
Attaché de presse du ministre de
l’Environnement et de la Faune
Tél. : (418) 643-8259

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017