Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

CHASSE PRINTANIÈRE À L’OIE BLANCHE :
LE MINISTRE DAVID CLICHE PRESSE SON HOMOLOGUE FÉDÉRAL D’AGIR RAPIDEMENT

Montréal, le 21 mars 1997 - Le ministre de l’Environnement et de la Faune du Québec, M. David Cliche s’attend à recevoir d’ici une semaine la réponse du gouvernement fédéral à la demande du gouvernement du Québec d’autoriser un projet pilote de chasse printanière à la grande oie des neiges en milieu agricole dès ce printemps. Au cours d’une rencontre avec son homologue fédéral, M. Sergio Marchi, dans le cadre de l’événement « Américana 97 » au Palais des Congrès de Montréal, monsieur Cliche a réitéré les arguments qui militent en faveur de l’instauration d’une chasse printanière.

« Notre objectif vise à réduire les dommages causés aux cultures par les oies lors de leur migration printanière, à maximiser les retombées économiques de cette activité de prélèvement et enfin, à mesurer l’efficacité de cette approche pour contrôler l’explosion démographique de cette espèce », a indiqué le ministre de l’Environnement et de la Faune. L’accroissement de la population a conduit les oies à envahir au printemps les terres cultivées de l’estuaire du Saint-Laurent où, année après année, elles causent des dommages importants aux productions fourragères, donc des pertes de plus en plus élevées pour les agriculteurs québécois. Selon le ministre, le programme d’effarouchement-abattage instauré l’an dernier par le Service canadien de la faune n’a pas engendré les retombées économiques que pourrait générer une véritable activité de chasse et a, de plus, contribué à ternir l’image des chasseurs associés à cette forme d’abattage.

M. Cliche a rappelé au ministre Marchi que « le gouvernement américain semble disposé à considérer favorablement des modifications à la Convention internationale des oiseaux migrateurs, compte tenu des dommages causés par l’explosion démographique de certaines espèces ». Le ministre québécois presse son homologue fédéral d’agir rapidement, en raison de la proximité de la migration des oies vers le Nord. Il s’attend donc à recevoir une réponse de la part du gouvernement fédéral au cours de la prochaine semaine.

Par ailleurs, le ministre Cliche a profité de sa rencontre avec monsieur Marchi pour lui exprimer une fois de plus les objections du Québec envers le projet de loi C-65 sur la protection des espèces en péril qui est actuellement à l’étude à la Chambre des communes. À l’instar des provinces canadiennes, le Québec considère que le projet actuel tend à dédoubler les juridictions actuelles des provinces en les étendant au gouvernement fédéral. « Le projet d’Ottawa propose l’établissement d’une nouvelle juridiction du fédéral sur la gestion des espèces vivantes qui habitent le territoire du Québec et des provinces canadiennes. J’ai dit au ministre Marchi que le Québec s’objecte à ce qu’Ottawa, au nom de la conservation des espèces en péril, s’approprie une juridiction, celle sur les habitats, qui appartient exclusivement aux provinces. »

- 30 -

SOURCE :

Claude Beauchamp
Attaché de presse du ministre de l’Environnement et
de la Faune du Québec
Tél.. :(418) 643-8259

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017