Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

LE MINISTRE DAVID CLICHE ANNONCE DES MESURES POUR ARRÊTER LE DÉCLIN DE LA POPULATION D’OURS NOIRS DU QUÉBEC

Québec, le 17 juin 1997 - Pour protéger les populations d’ours noir au Québec, le ministre de l’Environnement et de la Faune, M. David Cliche, annonce qu’à compter de 1998, la possession et le commerce de vésicules biliaires d’ours noirs seront interdits. Il diminuera également le quota de chasse des chasseurs et instaurera un quota pour les piégeurs.

Ce sont là les grandes orientations du plan de gestion de l’ours noir pour la période 1998-2002 que le ministre vient de rendre publiques. « Ces orientations font suite à la consultation publique qui s’est tenue dans les régions du Québec au cours du mois d’avril dernier » a indiqué le ministre, ajoutant qu’elles ont reçu l’appui du Groupe faune national composé de la Fédération québécoise de la faune, de la Fédération québécoise des gestionnaires de zecs, de la Fédération québécoise du saumon atlantique, de la Fédération des pourvoyeurs du Québec, de la Fédération des trappeurs gestionnaires du Québec, de la Fondation de la faune du Québec et de la Société des établissements de plein air du Québec.

Le ministre Cliche se réjouit de l’intérêt qu’a suscité, dans le milieu des chasseurs et piégeurs, la consultation sur le projet de plan de gestion de l’ours noir. Il tient à remercier les nombreux organismes et les quelque 900 personnes qui ont participé aux assemblées de consultation tenues à la grandeur du Québec ou qui ont produit des mémoires spécifiques.

Orientations de gestion retenues

Afin de réduire la récolte et d’assurer un meilleur partage de la ressource entre les usagers, les saisons de chasse et de piégeage subiront des modifications importantes. Au printemps, tant pour la chasse que pour le piégeage, la saison sera écourtée et aura lieu du 15 mai au 30 juin, sauf si la situation particulière d’une zone exigeait que la saison y soit raccourcie ou devancée. À l’automne, la chasse à l’ours sera dorénavant interdite, au sud et au centre du Québec, soit dans les zones 1 à 15 et la zone 18. Elle sera maintenue dans les zones 16, 17, 19 sud, 23 et 24. À l’automne, le début de la saison de piégeage de l’ours noir coïncidera désormais avec le début de la saison de piégeage des animaux à fourrure terrestres et la saison prendra fin le 15 décembre.

Par ailleurs, un quota sera imposé aux piégeurs sur tout le territoire, y compris sur les terrains de piégeage. Ce quota annuel sera de deux ours récoltés par piégeur ou par terrain de piégeage, selon le cas. Les chasseurs verront, quant à eux, leur limite annuelle de capture passer de deux à un ours, a indiqué le ministre Cliche. Parmi les autres changements annoncés à la gestion de l’ours noir, on note également l’interdiction de la chasse de cette espèce avec des chiens.

Considérant l’importance des enjeux pour le Québec, le Ministère entend interdire dès 1998 la possession et le commerce de vésicules biliaires d’ours noir. Le commerce demeurera cependant permis pour les autres parties d’ours telles les griffes ainsi que pour la viande. Avec cette décision cruciale, le Québec joint le rang de la plupart des provinces canadiennes et des états américains ayant déjà décrété une telle interdiction afin de contrer le commerce abusif des parties d’ours et de protéger les populations d’ours noir au niveau mondial. « Le Québec était devenu la plaque tournante du trafic mondial de vésicules biliaires d’ours noir, ce qui en plus de menacer gravement la survie de l’espèce sur notre territoire, entachait sérieusement l’image du Québec sur la scène internationale », a indiqué le ministre David Cliche en ajoutant qu’avec « l’appui de nos partenaires, nous avons voulu réagir à temps pour éviter que se reproduise chez nous, ce qui s’est produit en Europe, soit la disparition presque totale de l’espèce ».

Ces mesures devraient être en vigueur dès 1998. Elles permettront une récolte d’ours ajustée au potentiel de cette espèce. On estime à 60 000 la population actuelle d’ours noirs au Québec. Rappelons que l’ours est considéré comme une espèce de gibier sensible à l’exploitation et que la récolte croissante des dernières années ne respectait plus, dans plusieurs zones, le potentiel de production annuelle.

- 30 -

SOURCE :

Francine Lemay
Direction des affaires institutionnelles et
des communications
Tél. : (418) 521-3823, poste 4195

POUR INFORMATION :

Claude Beauchamp
Attaché de presse du ministre de l’Environnement et
de la Faune
Tél. : (418) 521-3911

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017