Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

INAUGURATION DE LA RÉSERVE ÉCOLOGIQUE DE POINTE-PLATON DANS LOTBINIÈRE
« JE SUIS PARTICULIÈREMENT FIER DE CE JOYAU PARMI LES PLUS BEAUX DE NOTRE PATRIMOINE NATUREL » DAVID CLICHE

Sainte-Croix, le 27 juin 1997 - Le ministre de l’Environnement et de la Faune, M. David Cliche, a procédé aujourd’hui en compagnie du député de Lotbinière, M. Jean-Guy Paré, à l’inauguration officielle de la réserve écologique de Pointe-Platon, située à une soixantaine de kilomètres de Québec, dans les limites de la municipalité de Sainte-Croix, paroisse.

« Je suis particulièrement fier de mettre en relief un des plus beaux joyaux du patrimoine écologique québécois, dont l’objectif est d’assurer la conservation d’un des derniers témoins de la végétation naturelle de l’estuaire d’eau douce du Saint-Laurent » a souligné le ministre Cliche.

En procédant à l’inauguration officielle de ce premier milieu riverain du fleuve Saint-Laurent à recevoir une protection intégrale, le ministre Cliche a voulu rappeler l’importance du réseau québécois des réserves écologiques dans la conservation de la diversité de la richesse biologique du Québec. Il a voulu également souligner la contribution de différents partenaires dans la constitution et la préservation des réserves écologiques, notamment celle de Pointe-Platon, où de nombreux intervenants dont la municipalité de Sainte-Croix, paroisse, la MRC de Lotbinière, les Amis du Domaine Joly-De Lotbinière ont joué un rôle particulièrement actif. La réserve écologique de Pointe-Platon, par ailleurs, fait partie des réalisations prévues à l’entente Saint-Laurent Vision 2000.

Une richesse écologique exceptionnelle

Ce site, qui appartient à la région des Basses-terres du Saint-Laurent, est constitué de deux terrasses séparées par une falaise relativement abrupte. L’organisation des groupements végétaux s’y effectue en séquence, largement influencée par la présence des marées, dans la terrasse inférieure, et par la profondeur et la nature du substrat, dans la falaise et la terrasse supérieure.

Ainsi, un herbier aquatique à vallisnérie d’Amérique occupe la zone inondée en permanence du Saint-Laurent alors qu’en arrière-plan, un cordon rocheux marque la limite des basses marées. Ensuite, dans la partie de la terrasse inférieure soumise au jeu des marées, le vaste marais à scirpe qui couvre les trois quarts de la réserve écologique constitue un milieu de productivité biologique de première importance pour la biodiversité. Représentant un des groupements climaciques de la région, c’est par ailleurs, l’érablière sucrière à tilleul américain qui domine la falaise séparant les deux terrasses. Enfin, la terrasse supérieure de la réserve est principalement occupée par une jeune peupleraie à grandes dents.

Il faut aussi noter, dans ce site exceptionnel, la présence d’espèces floristiques et fauniques nécessitant une protection particulière : la gentianopsis de Victorin, que l’on ne trouve nulle part au monde que dans l’estuaire fluvial du Saint-Laurent, la vergerette de Philadelphie, une espèce extrêmement rare au Québec, connue que dans cinq stations de l’estuaire fluvial, et parmi les neuf amphibiens recensés dans la réserve écologique de Pointe-Platon, la salamandre sombre, susceptible d’être désignée menacée ou vulnérable.

Rappelons que dans un objectif de développement durable, le réseau québécois des réserves écologiques, qui compte actuellement 56 sites protégés pour une superficie totale de 688 km2, s’inscrit dans les engagements du Québec à assurer la conservation de milieux naturels représentant la diversité de sa richesse écologique et génétique. Elles permettent, entre autres, de mieux connaître le fonctionnement de ces écosystèmes et d’évaluer de façon comparative les répercussions des activités humaines sur des milieux semblables.

« Notre engagement envers la protection de la biodiversité continue de s’accomplir de façon très active » a voulu souligner le ministre Cliche en rappelant que la consolidation et le développement du réseau québécois des milieux naturels protégés, dont les réserves écologiques et les parcs, font partie des orientations et les choix stratégiques du ministère de l’Environnement et de la Faune qui s’est donné pour objectif de créer 14 nouvelles réserves écologiques d’ici 2001. Elles font également partie de la stratégie et du plan d’action du Québec pour mettre en œuvre, sur son territoire, la Convention internationale sur la diversité biologique.

- 30 -

SOURCE :

Louise Barrette
Direction des affaires institutionnelles
et des communications
Tél. : (418) 521-3823, poste 4163

POUR INFORMATION :

Claude Beauchamp
Attaché de presse du ministre de l’Environnement
et de la Faune
Tél. : (418) 643-8259

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017