Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

DÉPÔT DE SÉDIMENTS CONTAMINÉS AU LAC SAINT-PIERRE

DAVID CLICHE AVISE LES MINISTÈRES FÉDÉRAUX IMPLIQUÉS DE SA VIVE OPPOSITION

Québec, le 15 juillet 1997 - Tel qu’il s’était engagé à le faire le 6 juin dernier, le ministre de l’Environnement et de la Faune, M. David Cliche, a avisé ses homologues canadiens de l’Environnement et des Transports de sa vive opposition au projet fédéral d’enfouissement de sédiments contaminés au lac Saint-Pierre.

Rendant public le contenu de sa lettre, M. Cliche a rappelé que le ministère de l’Environnement et de la Faune s’était fermement opposé au choix de la méthode de disposition des sédiments ainsi qu’au site proposé, dès avril 1996. En effet, les 100 000 tonnes de sédiments dragués présenteront des concentrations élevées de chrome (10 tonnes), de cuivre (10 tonnes) et de nickel (10 tonnes). « Ces sédiments seront rejetés dans un secteur où la qualité de l’eau connaît fréquemment des dépassements de critères applicables à la vie aquatique, particulièrement pour le cuivre et le chrome. De nouveaux déversements augmenteraient certainement les dangers de dépassement » a indiqué le ministre.

Le ministre Cliche a donc demandé à ses homologues fédéraux de revoir et d’amender le projet en fonction des recommandations contenues dans le guide Critères intérimaires pour l’évaluation de la qualité des sédiments du Saint-Laurent, notamment ceux de ne pas rejeter des sédiments contaminés sur des sites non contaminés, de ne pas rejeter en eau libre des sédiments dont les niveaux de contamination excèdent les seuils d’effets néfastes documentés par les spécialistes, et de ne pas causer de perte nette d’habitat. « Étant donné qu’on ne peut conclure à la non toxicité des sédiments à draguer, j’ai demandé à mes homologues canadiens d’abandonner l’option du rejet en eau libre au profit d’une solution plus sécuritaire qui respectera aussi les efforts de dépollution entrepris par l’ensemble des intervenants québécois au cours des dix dernières années », de conclure le ministre.

- 30 -

SOURCE :

Claude Beauchamp
Attaché de presse du ministre de l’Environnement et de la Faune
Tél. : (418) 643-8259

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017