Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

PROTECTION DE LA COUCHE D’OZONE

QUÉBEC RÉAFFIRME SON ENGAGEMENT ET RENFORCERA SA STRATÉGIE D’INTERVENTION - PAUL BÉGIN

Montréal, le 11 septembre 1997 - « Le Québec réaffirme son engagement à participer activement à la protection de la couche d’ozone. L’élaboration d’une nouvelle stratégie d’intervention harmonisée aux efforts de nos partenaires permettra d’accentuer notre contribution à la résolution de la problématique de l’appauvrissement de la couche d’ozone en tenant compte des préoccupations qui se sont ajoutées depuis la signature du Protocole de Montréal il y a dix ans. »

C’est ce qu’a voulu souligner aujourd’hui le ministre de l’Environnement et de la Faune, M. Paul Bégin, à l’occasion d’une conférence-partenariat prononcée dans le cadre des célébrations du 10e anniversaire du Protocole de Montréal sur les substances qui appauvrissent la couche d’ozone, en compagnie du président - directeur général de Montréal International, M. Jacques Girard, et du président et directeur général de la Grappe québécoise des industries de l’environnement, M. Serge Cabana.

Le ministre Bégin s’est d’abord déclaré satisfait des efforts accomplis par le gouvernement québécois et ses partenaires du secteur industriel. Signé au Québec, le Protocole de Montréal sur les substances appauvrissant la couche d’ozone a donné aux Québécois et aux Québécoises l’occasion d’adhérer plus fortement encore aux principes et aux objectifs qui sous-tendent cette historique convention internationale et de participer à l’effort mondial de protection de la couche d’ozone.

C’est pourquoi le Québec s’est doté, en juin 1993, d’un Règlement sur les substances appauvrissant la couche d’ozone. Poursuivant trois principaux objectifs, réduire les émissions atmosphériques de ces substances, en connaître les quantités vendues au Québec et en contrôler certaines utilisations, ce règlement a connu d’excellents taux de réussite : 72 % en 1993-1994, et 77 % en 1994-1995.

« Avec la mise en place de cette mesure, nous avons franchi une première étape », a précisé le ministre Bégin. « Bien acceptée par la population et comprise par les entreprises québécoises dont l’expertise sur les questions touchant la pollution atmosphérique représente un apport majeur à cette réussite, l’action gouvernementale doit maintenant franchir une deuxième étape en se dotant d’une stratégie globale qui tiendra compte des nouvelles réalités. »

Le ministre Bégin a aussi précisé qu’en raison de sa nature, le Protocole de Montréal invite les gouvernements à adopter des mesures réglementaires et que le Québec allait le faire tout en gardant en perspective les caractéristiques propres à des dispositions réglementaires adaptées aux réalités contemporaines et acceptables pour tous ses partenaires. Il entend de plus proposer des mesures économiques qui pourraient permettre ou conduire à des changements technologiques dans les secteurs utilisateurs de substances appauvrissant la couche d’ozone ou de substances contribuant à l’augmentation de l’effet de serre naturel.

Pour compléter cette stratégie de façon à ce qu’elle soit réaliste, applicable et qu’elle puisse rencontrer les objectifs souhaités, le gouvernement québécois compte également y inclure des mesures de partenariat telles que la certification environnementale de la main-d’œuvre dans le secteur de la réfrigération et de la climatisation.

Déjà le ministère de l’Environnement et de la Faune a amorcé des séances de consultation préliminaires avec les différents intervenants québécois sur un projet de stratégie dont les principaux objectifs visés sont : la protection de la couche d’ozone ; l’harmonisation de l’action du Québec avec celle de ses partenaires provinciaux canadiens ; la prise en compte de l’évolution des connaissances et du contexte international ; et, enfin, la recherche d’une approche intégrée face aux principales problématiques environnementales.

La stratégie envisagée fera aussi appel l’engagement des milieux concernés à l’égard de la protection de la couche d’ozone et de l’environnement. Le rôle du ministère de l’Environnement et de la Faune sera de créer ou de fournir l’encadrement nécessaire, réglementaire ou autre, ainsi qu’un soutien technique aux entreprises en environnement.

« Je peux donc vous confier que, dans les prochains mois, le ministère de l’Environnement et de la Faune aura à présenter aux Québécois une nouvelle stratégie en harmonie avec le contexte international et qui devrait permettre au Québec de consolider et d’accentuer sa contribution à la protection de cet écosystème aussi vital qu’est la couche d’ozone » de conclure le ministre Bégin.

- 30 -

SOURCE :

Louise Barrette
Direction des affaires institutionnelles et des communications
Tél : (418) 521-3823 poste 4163

POUR INFORMATION :

Caroline Drouin
Attachée de presse du ministre de l’Environnement
et de la Faune
Tél : (418) 521-3911

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017