Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

ÉGOUT COLLECTEUR MOLSON - LE MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA FAUNE REND SA DÉCISION

Québec, le 16 octobre 1997 - Le ministre de l’Environnement et de la Faune, M. Paul Bégin, rend publique aujourd’hui sa décision concernant l’égout collecteur Molson. Cette longue histoire entourant un égout collecteur le long de la rue Dickson à partir de la rue Toulouse jusqu’au fleuve Saint-Laurent, date de près de soixante ans.

En effet, une ordonnance de la Commission des services publics du Québec autorisait la cité de Montréal à construire ledit égout collecteur en 1937. En 1960, la Régie des services publics fixait une répartition provisoire du coût entre la Ville de Saint-Léonard, la Ville d’Anjou et la Ville de Saint-Michel, aujourd’hui annexée à la ville de Montréal.

L’ordonnance du ministre fait suite à une demande de la Ville de Montréal du 28 mars 1989 et d’une enquête tenue initialement en 1992 et 1993 par M. Jean-Paul Boucher, vice-président de la Commission municipale du Québec. Cette enquête a été rouverte en novembre 1996 à la demande de la Ville d’Anjou. Monsieur Boucher déposait ses rapports en décembre 1993 et en février 1997 et suggérait au ministre que les coûts des études, de la construction et de l’entretien du collecteur Molson soient répartis ainsi :

Ville de Montréal :          64,49 %
Ville de Saint-Léonard :  31,49 %
Ville d’Anjou :                  4,02 %

C’est donc dire qu’au 27 décembre 1993, tenant compte des taux d’intérêt, la Ville de Saint-Léonard est redevable à la Ville de Montréal d’une somme de 1 275 227 $ alors que la Ville d’Anjou doit remettre une somme de 420 928 $. Les deux municipalités ont soixante jours de la signification de l’ordonnance pour verser ces montants à la Ville de Montréal.

En émettant cette ordonnance, le ministre de l’Environnement et de la Faune règle un problème vieux de 60 ans. Il a tenu compte, dans sa décision, de l’ensemble des interventions, des négociations et des enquêtes qui ont impliqué les trois municipalités. Il a insisté sur le fait que le dossier du collecteur Molson de Montréal devait se régler de façon définitive et de façon équitable pour toutes les parties impliquées.

- 30 -

SOURCE :

Caroline Drouin, attachée de presse
Cabinet du ministre
Tél. : (418) 521-3911

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017