Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

PUBLICATION DE L’ÉTUDE DE CARACTÉRISATION ÉCOLOGIQUE DU LIT MAJEUR DE LA RIVIÈRE SAINT-CHARLES

Québec, le 17 octobre 1997 - C’est en présence de partenaires voués à la conservation et à la mise en valeur des rivières urbaines que M. George Arsenault, sous-ministre adjoint au Patrimoine faunique et naturel a procédé, aujourd’hui, au lancement de l’étude de caractérisation écologique du lit majeur de la rivière Saint-Charles . Cette activité s’est déroulée dans le cadre de la rencontre-conférence « La Saint-Charles et la renaissance des rivières urbaines », organisée par la corporation Rivière vivante, en collaboration avec la Fondation de la faune, la Ville de Québec, la Communauté urbaine de Québec et le ministère de l’Environnement et de la Faune.

La rivière Saint-Charles est la source d’approvisionnement en eau potable de près de 300 000 habitants de Québec et des villes avoisinantes. L’impact de ce prélèvement sur une rivière modeste est important, tant sur le débit que sur la qualité.

La Saint-Charles, par ailleurs, coule dans le bassin versant le plus densément peuplé au Québec (près de 650 h/km2), ce qui en fait une rivière urbaine très précieuse mais menacée. Déjà, par une étude réalisée par le ministère de l’Environnement et de la Faune en 1995, nous disposions des connaissances sur l’état de la qualité de ses eaux et, par les audiences publiques sur le Plan d’urbanisme de la rivière Saint-Charles (Kabir Kouba), des connaissances sur les enjeux de sa canalisation. Cependant, nous connaissions peu les écosystèmes terrestres et aquatiques de son lit majeur. Or, la vision traditionnelle du fonctionnement des rivières, qui les assimilait à de simples canaux isolés de leur milieu environnant, s’avère aujourd’hui insuffisante pour supporter des décisions d’aménagement respectueuses de leur pérennité.

Dans le cadre de ses travaux de cartographie écologique du territoire et dans la foulée de la caractérisation écologique de l’ensemble du bassin versant de la rivière Saint-Charles, le ministère de l’Environnement et de la Faune vient de terminer une cartographie écologique détaillée (1 : 5 000) du lit majeur de la rivière Saint-Charles. Cette étude couvre toute la plaine inondable, y incluant les premiers talus, de l’exutoire du lac Saint-Charles jusqu’au pont Scott. Par une approche globale, du général au particulier, cette étude décrit et cartographie les éléments essentiels au fonctionnement écologique de la rivière : climat, géologie, sols, groupements végétaux, flore, faciès d’écoulement et utilisation du sol.

L’intérêt de cette connaissance réside dans ses applications à l’aménagement du territoire. Pour illustrer les possibilités de ces recherches, les auteurs ont proposé une interprétation des potentiels du milieu tels que la capacité de soutien du lit majeur pour une piste de randonnée cyclo-pédestre, la navigation de plaisance ou l’habitat naturel du saumon de l’Atlantique. Ils ont aussi évalué la fragilité du milieu : stabilité géomorphologique, attrait du paysage, vulnérabilité de la rivière à la pollution ; les pressions environnementales : développement domiciliaire en plaine inondable, prises d’eau et rejets municipaux, comblements et canalisation ; et les atouts du lit majeur de la rivière : espaces verts , diversité écologique et milieux remarquables, par exemple.

Sans vouloir se substituer aux responsabilités des villes de la Communauté urbaine de Québec, les analyses réalisées par le ministère de l’Environnement et de la Faune débouchent sur des orientations de gestion et d’aménagement propres au maintien et à l’amélioration du fonctionnement de la Saint-Charles : maîtrise des débits, restauration de la qualité physico-chimique de l’eau, protection de la plaine inondable, aménagement des espaces naturels et renaturalisation du cours inférieur.

L’étude cartographique de la rivière Saint-Charles, réalisée dans le cadre de l’entente Canada-Québec sur la cartographie des plaines inondables, ainsi que d’autres études récemment produites ou en voie de publication par le ministère de l’Environnement et de la Faune s’inscrivent dans la démarche ministérielle de gestion intégrée des bassins versants en fournissant des outils nouveaux d’aide à la décision au service des gens qui seront à la base ou aux commandes de cette gestion.

Toutes les données et les connaissances acquises au cours de cette étude sont intégrées dans un système d’information géographique (SIG) qui sera offert, sans frais, à tous les utilisateurs qui en feront la demande, CUQ, MRC, villes, ministères et organismes communautaires voués au développement durable de la rivière Saint-Charles et de son bassin versant. Ils n’auront qu’à s’adresser à la Direction de la conservation et du patrimoine écologique du ministère de l’Environnement et de la Faune.

- 30 -

SOURCE :

Louise Barrette
Direction des affaires institutionnelles
et des communications
Téléphone : (418) 521-3823, poste 416
Courriel : louise.barrette@mef.gouv.qc.ca

POUR INFORMATION :

Vincent Gerardin
Direction de la conservation
et du patrimoine écologique
Téléphone : (418) 644-3367
Courriel : vincent.gerardin@mef.gouv.qc.ca

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017