Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

RENCONTRE DES MINISTRES DE L’ENVIRONNEMENT ET DE L’ÉNERGIE À RÉGINA : LE MINISTRE PAUL BÉGIN RÉAFFIRME LA POSITION DU QUÉBEC QUANT À LA RÉDUCTION DES GAZ À EFFET DE SERRE

Régina, le 12 novembre 1997 - Le ministre de l’Environnement et de la Faune du Québec, M. Paul Bégin, a réaffirmé aujourd’hui, à Régina, lors de la rencontre des ministres de l’Environnement et de l’Énergie, la position du Québec sur la question de la réduction des gaz à effet de serre.

Insistant sur l’urgence d’agir dès maintenant pour assurer un environnement de qualité aux générations futures, le ministre Bégin a rappelé à ses homologues l’engagement pris par le Canada lors du Sommet de Rio en 1992, soit de stabiliser d’ici l’an 2000 les émissions de gaz à effet de serre au niveau de ce qu’elles étaient en 1990.

Malgré les progrès réalisés dans les différentes provinces, le Canada n’atteindra pas cet objectif. Devant ce constat, le Québec est d’avis qu’il faut intensifier les efforts et se fixer de nouveaux objectifs de réduction pour après l’an 2000, des objectifs qui soient précis, significatifs et mesurables. Une convention internationale à teneur légale et une approche contraignante permettraient d’assurer un meilleur suivi et un certain contrôle quant à l’atteinte de ces objectifs.

Face aux conséquences néfastes des changements climatiques sur l’économie et sur l’environnement au Canada, le ministre Bégin rappelle à ses homologues que l’effort nécessaire ne sera pas moins exigeant plus tard qu’il ne l’est aujourd’hui. « Quand pensons-nous qu’il sera plus facile et moins coûteux de réduire nos émissions de gaz à effet de serre qu’aujourd’hui? » questionne le ministre.

« Nous devons identifier et mettre en œuvre rapidement des moyens innovateurs pour réduire nos émissions de façon significative tout en conservant une approche non pénalisante pour la compétitivité de nos entreprises. En outre, il serait urgent de réaliser rapidement des études économiques qui tiennent compte non seulement de coûts de réduction des gaz à effet de serre mais également des coûts associés à l’inaction » ajoute le ministre Bégin.

Au mois de décembre prochain, les signataires de la Convention-cadre de Rio se rencontreront à Kyoto pour faire le bilan planétaire des progrès réalisés et pour se fixer de nouveaux objectifs de réduction des GES pour après l’an 2000.

Le Québec a réaffirmé son engagement de Rio par voie de communiqué lundi dernier. Aujourd’hui, le Québec a offert sa collaboration aux autres gouvernements des provinces et du Canada pour identifier les mesures techniques, économiques et sociales qui permettraient au Canada de se positionner au regard de l’entente de Kyoto. À cet égard, le développement des énergies renouvelables et, plus particulièrement l’hydroélectricité, constitue une avenue à privilégier pour la réduction des GES.

Durant la rencontre, la question des précipitations acides a également été abordée. À cet égard, une stratégie efficace pour l’Est du Canada passe par une réduction importante des émissions acidifiantes provenant des quatre provinces que sont l’Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse ainsi que la zone d’influence américaine. « L’atteinte de l’objectif ne peut se faire qu’en une seule étape et c’est pourquoi je vous annonce que je m’engage aujourd’hui à une réduction pour 2002 de 40% en dessous du plafond actuel fixé pour le Québec » a précisé le ministre Bégin.

- 30 -

SOURCE :

Caroline Drouin
Attachée de presse du Ministre
(418) 521-3911

POUR INFORMATION :

Conrad Anctil
Chef du Service de la qualité de l’atmosphère
(418) 521-3950 poste 4980
Courriel : conrad.anctil@mef.gouv.qc.ca

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017