Développement durable, Environnement, Faune et Parcs Bandeau du ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs
Accueil Plan du site Pour nous joindre Portail gouvernemental A propos du site Recherche English

Communiqués de presse

QUÉBEC DONNE LE FEU VERT À LA SECONDE PHASE DU PROJET PILOTE DE GESTION INTÉGRÉE DE L’EAU À L’ÉCHELLE DU BASSIN VERSANT DE LA RIVIÈRE CHAUDIÈRE

Sainte-Marie, le 24 novembre 1997 - Le ministre de l’Environnement et de la Faune, monsieur Paul Bégin, a présidé aujourd’hui à la signature d’une entente spécifique de développement régional qui permettra de continuer le projet pilote de gestion intégrée de l’eau à l’échelle du bassin versant de la rivière Chaudière.

Cette entente de partenariat a pour but d’associer le ministre de l’Environnement et de la Faune, monsieur Paul Bégin, le ministre responsable du développement des régions, monsieur Guy Chevrette, la ministre responsable de la région Chaudière-Appalaches, madame Denise Carrier-Perreault, le Conseil régional de concertation et de développement de Chaudière-Appalaches, le Conseil régional de développement de l’Estrie et le nouveau Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC II) afin d’assurer le support technique et financier à l’expérimentation des éléments du modèle de gestion proposé en 1996 par le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC). À cet effet, un budget de 400 000 dollars est prévu pour les deux années que durera le nouveau projet. De cette somme, 140 000 dollars proviendront du Conseil régional de développement de la région de Chaudière-Appalaches et 20 000 dollars de celui de l’Estrie. Hydro-Québec, le ministère de l’Environnement et de la Faune et le Comité de bassin de la rivière Chaudière compléteront le financement du projet pilote.

La seconde phase du projet pilote devra donc produire notamment le contenu d’un schéma directeur de l’eau qui contiendra un plan d’actions prioritaires où seront hiérarchisés les usages tout en poursuivant la prévention, la restauration et la mise en valeur du cours d’eau. De plus, le COBARIC II devra proposer des moyens législatifs et financiers pour une éventuelle mise en application du schéma directeur de l’eau. Enfin, le mandat donné au nouveau Comité de bassin de la rivière Chaudière prévoit également une consultation de la population de ce territoire hydrographique à propos de cette nouvelle approche de gestion.

Rappelons que le rapport du Comité de bassin de la rivière Chaudière, déposé au ministre de l’Environnement et de la Faune le 26 mai 1996, proposait au gouvernement de doter le Québec d’un nouveau mode de gestion de l’eau qui notamment prendrait en considération l’interdépendance des usages multiples sur le territoire du bassin versant en pratiquant la concertation de tous les usagers.

En présence de plusieurs intervenants des secteurs municipal, industriel et agricole, le ministre Bégin a tenu à souligner que cet important projet pilote concrétisait la volonté du gouvernement et de ses partenaires de poursuivre les efforts pour doter le Québec d’un mode de gestion intégrée et moderne de ses eaux qui soit adapté au contexte du prochain millénaire. « Dans le contexte où nous aurons à définir dans un avenir rapproché la politique de l’eau promise par le Premier ministre, il va de soi que l’entente que nous signons maintenant jouera un rôle très important de laboratoire, et c’est pourquoi je compte beaucoup sur les résultats qu’elle nous apportera », a conclu monsieur Bégin.

- 30 -

SOURCE :

Caroline Drouin
Attachée de presse du ministre
(418) 521-3911

Retour aux communiqués


Gouvernement du Québec
© Gouvernement du Québec, 2017